Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Le dopage nuit gravement au sportif...

26 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

http://www.keek.fr/keek_articles/big_2030_1297245261.jpg

Le dopage ne se limite pas seulement aux sportifs de haut niveau. N’importe quel amateur de sport peut être concerné, quel que soit son âge, compétiteur ou non. Les adolescents n’échappent pas non plus à ce phénomène grandissant. Pourtant, les risques sont loin d’être minimes.

L’espagnole Marta Dominguez, élue athlète européenne de l’année 2009 par l’Association européenne d’athlétisme, a été interpellée en décembre dernier lors d’une opération antidopage. Soupçonnée de trafic de produits dopants, elle voit sa carrière prendre un sacré coup. Mais le dopage touche aussi les plus jeunes. En effet, 3 à 5 % des enfants et adolescents pratiquant un sport déclarent avoir déjà utilisé des produits interdits pour améliorer leurs performances.

Les conduites dopantes

On parle de conduite dopante lorsqu’un sportif utilise une substance (médicament, stupéfiant…) pour améliorer ses performances ou augmenter sa masse musculaire. Il existe différents produits dopants qui peuvent être très dangereux pour la santé et provoquer une dépendance.

Chaque année, l’Agence mondiale antidopage (AMA) publie une liste indiquant des produits et substances interdits. Ces derniers ne peuvent pas être utilisés par les sportifs que ce soit dans le cadre de compétitions, de manifestations organisées par les fédérations, ou d’entraînements pour s’y préparer.

 

Les produits dopants sont tous différents
• Les stimulants améliorent la concentration et réduisent la sensation de fatigue.
• Les anabolisants augmentent la force, la puissance, l’endurance, l’agressivité et la vitesse de récupération après une blessure.

 

Des conduites à risques

Les produits dopants utilisés sont à l’origine des médicaments ou des procédés destinés à des fins thérapeutiques. Élaborés pour soigner des maux, ils sont consommés par les sportifs alors qu’ils ne sont pas malades, pour augmenter leurs capacités physiques.

Les conséquences sur leur santé peuvent donc être très graves : accidents cardiaques et circulatoires, insuffisances rénales et hépatiques, cancers, impuissance, stérilité... Une conduite dopante peut même provoquer, dans certains cas, le décès du sportif.

 

Source et date de l'article Keek.fr  18.02.2011

Source de l'image


Lire la suite

Khadafi sur la touche

25 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Football

Je n'étais pas au courant de cette histoire ! Je l'ai découverte par hasard !

 

http://www.afrik.com/local/cache-vignettes/L120xH151/arton6931-e00b8.jpg

L’attaquant du club italien de Pérouse, Al Saadi Khadafi, a été condamné jeudi à trois mois de suspension après un contrôle anti-dopage positif. La décision affectera sans doute assez peu la carrière du fils du Guide de la Révolution libyenne, qui, depuis son arrivée en Ombrie, en juin dernier, n’a jamais été aligné en championnat.

La carrière de l’International libyen Al Saadi Khadafi n’est pas prête de décoller en Europe. L’attaquant de terrain offensif de Pérouse a été condamné jeudi à trois mois de suspension par le Comité olympique italien (Coni). Il avait été contrôlé positif au norandrostérone, le 5 novembre dernier, à l’issue d’un match qu’il avait regardé depuis le banc. Son président, Luciano Gaucci, avait immédiatement pris sa défense en mettant en cause des médicaments que le joueur aurait prit pour soigner son mal de dos. Le principal intéressé se contentant d’expliquer qu’il ne savait pas ce qui avait pu se passer, mais qu’il ferait tout pour le découvrir. Après vérification, Al Saadi avait confirmé avoir subi une thérapie médicale à base de corticostéroïdes, en Allemagne, pour soigner son dos.

 

Il avait même renoncé à une contre-analyse qui aurait pu lui coûter une suspension encore plus lourde. L’attaquant sierra léonais de l’Inter de Milan, Mohammed Kallon, a ainsi pris huit mois de suspension après que son contrôle au norandrostérone ait été confirmé.

