Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Fin de carrière pour Armstrong

24 Janvier 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://sport.francetv.fr/sites/www.sport/files/images/2010/07/pluiepreview_0.jpg

 

A lire  (en anglais)  l'article de Sports Illustrated

 

Comme il l’avait annoncé depuis longtemps, Lance Armstrong (RadioShack) a mis fin à sa carrière lors du Tour Down Under qui s’est achevé ce dimanche à Adelaïde, en Australie. "Je pars en sachant que j'ai donné le meilleur de moi-même et n'ai nullement besoin qu'on pose une plaque ou que l'on m'érige une statue" a déclaré le septuple vainqueur du Tour de France.

 

Il l'avait annoncé, c'est désormais officiel : Lance Armstrong raccroche. Le Tour Down Under en Australie aura été sa dernière course internationale après 19 ans de présence au sein du peloton. Le coureur de 39 ans, invaincu sur le Tour de France entre 1999 et 2005, avait annoncé avant la dernière Grande Boucle qu'il s'agissait de sa dernière course à l'étranger avant de finalement prendre le départ du Tour Down Under. S'il met un terme à sa carrière internationale, Armstrong n'arrête pas pour autant le cyclisme. Il prévoit en effet de disputer au mois de mai le Tour de Californie, qui sera sa dernière course professionnelle selon son directeur sportif chez RadioShack, Johan Bruyneel. On devrait également le retrouver dans des épreuves de VTT et de triathlon.

 

Si le Texan disparaît de la scène sportive internationale, il devrait néanmoins encore faire parler de lui dans les semaines à venir. Il va en effet devoir répondre à  certaines accusations. Une enquête fédérale est en cours dans son pays, lancée après les  accusations de dopage portées à son encontre par Floyd Landis, vainqueur du Tour de France 2006 déchu après un contrôle positif et équipier d'Armstrong dans la formation US Postal entre 2001 et 2004. Plusieurs témoins ont déjà été entendus par un grand jury chargé de déterminer un éventuel chef d'accusation contre le coureur.

Par ailleurs, cette semaine, le magazine américain Sports Illustrated (SI)  a publié une enquête avec de nouvelles accusations de dopage contre l'Américain  durant les années 1990 à l'époque où il courait pour la formation Motorola. Son  ancien équipier Stephen Swart, qui l'avait déjà mis en cause dans un livre,  l'accuse d'avoir été "l'instigateur" d'un dopage organisé. SI met également en cause le laboratoire antidopage de l'Université de Californie (UCLA) qui aurait laissé passer certaines anomalies dans ses échantillons d'urine. SI évoque également des documents (textes, emails..) découverts lors d'une  perquisition au domicile du coureur ukrainien Yaroslav Popovych, l'un des  fidèles équipiers d'Armstrong, et qui établiraient un lien en 2009 entre l'équipe de l'Américain et le sulfureux préparateur italien Michele Ferrari. Le Texan a toujours affirmé avoir coupé les ponts avec le médecin en 2004.

 

Malgré ces zones d'ombre, l'Américain continue de fasciner des millions de supporters et laissera, à juste titre, son empreinte dans l'histoire du cyclisme. Après une première retraite sportive à l'issue du Tour 2005, Armstrong avait repris la compétition en 2009, sans toutefois remporter de course majeure. Aujourd'hui, il tire sa révérence avec un palmarès impressionnant à son actif. Il a en effet remporté sept Tours de France d'affilée entre 1999 et 2005 après une parenthèse de deux ans pour soigner un cancer des testicules. Auparavant, il avait notamment  été champion du monde (1993) et médaillé de bronze en contre-la-montre au JO de Sydney (2000).

 

Source et date de l'article  SportFranceTV.fr  23.01.2011

Source de l'image

Lire la suite

On ne lutte pas vraiment contre le dopage !

9 Janvier 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Football

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2011/01/04/201101041680_w350.jpg

 

Jean-Pierre de Mondenard, médecin du sport

Alors Docteur, toujours pourfendeur de mythes et de mystifications ?

