Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Mais l'EPO, c'est quoi exactement ?

12 Février 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Lutte contre le dopage

http://media.rtl.fr/online/image/2010/1029/7633127854_agence-francaise-de-lutte-contre-le-dopage-afld.jpg

 

L'EPO est très souvent citée dans les affaires de dopage mais personne ne sait véritablement l'origine de cette hormone. Le dernier scandale autour de ce produit interdit est l'affaire Ciprelli. L'époux de Jeannie Longo a été mis en examen car il s'en est procuré entre 2007 et 2011. Focus sur ce produit dopant qui fait l'actualité.

 

L'EPO, c'est quoi ?

L'EPO est le raccourci de érythropoïétine (aide à la prononciation : ERY-THRO-PO-Ï-É-TINE), une hormone naturelle ou synthétique contenant un glucide. Cela permet aux globules rouges de la moelle osseuse de se développer en plus grand nombre. L'érythropoïétine est sécrétée à 90% par les reins. Le reste de la production provient du foie, du cerveau et de l'utérus

Cette hormone a été découverte en 1906 par Sadi Carnot, un physicien français, lors d'une expérience réalisée sur des lapins. Avec l'histoire et les nouvelles technologies, son évolution n'a jamais cessé.

Aujourd'hui, il existe de nombreuses molécules d’EPO de synthèse, de plusieurs générations différentes, presque identiques à celles naturelles. En revanche, son nom est légèrement différent : RHuEPO, qui signifie Recombinant Human Erythropoïetin.Pour fabriquer cette molécule, il faut réaliser différentes actions. La base reste l'érythropoïétine d'un humain dans une lignée cellulaire d'un animal qui produit la protéine.

Comme dans une famille, le temps passe et les générations défilent. En 2008, la deuxième génération est remplacée par la troisième. La nouvelle molécule porte le nom de CERA. La nouveauté est qu'elle agît plus longtemps, trois semaines au lieu d'une, sur le corps humain. Mais dès sa sortie, elle était déjà détectable dans l'organisme humain.

 

Découvrez les différentes pratiques dopantes et leurs effets sur le corps humain

 

Pour pouvoir voir l'animation très intéressant cliquez ICI

 

http://media.rtl.fr/online/image/2012/0210/7743478239_animation-les-differents-types-de-dopage.jpg

 

Quels effets à l'EPO sur l'organisme ?

Injectée dans le sang, elle se fixe sur les récepteurs de la moelle osseuse. Davantage de globules rouges transportent ainsi l'oxygène. Dans un cadre médical, l'érythropoïétine est prescrite lors d'insuffisance rénale, maladies hématologiques, cancers...

Les spécialistes du dopage justifient l'utilisation de ses produits par les sportifs car cette molécule permet une oxygénation des muscles plus rapide, permettant une meilleure performance. Que ce soit dans l'intensité de l'effort que sur la durée. 

Le cyclisme est souvent le plus souvent associé avec cette pratique de dopage. D'après une étude, un coureur cycliste peut améliorer sa vitesse de près de 10%. Mais se doper à l'EPO peut avoir des conséquences irrévocables. Si l'effort est trop intense, le sang peut s'épaissir, et des caillots peuvent se former, entraînant défaillances cardiaques et AVC.

Comment l'EPO se dépiste ?

Aujourd'hui, les instances qui luttent contre le dopage peuvent utiliser deux techniques afin de dépister les tricheurs, par voie urinaire, ou par voie sanguine. Le test urinaire est très couteux et fastidieux à réaliser. Donc les contrôles anti-dopages sont majoritairement réalisés par test sanguin. Pour les cyclistes, le taux d'hématocrite ne doit pas excéder les 50%.

Quelles sont les grands cyclistes autour de l'EPO ?

Retrouvez toutes les histoires dans lesquelles des coureurs cyclistes ont été impliqués dans des affaires des dopages :

Affaire Ciprelli : le mari de Jeannie Longo avoue des achats d'EPO pour "usage personnel"
Hamilton charge Armstrong
Valverde suspendu jusqu'en 2012
Landis avoue s'être dopé et charge Armstrong
Mikel Astarloza positif à l'EPO
Di Luca contrôlé positif à l'EPO sur le Giro
Riccardo Ricco suspendu deux ans par le Coni

 


Source et date de l'article  RTL.fr  10.02.2012

Source de l'image


Lire la suite

Patrice Ciprelli, mari de Jeannie Longo, en garde à vue pour achat présumé d'EPO

9 Février 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRQIY_rs9IlYiLCZuWoLeX3LfE7nbW1mLYdofLpsCzht-JaSO6d

 

Le mari et entraîneur de la championne cycliste , Patrice Ciprelli, et son ami Michel Lucatelli directeur de l' de ski cross, ont été placés en garde à vue mercredi matin dans le cadre d'une préliminaire du parquet de Grenoble sur d'éventuels achats d'EPO.
M. Ciprelli et son ami ont été interpellés mercredi à 06H10 par les gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) et de la section de recherches de la gendarmerie de Grenoble.


Ils "sont entendus sur des faits de contrebande de marchandises dangereuses pour la santé, infraction aux règlements sur le commerce de substances vénéneuses, importation de substances ou de procédés interdits aux fins d'usage par un sportif sans justification médicale", a indiqué le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, dans un communiqué à l'AFP.
Mme Longo a été entendue comme témoin à la gendarmerie de Grenoble et "a répondu à ce qui lui était demandé", a déclaré en fin d'après-midi Me Bruno Ravaz, avocat des époux Longo-Ciprelli.
"Bien sûr, elle est inquiète mais elle a les épaules solides, elle fait face, elle n'a rien à se reprocher, elle n'est pas mise en cause", a-t-il ajouté.