Reste que la suspension sera sans doute sans conséquence sur la carrière de l’International libyen, qui à trente ans n’a jamais réussi à gagner sa place à Pérouse. Depuis son arrivée en Ombrie, en juin dernier, il n’a jamais joué au cours d’un match de Serie A (première division italienne). Il a été élu second plus « mauvais joueur » du foot italien 2003 par les téléspectateurs de la RAI, derrière le Brésilien Rivaldo - un classement qui doit plus à la réputation qu’aux réelles possibilités techniques. Jusque-là, ses douleurs au dos avaient effectivement expliqué son non-alignement en championnat, explique le quotidien sportif italien La Gazzetta Dello Sport. Le club italien dispose là d’une nouvelle excuse pour ne pas faire évoluer son prestigieux joueur. Celui-ci trouvera néanmoins sans difficulté de quoi s’occuper ailleurs. En dehors des terrains.

 

Le football, un passe temps


« Son arrivée à Pérouse était juste un coup médiatique. Elle permettait de faire parler du club et de la famille Khadafi », estime Baba Wamé, journaliste sportif à Afrique Football. Le fils du Guide de la Révolution libyenne, Muhammar Khadafi, est surtout actionnaire de son nouveau club. Le président Gaucci avait d’ailleurs beaucoup insisté pour sa venue. Al Saadi a pu faire ses preuves de grand argentier dès octobre 2002, lorsqu’il est entré à hauteur de 7,5% dans le capital de la « Vieille dame », le mythique club turinois de la Juventus, par l’intermédiaire de la société d’investissement libyenne Lafico (Libyan Arab Foreign Investment compagny). Il a démissionné en octobre 2003 du Conseil d’administration du club pour cause d’incompatibilité avec ses nouveaux engagements.

 

Avant son arrivée en Italie, Al Saadi Khadafi était président du grand club libyen de l’Al-Ittihad de Tripoli, onze fois champion national mais jamais couronné sur le continent. Egalement joueur par intermittence, il est parvenu en 2002 à recruter l’International camerounais Patrick M’Boma et l’ancien Super-Eagle Viktor Ikpeba. Une tentative pour remédier à cette absence de résultats sur le plan africain. Vice-président de la Fédération libyenne de football, le sportif des fils Khadafi est également le maître d’œuvre du projet libyen d’organisation de la Coupe du monde 2010. Un poste où il n’hésite pas à faire état de son point fort, l’argent et ses relations : « Nous allons affecter six milliards de dollars à cet événement. A part l’Afrique du Sud, qui sera notre seule menace, je ne vois aucun concurrent sérieux », avait-il affirmé en juin 2003. C’est aussi en mettant en avant ses relations qu’il avait annoncé sa volonté de briguer le fauteuil de président de la Confédération africaine de football (Caf), en mai 2003, avant de se désister.

 

Source et date de l'article  Afrik.com  09.01.2004

Source de l'image


Lire la suite

Le dopage se pratique aussi dans les salles de fitness

24 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Haltérophilie

http://www.7sur7.be/static/FOTO/pe/8/12/1/media_xl_4069846.jpg?20110224082305

 

Le ministre des sports en Communauté française, André Antoine, prépare un projet de reconnaissance et de labellisation des centres de fitness, notamment afin d'endiguer les pratiques de dopage dans le domaine du body-building, indique jeudi Sud Presse.
 
L'an dernier, 7 contrôles sur 12 effectués sur des amateurs ou des pro du body-building dans les salles de sport se sont révélés positifs, essentiellement pour prise de produits anabolisants ou de testostérone.
 
Les salles contrôlées étaient déjà considérées comme suspectes, ce qui biaise les statistiques, selon André Antoine, qui juge toutefois ces éléments suffisamment inquiétants.
 
Le ministre rappelle qu'une action est menée avec les parquets pour combattre le dopage et que les contrôles se font à présent en présence de policiers.
 
Il a toutefois chargé un cabinet d'experts de dresser un état des lieux des législations en vigueur en Flandre et à l'étranger afin de préparer un projet de reconnaissance, d'agrément de labellisation des centres de fitness. Le texte devrait être adopté en 2012.
 