 

« L'objet du bouquin n'est pas de révéler quoique ce soit mais de décrypter correctement, sans langue de bois, le problème à l'aide d'exemples précis, montrer que le foot comme tous les sports n'est pas épargné par le dopage. Ce livre est né, notamment, d'une saturation, celle d'entendre sans cesse les idées reçues, les faux-arguments, la mystification en effet du monde du foot par rapport au dopage. Il n'y a aucun argument physiologique, mental, tactique, technique, mécanique qui puisse expliquer un seul instant que le football ne soit pas réceptif aux produits dopants. D'après tous les acteurs du ballon rond, les produits seraient inopérants sur les footballeurs… C'est une vaste fumisterie. »

 

Peut-on dater le recours à un dopage organisé dans le football ?

 

« Oui… Facilement… Dans les années cinquante en Italie notamment. Là il y a des preuves… Un ancien footballeur de Bologne, Gerardo Ottani, qui va devenir médecin mène alors une enquête dans le Calcio. Elle montre que 27 % des footballeurs italiens consomment des amphétamines, 62 % des stimulants du cœur ou de la respiration et 68 % des hormones et des stéroïdes anabolisants. Nous sommes en 1958 !… À un match et deux entraînements par semaine. Aujourd'hui ils sont à deux/trois matches par semaines, au moins un entraînement par jour et ils seraient au Vittel-cassis ? »


Vous évoquez aussi l'équipe d'Allemagne championne du monde en 1954 ?…


«C'est le fameux miracle de Berne… Les Allemands perdent en poule 3-8 contre les Hongrois, invaincus depuis quatre ans, et en finale ils les battent (3-2) ! Juste après, ils deviennent méconnaissables, vaincus par la France et la Belgique notamment. On apprend ensuite que plusieurs joueurs de la Mannschaft ont été atteints de jaunisse et de dépressions prolongées. Et là, tout récemment, des universitaires allemands sont arrivés à la conclusion que cette équipe était dopée au Pervitin, une amphétamine ».


D'autres exemples ?

 

« Harald Schumacher dans son bouquin « coup de sifflet » révèle que la Mannschaft, au Mexique, en 86, a reçu 3000 piqûres en six semaines ! Que les joueurs prenaient de l'éphédrine et du sang de veau déprotéiné, l'Actovegin, qui a fait notamment parler de lui dans le Tour 2000 avec Armstrong puis dans la voiture de Rumsas et dans l'affaire Puerto… Il est partout ! Il faut lui mettre un dossard à l'Actovegin ! Dans l'affaire Puerto, précisément, le Dr Fuentes a dit qu'il soignait les joueurs du Real Madrid et du Barça et le coureur Manzano a révélé qu'il avait vu passer des stars du foot dans son cabinet… D'ailleurs 83 % des gens, en France, pensent que le football est aussi gangrené par le dopage. Malgré la désinformation, le public n'est pas dupe… Je me souviens d'une enquête en 2002 démontrant que 92 % des footballeurs étaient prêts à tricher pour orienter le résultat d'un match. »


Les contrôles ne sont-ils pas plus efficaces tout de même ?

 

« Depuis 45 ans que les contrôles ont été instaurés la santé du dopage ne s'est jamais altérée car il y a toujours un grand nombre de substances indécelables et d'autres qui ne sont pas recherchées… On ne lutte pas vraiment, on fait semblant… Il est important de montrer qu'on lutte pour l'opinion publique mais il faut trouver… personne »

Alors, quelle est la solution ?

 

« Sortir la lutte antidopage du monde sportif ! Vous connaissez un jury d'assise où c'est la propre famille du prévenu qui le juge ? Il faut un organisme indépendant qui puisse prendre la décision sans la pression. »

 

Source et date de l'article  LaDepeche.fr  04.01.2011

Source de l'image

Lire la suite