Une perquisition, effectuée mercredi matin au chalet de Patrice Ciprelli et Jeannie Longo, à Saint-Martin-le-Vinoux, près de Grenoble, s'est terminée à 11H30. Trois voitures banalisées de la gendarmerie sont reparties, emmenant un homme allongé sur la banquette de l'un des véhicules, a constaté une journaliste de l'AFP.
En fin d'après-midi, M. Ciprelli et son ami Michel Lucatelli ont été déférés devant le procureur de Grenoble qui a décidé de prolonger leur garde à vue de 24 heures à compter de jeudi matin, a indiqué M. Coquillat à l'AFP.
L'Union cycliste internationale (UCI) a annoncé mercredi son intention d'intervenir dans le dossier. M. Ciprelli possède une licence dont il a demandé le renouvellement à la FFC à la fin de l'année dernière. A ce titre, il encourt une sanction sportive s'il a contrevenu au règlement antidopage.


Le parquet de Grenoble avait ouvert une enquête préliminaire visant M. Ciprelli le 14 septembre dernier, au lendemain de la publication d'un article de L'Equipe faisant état d'achats par l'entraîneur de Mme Longo d'EPO chinoise en avril 2007, via un site internet américain et par l'intermédiaire d'un ancien cycliste américain, Joe Papp.
L'enquête visait notamment à "vérifier les circonstances dans lesquelles ont été effectués les éventuels achats de produits dopants" par M. Ciprelli "et ceux qui auraient pu y participer".


Dans le cadre de cette enquête, les gendarmes auraient identifié "au moins cinq opérations suspectes" opérées par Ciprelli auprès d'un fournisseur d'EPO étranger, deux en 2010 et trois en 2011, indique le site internet du journal L'Equipe mercredi.
Parmi les trois opérations effectuées en 2011, les enquêteurs auraient récupéré deux factures d'environ 500 euros chacune, identifiant un compte bancaire au nom de M. Ciprelli, ainsi que la nature de la marchandise importée par colis postaux, de l'Eprex, EPO de première génération, ajoute le quotidien sportif.
Michel Lucatelli, directeur de l'équipe de France de ski cross, placé en garde à vue mercredi, serait allé chercher un colis pour son ami Patrice Ciprelli, selon L'Equipe.
Dans un communiqué, la Fédération française de ski (FFS) a exclu "formellement toute relation entre cette affaire d'ordre strictement personnel et la gestion des équipes de France de Ski Cross dont Michel Lucatelli a la charge".

 

Source et date de l'article LeParisien.fr  08.02.2012

Source de l'image


Lire la suite

Alberto Contador suspendu deux ans pour dopage

6 Février 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://static.lexpress.fr/medias/1596/817532_alberto-contador-of-spain-attends-the-presentation-of-the-itinerary-of-the-2012-tour-de-france-cycling-race-in-paris.jpg

 

L’Espagnol a été sanctionné de deux ans de suspension par le Tribunal arbitral du sport (TAS). Il perd le Tour de France 2010.

 

Alberto Contador a été sanctionné de deux ans de suspension par le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour son contrôle antidopage positif du Tour de France 2010.

Contador perd le bénéfice de sa victoire dans le Tour 2010, que le Luxembourgeois Andy Schleck avait terminé à la deuxième place. Suspendu jusqu'au 6 août 2012, il ne pourra pas s'aligner au départ de la prochaine édition de la Grande Boucle.

 

Les victoires de Contador acquises en 2011, principalement le Giro, sont également perdues par le coureur espagnol, maintenant âgé de 29 ans.

 

Selon le communiqué du TAS, la formation arbitrale a «partiellement admis les appels déposés par l'Agence mondiale antidopage (AMA) et l'Union cycliste internationale (UCI)» et a conclu qu'Alberto Contador «était coupable d'une infraction de dopage».

 

Par conséquent, Contador est suspendu pour une durée de deux ans avec effet rétroactif au 25 janvier 2011.

Le coureur dispose de 30 jours pour faire appel devant le Tribunal fédéral suisse, cet appel n'étant pas suspensif.

«La formation arbitrale se prononcera ultérieurement et dans une décision séparée au sujet de la demande déposée par l'UCI d'imposer une amende d'au moins 3 millions de francs à Alberto Contador», a précisé le TAS.

 

Effet rétroactif au 25 janvier 2011


Le TAS, qui a infligé deux ans de suspension avec effet rétroactif au 25 janvier 2011, a pris en compte la suspension provisoire de Contador, près de six mois entre août 2010 et février 2011.

La décision a été prise par la formation arbitrale du TAS composée de l'Israélien Efraim Barack, du Suisse Quentin Byrne-Sutton et de l'Allemand Ulrich Haas.

 

L'affaire a pris naissance le 21 juillet 2010 lorsque Contador, alors maillot jaune du Tour de France, a subi un contrôle antidopage qui s'est révélé positif à cause de traces infinitésimales (50 picogrammes) de clenbutérol, un produit illicite.

Contador, qui a plaidé une contamination alimentaire pour expliquer la présence des traces de clenbutérol dans ses analyses, avait été acquitté en première instance par sa fédération, en février 2011. Il avait pu ainsi courir normalement durant la saison passée et gagner notamment le Giro avant d'échouer dans le Tour de France (5e).

 

Le Madrilène, qui porte depuis l'an passé les couleurs de l'équipe danoise Saxo Bank, avait entamé victorieusement sa saison 2012 en gagnant deux étapes du récent Tour de San Luis en Argentine.

 

Source et date de l'article  TDG.ch  06.02.2012

Source de l'image


Lire la suite