Au niveau général, les médecins de la Communauté française ont effectué l'an dernier 1.113 contrôles antidopage, dont 4,49 pc se sont révélés positifs.

 

Source et date de l'article  7sur7.be   24.02.2011

Source de l'image


Lire la suite

Le dopage plus rentable que la drogue

23 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Lutte contre le dopage

http://sportmagazine.rnews.be/images/resized/119/495/709/778/1/500_0_KEEP_RATIO_SCALE_CENTER_FFFFFF.jpg

 

David Howman n’y va pas avec le dos de la cuillère. Selon le directeur général de l’Agence Mondiale Antidopage (AMA), le trafic de produits dopants serait bien plus lucratif que celui de la drogue.

 

« Que les criminels puissent gagner plus d'argent en vendant des stéroïdes plutôt que de l'héroïne, est notre grand problème » déclarait mardi David Howman, directeur général de l’Agence Mondiale Antidopage (AMA).

« Il n'y a pas seulement plus d'argent à gagner en vendant des produits dopants, c'est aussi beaucoup plus sûr. De plus, dans beaucoup de pays certains produits sont même disponibles d'une manière légale. D'un dollar vous pouvez facilement vous en faire cent. Ils ne vendent pas seulement à des sportifs, mais se dégotent aussi des clients dans les écoles ou au sein de l'armée. Sans contrôle sanitaire, il est impossible d'estimer quelle est l'importance de ce problème au niveau de la santé publique» poursuit-il.

Selon Howman, la lutte contre le dopage doit déjà commencer à l'école. « Nos enfants ne doivent pas grandir en s'imaginant que le dopage est la seule manière de réussir. Pour limiter efficacement l'utilisation du dopage, il faut aussi s'attaquer à la propagation du fléau, en y associant les autorités policières et douanières. »

 

Source et date de l'article  Sport.be  23.02.2011

Source de l'image


Lire la suite

Tondo fait tomber un réseau

22 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://www.cyclismerevue.eu/wp-content/uploads/2011/02/Xavier-Tondo-Movistar-300x184.png

 

L’Espagnol Xavier Tondo (Movistar) s’est retrouvé, sans le savoir, à l’origine d’une affaire antidopage qui a une nouvelle fois secoué le monde sportif espagnol. Sept sportifs amateurs (dont des cyclistes et des culturistes) ont ainsi été interpellés par la Guardia Civil espagnole après un e-mail de Tondo, révélant la vente de produits interdits dans les milieux sportifs.

 

Selon le quotidien ibérique El Pais, Tondo aurait reçu un e-mail, début décembre, qui lui permettait d’acheter des produits dopants comme de l’EPO, des hormones de croissance, de la Nandrolone et du clenbutérol. Le coureur de la Movistar a directement fait suivre ce message à la police.

 

Cela a mené à une opération antidopage en Catalogne avec l’interpellation de sept personnes, « des amateurs et des jeunes sportifs en majorité » confirme la police. Selon un de ces sportifs, il aurait pris des produits sur conseil de son entraîneur, Jordi Riera, ancien cycliste pro qui a notamment pris part au Tour d’Italie en 2003 avec Kelme. Il avait été contrôlé positif à une stéroïde anabolisante, le Stanozolol, lors du Tour de Catalogne 2006, et suspendu deux ans.

Cependant, Riera a été innocenté, ce dernier ayant expliqué que les produits interdits qu’il possédait lui permettait de soigner une maladie dont il souffre. Les produits vendus sur Internet auraient cependant été volés dans des hôpitaux à Barcelone et au Portugal.

 

L’enquête continue.

 

Source et date de l'article cyclismerevue.eu  20.02.2011

Source de l'image


Lire la suite

"dopage au quotidien"

21 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

http://www.rmc.fr/images/article/300.229007.jpg

 

Ils ne sont ni sportifs de haut-niveau, ni golden-boy. Ce sont « des routiers, des VRP, des coursiers… Et pour répondre à la pression exercée par le monde du travail, ils ont eu recours à des produits ».

