Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Armstrong n'a plus d'amis

23 Mai 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://www.sudouest.fr/images/2011/05/22/405219_16706113_460x306.jpg

 

La justice américaine est un rouleau compresseur. L'affaire Strauss-Kahn en fait chaque jour une démonstration spectaculaire. Mais dans un registre plus lent et (un peu) plus discret, elle semble aussi avancer avec une détermination et une puissance étonnantes. Lance Armstrong, qui a pris sa retraite en fin de saison dernière, doit bien se demander jusqu'où elle ira. Car peu à peu, les enquêteurs chargés de démontrer que le septuple vainqueur du Tour de France a bâti son règne sur un vaste mensonge et beaucoup de dopage, semblent accumuler des montagnes de preuves et de témoignages. Le procureur Jeff Novitzky, de la Food and drug administration a déjà fait le déplacement en Europe et aurait recueilli nombre d'informations (notamment liées au financement du dopage, via son médecin italien, Michele Ferrari) à charge contre Armstrong.

 

Mais c'est peut-être du côté des anciens coéquipiers du « champion » américain, que viendra le coup de grâce. Depuis longtemps, d'anciens proches ont « balancé » le Texan. Il y avait eu Frankie Andreu et sa femme Betsie. Puis Floyd Landis, en 2010 et enfin Tyler Hamilton qui a avoué cette semaine, s'être dopé durant sa carrière et avoir vu son leader en faire de même. Un témoignage particulièrement accablant : « Il y avait de l'EPO… testostérone… transfusion sanguine. (Armstrong) a pris ce que nous prenions tous » a expliqué Hamilton. « Pendant six heures, j'ai dit toute la vérité et rien que la vérité (devant le grand jury). J'ai senti une forme de soulagement que je n'avais pas sentie avant. Tous les secrets, le poids que je portais depuis des années ».

 

Mais jusqu'ici, Armstrong et ses avocats avaient toujours clamé que la parole d'anciens coureurs, eux-mêmes tombés pour dopage (Landis et Hamilton), n'avait pas grande valeur. Les témoignages étaient pourtant d'une très grande précision, et particulièrement cohérents compte tenu des déroulements de course de l'époque.

Hincapie « comme un frère »

Mais les enquêteurs ne se sont pas contentés d'écouter d'anciens coureurs. C'est ainsi qu'ils auraient auditionné Georges Hincapie, l'un des plus fidèles et des plus proches équipiers de Lance Armstrong, toujours en activité. Il est le seul coureur à avoir épaulé Armstrong durant ses 7 Tours de France victorieux…

 

Selon le site d'information américain cbsnews.com (dont l'émission « 60 minutes » sera difusée aujourd'hui), Hincapie fait partie d'un groupe « d'au moins » trois anciens équipiers d'Armstrong ayant témoigné qu'ils s'étaient dopés, tout comme le septuple vainqueur du Tour. Ces affirmations ont été tenues devant un grand jury réuni à Los Angeles, dans le cadre de l'enquête fédérale sur le dopage au sein de l'ancienne équipe US Postal, lancée il y a un an par Novitzki.

Engagé sur le Tour de Californie, Hincapie, 37 ans, a refusé de confirmer les propos qu'il a tenus devant le tribunal. « Je ne peux faire aucun commentaire sur ce qui touche à l'enquête en cours. Je ne sais pas d'où sortent les informations de « 60 minutes », je ne leur ai jamais parlé. Comme je l'ai déjà dit, je suis déçu que les gens parlent du passé du cyclisme et non de son avenir », a-t-il résumé sur sa messagerie Twitter.

 

La menace du parjure

En clair, Hincapie ne veut pas redire publiquement ce qu'il a très certainement été obligé d'avouer devant le tribunal. Car si dans le cyclisme, « balancer » un coureur est un acte de trahison très mal vu, le parjure devant un tribunal américain est quant à lui passible de la prison…

 

Autrement dit, la solide omerta du vélo risque de voler en éclats face à l'intransigeance des prétoires US. Rappelons notamment que l'athlète Marion Jones avait passé 6 mois en prison pour avoir nié tout dopage… avant que la justice ne démontre le contraire.

 

Avec le témoignage d'Hincapie, c'est un énorme coup dur qui vient vraisemblablement de s'abattre sur la défense de Lance Armstrong. Son avocat, qui avait d'ailleurs été prompt à contre-attaquer Tyler Hamilton vendredi (« L'attrait pour l'argent et la soif de publicité (de Hamilton) n'y peuvent rien : Lance Armstrong est le sportif le plus contrôlé de l'histoire. »), n'a cette fois rien dit. Armstrong, lui, a toujours prétendu que pour lui, Georges Hincapie était « comme un frère ». Aujourd'hui, il n'est peut-être même plus son ami…

 

Source et date de l'article   SudOuest.fr  22.05.2011

Source de l'image


Lire la suite

La liste qui fait trembler le peloton

13 Mai 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://sport.francetv.fr/sites/www.sport/files/images/2011/04/pelotonpreview.jpg

 

Un document confidentiel contenant les évaluations individuelles des 198 coureurs du Tour de France 2010 suite aux contrôles effectués avant le départ a été publié par le quotidien L'Equipe. Cette liste que l'UCI qualifie de "simple outil de travail", attribue à chaque coureur un 'indice de suspicion' allant de 0 à dix. Plus le chiffre est élevé, plus la suspicion de dopage est grande...

