Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Un cycliste en prison pour dopage!

23 Avril 2010 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://static.blogstorage.hi-pi.com/photos/handi-run.sport24.com/images/gd/1258657251/Autriche-Lutte-anti-Dopage-Des-peines-de-prison-pour-les-tricheurs.jpg


VIENNE - L'ancien coureur cycliste autrichien Christof Kerschbaum a été mis en examen pour trafic de produits dopants, a annoncé jeudi le parquet de Vienne à l'AFP, ce qui en fait le premier sportif qui risque la prison pour dopage, selon la nouvelle loi autrichienne.

Christof Kerschbaum, un ancien cycliste de niveau national aujourd'hui âgé de 33 ans, risque jusqu'à six mois de prison. La justice lui reproche d'avoir fourni des produits dopants, dont de l'EPO, à partir de la mi-2008 à au moins cinq collègues sportifs, dont les identités n'ont pas été révélées.

L'Autriche a fait passer en 2008 la possession et le trafic de produits dopants d'une simple contravention à un délit passible de cinq ans de prison. Fin 2009, le pays a encore renforcé sa législation, prévoyant des peines de prison pour les sportifs dopés si un préjudice important pour autrui est avéré, ce qui en fait le pays le plus strict au monde en la matière.

A l'occasion de l'ouverture jeudi du procès d'un pharmacien viennois, l'un des fournisseurs de M. Kerschbaum en produits dopants, le parquet a révélé que l'ancien cycliste avait en fait été mis en examen il y a cinq mois.

Christoph Kerschbaum avait été détenu une dizaine de jours puis relâché en mars 2009 dans cette affaire. Il s'était alors engagé sous serment à ne pas influencer la procédure en cours.

Le cycliste, aux performances sportives modestes, avait alors admis s'être fourni depuis 2004 en EPO, testostérone et autres substances dopantes auprès du pharmacien aujourd'hui jugé.

Dans la même affaire, l'ancien entraîneur de ski de fond et de biathlon Walter Mayer, déjà au coeur de scandales de dopage aux jeux Olympiques de Salt Lake City en 2002 et de Turin en 2006 ainsi que dans l'affaire du laboratoire Humanplasma soupçonné de dopage aux transfusions sanguines, avait également été arrêté début 2009 pour trafic, puis relâché.


Source et date de l'article rds.ca  22.04.2010

Source de l'image

 

gif_seringue.gif

Lire la suite

Une grosse affaire de dopage en Italie ?

23 Avril 2010 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://amelie59.a.m.pic.centerblog.net/1vdqast2.gif

 

Mardi matin, La Gazzetta dello Sport s’est fait le relais d’une information qui pourrait être le point de départ d’une affaire de l’ampleur de l’opération Puerto. La semaine dernière, la procureur de la République de Mantoue, en Lombardie, a informé 54 personnes qu’une enquête à leur propos était en cours. Parmi eux, pas mal de coureurs de premier plan, mais aussi des membres de staffs de différentes équipes et des dirigeants. L’objet : un bled de 600 habitants, Mariana Mantovana, pourrait être une plaque tournante du dopage italien, voire mondial.


Au coeur de l’affaire se trouve Guido Nigrelli, connu sous le nom de Barba par le milieu cycliste, un pharmacien de Mariana Mantovana. Préparateur pendant plusieurs années dans les équipes de Stefano Gelati, entraîneur de plusieurs coureurs dont Alessandro Ballan, déjà au centre d’une enquête menée à Bari en 2001, puis dans les 52 personnes interrogées sur le Blitz de Sanremo du Giro la même année, le voilà à nouveau dans les 54 personnes concernées cette fois-ci. L’affaire, qui serait remontée à la justice grâce à une vengeance personnelle et d’ordre financière, pourrait relier Mariama Mantovana et… l’Autriche, où l’affaire Humanplasma, fatale à Bernhard Kohl, ne serait pas totalement étrangère.

Pour le moment, l’enquête démarre à peine, et les informations restent vagues. Mais si elles se confirment, il pourrait s’agir d’une nouvelle grande affaire de dopage.


Source et date de l'article velochrono.fr  06.04.2010

Source de l'image

 

gif_seringue.gif

Lire la suite

l'AFLD dit se battre contre de puissants réseaux

11 Avril 2010 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://referentiel.nouvelobs.com/file/876435.jpg

 

Par Bertrand Boucey


PARIS (Reuters) - Des réseaux organisés mettent au point des méthodes de dopage de plus en plus perfectionnées et la lutte contre ces trafiquants passe par une collaboration accrue avec les forces de l'ordre, juge le président de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), Pierre Bordry.


C'est pour cette raison que l'AFLD a signé une convention avec la gendarmerie nationale vendredi dernier.

"La nouveauté (cette année dans la lutte contre le dopage), c'est l'association de l'agence avec les forces judiciaires", a déclaré Pierre Bordry jeudi lors d'une conférence de presse.

Un cas en particulier illustre la nécessité d'une collaboration renforcée avec les forces de l'ordre, selon le président de l'AFLD: la découverte par les douanes de "kits" de dopage au sein d'une équipe ukrainienne lors du dernier Tour de l'Avenir en septembre dans l'est de la France.


Or, durant leur garde à vue, des prélèvements ont été effectués sur des coureurs de cette équipe, qui ont avoué un dopage à l'EPO, mais les analyses ont rendu des résultats négatifs.

"Il apparaît de plus en plus clairement qu'on peut échapper (à des contrôles positifs) même si on est dopé grâce à des protocoles", a expliqué Pierre Bordry.

"Ces protocoles sont appropriés puisque les contrôles ne sont pas positifs (et) nous avons peine à croire que ce sont des jeunes de 20 ans qui mettent en place ces protocoles", a-t-il ajouté.


CURES

Selon lui, "il est vraisemblable que certains sportifs dans certaines disciplines font des cures hors compétition et ensuite se font des microdoses d'entretien, qui sont en dessous des seuils (de détection)."

Le professeur Michel Rieu, conseiller scientifique de l'AFLD, a souligné, lors de la conférence de presse, que seules des personnes dotées de solides connaissances pharmacologiques pouvaient mettre au point ces méthodes de dopage.


"Le dopage n'est quasiment plus un dopage de compétition mais en stage", a-t-il dit. "On associe des substances qu'on ne connaît pas encore (à l'AFLD) et d'autres qu'on peut détecter mais qui sont utilisées de telle manière qu'elles ne soient pas détectées."


"Il y a derrière des réseaux très importants. Interpol les relie très clairement à la grande criminalité", a-t-il ajouté.

Pierre Bordry se dit cependant persuadé que la majorité des sportifs ne sont pas dopés et que ces problèmes ne se limitent pas au cyclisme. "Tout ça n'est pas réservé au cyclisme. Il y a des réseaux très organisés", a-t-il dit.

L'AFLD assure toutefois ne pas être démunie face à ces suspects pouvant agir à l'étranger à l'aide de produits n'ayant parfois même pas encore été commercialisés.


"La France n'est pas isolée dans sa recherche, il y a des relations avec les autres pays", a affirmé Pierre Bordry, évoquant des rapprochements avec les laboratoires.

Surtout, l'Agence mondiale antidopage (Ama) collabore avec Interpol, a-t-il souligné.

 

Source et date de l'article  NouvelObs.com  08.04.2010

Source de l'image

 

gif_seringue.gif

Lire la suite