 

Comme d’autres médecins spécialisés dans le "dopage au quotidien", Michel Hautefeuille, psychiatre au Centre Marmottan à Paris, accueille de plus en plus de patients dopés à cause du travail : « Au naturel, on ne peut pas être vigilent à fond pendant 18 heures d’affilée, alors qu’il y a des routiers qui conduisent 18 heures d’affilée, tout le monde le sait. Il y a donc nécessité de prendre des trucs. Par exemple, la caféinodosage se développe de plus en plus ; ce sont des gélules, une étant l’équivalent de 5 expressos ; et j’ai des patients qui en prennent 15 à 20 par jour ». Vingt gélules, c’est l’équivalent de 100 cafés dans la journée…

 

Ces médecins accueillent aussi des enseignants, des postiers, des agriculteurs ou des chauffeurs de taxi, comme Alain, qui pendant trois ans a pris « de la cocaïne. Je pouvais commencer à 11h du matin et que ça se finisse à 2h du matin, explique-t-il. Je pouvais pas trimballer du monde dans l’état où j’étais. Ça a dû m’arriver 2 ou 3 fois : je prenais le client, je le déposais à l’aéroport, j’allais dans le parking, je me shootais dans les toilettes, en intraveineuse, et je repartais dans mon véhicule, sans prendre de client. »

 

Que font les entreprises et les patrons ? Pas grand-chose. Et c'est tout le problème : pour l'instant, c'est un tabou, comme l’explique le docteur Hautefeuille : « Les gens qui sont autour ne veulent pas voir. A partir du moment où le salarié fait son travail, que ce soit à jeun, complètement bourré ou en prenant des produits, l’entreprise s’en moque.
C’est encore plus visible dans les open spaces, où tout le monde travaille sous le regard de tout le monde et où la pression est énorme. J’ai quelques histoires de patients qui ont entièrement dévasté leur bureau, le jour où ils ont craqué. »


Ce médecin a trouvé un nom pour décrire ce "nouvel humain" qui rythme sa vie avec des substances : l'homo synthéticus. Pour travailler et avoir la forme, il prend des excitants. Pour être tranquille, des anxiolitiques. Pour dormir le soir, des somnifères. Et le lendemain, à nouveau des excitants pour repartir au travail...

 

Source et date de l'article  RMC.fr  21.02.2011

Source de l'image


Lire la suite

Contador, Ricco, Bernucci, vous avez dit dopage ?

20 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://medias2.lesdessousdusport.fr/image/fevrier-2011/09-02-2011/1_76a931e86cc753d4b15fe0dc95de411a_475.jpg

 

C’est au tour de Lorenzo Bernucci d’être suspendu.

 

Après Contador, et Ricco, c’est au tour de Lorenzo Bernucci d’être suspendu pour 5 ans par le comité italien national Olympique italien.

 

Le cycliste avait déjà était contrôlé positif en 2007. Aujourd’hui, cette condamnation fait  suite à une perquisition effectuée en avril à son domicile où des substances telles que de l’albumine et de la sibutramine ont été trouvées.

Encore une affaire de dopage, c’est la 3e fois cette semaine et nous ne sommes que mercredi ! Le cyclisme est-il devenu un sport impossible qu’on ne parvient à pratiquer qu’avec l’aide de produits illicites ?

Les chiffres sont formels, prenons exemple du Tour de France. En 2010 on constate que 9,6% des coureurs ont eu un problème de dopage. Un chiffre en évolution : ils étaient 8, 3 % l’année d’avant.

Pourquoi se dope-t-on ? En effet, on peut se poser la question, surtout lorsque l’on voit les problèmes de santé que cela engendre, Riccardo Ricco en a fait les frais dimanche. On se dope pour les résultats bien sûr, pour répondre à une pression qui pousse à avoir toujours le meilleur résultat. Mais n’est-ce pas une logique que tout sportif devrait avoir, sans tricher : gagner .

 

Patrick Laure, spécialiste des drogues et de la performance, parle d’"une culture du dopage chez les cyclistes". « En juin 1966, les coureurs du Tour de France ont fait grève afin de protester contre la loi antidopage votée quelques mois plus tôt par le Parlement. Ils estimaient qu'il s'agissait d'une atteinte au droit du sportif de disposer de lui-même. La grève n'a duré que quelques minutes : les coureurs sont descendus de machine et ont marché le vélo à la main, tout en étant soutenus par la foule. ».