 

Seuls deux coureurs ont reçu l'indice le plus fort (10), l’Espagnol Barredo et l’Ukrainien Popovych. Le Russe Denis Menchov ne se trouve pas loin avec un indice fixé à 9. Du côté des grands noms, quelques-uns peuvent se targuer d'afficher un indice de 0, comme le Suisse Fabian Cancellara, ou le Français Thomas Voeckler. Pas moins de 18 Français présentent d'ailleurs un indice de 0. Mais si les Français sont dans l'ensemble les moins concernés, une poignée de Tricolores fait partie des plus suspectés, à l'instar de Christophe Moreau qui a tout de même "reçu" un indice de 7.

 

Vainqueur de l'épreuve, Alberto Contador, s'était vu attribuer un 5. Le coureur espagnol avait à la suite du Tour, été contrôlé positif au clenbutérol. Expliquant avoir été victime d'une contamination alimentaire, Contador avait été "blanchi" par la fédération espagnole. Mais depuis, l'UCI et l'AMA, ont déposé un recours devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), qui devrait rendre son verdict dans le courant du mois de juin. A noter également que Lance Armstrong, est classé avec l'indice 4. Du côté des équipes, Cofidis fait figure de meilleur élève, avec sept coureurs notés 0. Trois autres équipes françaises (BBOx, FDJ et AG2R) complètent les quatre premières places.

 

Selon L'Equipe, les indices 6, 7, 8, 9 et 10 seraient "accablants". Certains des coureurs visés auraient d'ores et déjà fait l'objet d'une évaluation des experts de l'UCI chargés de la surveillance des passeports hématologiques. Des profils anormaux récurrents ont été notés tout comme l'identité des produits dopant, ainsi que leur mode d'administration.

La veille de la publication de cette liste, l'Union cycliste internationale (UCI) a vivement réagi, déplorant d'abord que "ce document soit entré en possession de personnes extérieures alors que cette liste constitue un simple outil de  travail sur la base de laquelle ses services antidopage ont organisé leur activité pendant la course." Une enquête interne à l'UCI a d'ores et déjà débuté, enquête qui devrait déterminer comment une telle fuite d'un document confidentiel, réservé à l'UCI et aux experts indépendants de l'AMA (Agence mondiale  antidopage) présents sur la course, a pu se produire. "Une telle faille dans la confidentialité est très grave et l'UCI mettra tout en oeuvre pour en découvrir l'origine", a réagi l'UCI.

 

"Concernant le contenu du document, l'UCI souligne que sa valeur est liée à un contexte temporel bien précis et découle d'une évaluation sommaire des  résultats de ces contrôles. L'esprit et le but des commentaires inscrits dans ce document étaient d'éviter toute sous-évaluation de la situation, l'UCI ayant  pour préoccupation majeure de lutter contre toute forme éventuelle de dopage grâce notamment à son programme du passeport biologique", a ajouté l'instance internationale.

 

Source et date de l'article sport.francetv.fr   13.05.2011

Source de l'image


Lire la suite

EXCLUSIVITE / Les vieux démons

1 Mai 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://www.sportbreizh.com/preview/543/w640m/Giunti.jpg

 

Cet article est EXCLUSIF car il n'a pas été publié dans Sport et Vie

 

Le cycliste italien Massimo Giunti, 35ans, a été contrôlé positif à l’EPO le 23 février 2010 lors d’un test inopiné et ciblé. Des anomalies avaient été constatées sur son profil sanguin. Son directeur sportif, Gianni Savio, accuse le coup, parce qu’il avait fait subir( ?) à toute son équipe, en novembre lors d’un camp d’entraînement, une formation sur l’antidopage. Celle-ci avait duré une demi-journée. «On n’arrêtait pas de dire aux coureurs, surtout aux anciens, que le cyclisme avait changé » déclarait - il au journaliste de Cycling News. Massimo Giunti a été provisoirement suspendu et devra rembourser la valeur totale de son contrat à l’équipe, l’Androni Giacatolli, classée en continental pro de 2ème division.


Les programmes éducatifs peuvent-ils être une arme efficace dans la lutte contre le dopage dans le cyclisme ? L’UCI a élaboré récemment un éducatif appelé UCI academy, true champion or cheat et dont le but avoué est « l’éducation du cycliste et l’éradication du dopage dans le cyclisme ».Le cas de Giunti nous montre que les programmes de prévention pourraient ne pas avoir l’impact souhaité sur les mauvaises habitudes du cyclisme. De plus, comment l’UCI pourrait-elle être sûre que le cycliste ait réalisé lui-même les 8 modules de l’UCI academy ?


Une approche plus intéressante serait d’enseigner une éthique de l’humilité dans la performance, c'est-à-dire le fait d’accepter son niveau de performance, pas seulement au cycliste mais à tout l’encadrement de l’équipe. Yannick Talabardon, 28 ans, déclare à Jean-Louis Le Touzet, journaliste à Libération (09/03/2010) avoir le plaisir d’être un modeste coureur professionnel, mais qui progresse néanmoins.

 

Talabardon (de l’équipe bretonne Saur Sojasun) espère sa sélection pour le Tour de France. Il n’a pas fait une grande carrière et pourtant il ne sent « ni blasé ni abattu ».Son avis sur les autres coureurs français est intéressant : ceux-ci, d’après lui, ont intégré les logiques de la lutte antidopage et auraient donc abandonné l’idée de mener grand train. Le peloton français serait entré en « période de modestie », première prise de conscience pour évoluer vers un cyclisme sans dopage.

 

Article réalisé par Marc Kluszczynski du magasine Sport et Vie 

Source de l'image 


Lire la suite