 

Le dopage reste toujours un moyen pour nos chers cyclistes de développer leur imagination et de nous faire rire. En voici la preuve : il y a les bidons piégés ou mal nettoyés : "Lors de l'échappée qui me permit de l'emporter à Limoges, je n'avais plus rien à boire. L'Espagnol Linarès me donna son bidon, peut-être que celui-ci contenait un dopant. », Andreas Trocke,

"Si je suis effectivement reconnu positif (...) je me demanderai si ce n'est pas un de ces bidons tendus par les spectateurs dans un des cols qui contenait quelque chose.", Pedro Delgado.

 

Les mauvais soigneurs : "C'est [mon soigneur] qui m'a injecté ce produit, moi je lui avais juste demandé de la vitamine B-12.", Roger Bastide.

 

Les théories du complot : "Je ne réussis pas moi-même à expliquer ces deux contrôles positifs au Giro. Je n'écarte pas l'hypothèse d'un complot, mais avant de l'affirmer, je dois d'abord avoir des certitudes.", Danilo Di Luca , etc…

 

A qui le tour ?

 

Source et date de l'article Les dessous du sport.fr  09.02.2011

Source de l'image


Lire la suite

Dopage: 7 arrestations en Espagne

19 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

dopage_amph__..jpg

 

Le clenbutérol, un dopant qui ne concerne que les vaches? Ce produit a été saisi, ainsi que de l'EPO, lors d'une opération de la police espagnole ce vendredi en Catalogne. Selon la police régionale, sept personnes qui alimentaient un réseau de dopage à destination des sportifs ont été arrêtés. Parmi eux, des athlètes amateurs et des culturistes, mais aucun cycliste. Cette opération a débuté en décembre dernier après qu'un coureur professionnel a signalé à la police un e-mail où des produits dopants lui ont été proposés. 

 

Blanchi par sa fédération, le triple vainqueur du Tour de France Alberto Contador avait été provisoirement suspendu pour un contrôle urinaire positif au clenbutérol, un puissant anabolisant. Il s'est défendu en prétextant une contamination alimentaire après la consommation de viande bovine espagnole. L'Union cycliste internationale et l'Agence mondiale antidopage dispose encore d'une possibilité d'appel devant le Tribunal arbitral du sport. 

 

Début décembre, la police espagnole avait procédé à une vaste opération anti-dopage aboutissant à l'arrestation de 13 athlètes, entraîneurs et médecins. Parmi eux la championne du monde 2009 du 3000m steeple Marta Dominguez et le sulfureux Eufemiano Fuentes. Ce dernier était au coeur de l'affaire Puerto, qui mit en cause une parti du cyclisme professionnel international en 2006.

 

Source et date de l'article L'Express.fr  18.02.2011  


Lire la suite

Alberto Contador blanchi

18 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2011-01/2011-01-26/article_contadorok.jpg

 

Alberto Contador pourrait bien être au départ du prochain Tour de France le  2 juillet prochain. Selon le site internet du quotidien sportif madrilène Marca,  le comité de discipline de la Fédération espagnole de cyclisme a décidé d'acquitter le cycliste de son test positif au clenbutérol lors du Tour 2010. La Fédération espagnole avait proposé initialement un an de suspension pour le triple vainqueur de la Grande Boucle, qui avait fait appel.  Contador a toujours plaidé son innocence plaidant  une contamination après avoir mangé de la viande de bœuf.

 

Pour l’instant,  la fédération espagnole  s'est refusée à tout commentaire  mais pourrait rendre sa décision officielle dès ce mardi. Alberto Contador n’est pas donc encore sorti d’affaire. D’ailleurs, son entourage se garde bien de commenter la nouvelle. «Nous n'avons reçu aucune information officielle de la part de la Fédération. Nous avons vu ce qui a été publié dans la presse espagnole, mais c'est tout», précise  son agent.

Cette prudence est motivée par les recours encore possibles.   L'UCI (Union cycliste internationale) et l'AMA (l’Agence mondiale antidopage) disposent encore d’un mois, à partir de la réception du document de la fédération espagnole, pour faire appel auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) en cas de désaccord avec cette décision.

 

Une jurisprudence en tennis de table


Pour justifier cette décision, les quatre membres du comité s’appuient sur la jurisprudence, Dmitrij Ovtcharov.  En janvier dernier, ce pongiste allemand avait bénéficié d’un acquittement de la part de l'AMA après un contrôle positif au clenbutérol. Comme Contador, Ovtcharov avait plaidé une contamination alimentaire après avoir mangé de la viande.

 

Source et date de l'article  20minutes.fr  14.02.2011

Source de l'image


Lire la suite

La vraie maladie de Ronaldo

17 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Football

http://www.le10sport.com/dynamic/images/Ronaldo%20Bresil.jpg

 

Contrairement à ce qu’annoncent certains médias depuis hier soir, Ronaldo ne souffre pas d’hyperthyroïdie, mais d’hypothyroïdie. L'hypothyroïdie est une insuffisance de la sécrétion de la thyroïde. Les glandes thyroïdiennes servant à brûler les graisses, le premier cas rend le patient maigre, le deuxième gros. Sans aucun doute, c’est donc bien d’hypothyroïdie dont souffre le Ballon d’Or 1997 et 2002.


Ronaldo était maigre…
Etonnant, toutefois, lorsque l’on sait qu’au début de sa carrière, Ronaldo Luiz Nazàrio de Lima  - dit Ronaldo - n’avait pas autant de carrure. Lorsqu’il débarque en Europe (au PSV Eindhoven), à l’âge de 17 ans, il pèse 75 kg pour 1,83 m. « Quand il est arrivé au PSV, Ronaldo était très maigre, explique un journaliste italien. Quand il est reparti, il était devenu très musclé. Mais son tendon était toujours le même. Si vous avez une Fiat, elle aura beau être une petite voiture fantastique, si vous mettez un moteur de Ferrari à l’intérieur, elle vous lâchera ». C’est ainsi que Ronaldo peut se targuer d’être le seul joueur au monde à s’être fracturer trois fois le tendon rotulien. Les régimes alimentaires à base de créatine et de quelques substances anabolisantes sont surement à l’origine de cette exception scientifique.

 

Les hormones ne sont pas interdites
Aujourd’hui, le problème annoncé est tout autre. « Il y a quatre ans à Milan, j'ai découvert que je souffrais d'un problème, l'hypothyroïdie, qui ralentit le métabolisme et que, pour le contrôler, je devais prendre des hormones non autorisées dans le football, car elles sont considérées comme du dopage », a annoncé Ronaldo hier en conférence de presse. Ce n’est pas la stricte vérité. « C’est faux, les hormones thyroïdiennes en question ne sont pas interdites, indique le docteur Jean-Pierre de Mondenard. Elles ne sont pas sur la liste des produits interdits donc pas pénalisables ».

 

Une conduite dopante
« Beaucoup doivent regretter aujourd'hui d'avoir fait des blagues sur mon poids. Je n'ai aucune rancune contre personne »
, a rajouté Ronaldo. Il est vrai que son surpoids est visible depuis une au moins une décennie. Ce qui indique donc que le Brésilien n’a pas attendu la fin de sa carrière pour prendre régulièrement des hormones thyroïdiennes. Ainsi, si Ronaldo ne s’est pas dopé aux hormones, il a eu une conduite dopante pendant de nombreuses années. « Quand un sportif utilise des médicaments spécifiques pour faire du sport, il est dans une conduite dopante, explique le docteur de Mondenard. Le processus intellectuel est le même que pour les dopés qui cherchent donc à optimiser leurs performances avec des aides ». Beaucoup de sportif en effet « soignent » leurs performances. Mais entre dopage, conduite dopante et innocence, où est le juste milieu ? Où commence le dopage ?

 

Source et date de l'article  Le10sport.com  15.02.2011

Source de l'image


Lire la suite
1 2 > >>