Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Ricco suspendu 12 ans

22 Avril 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://medias.lequipe.fr/img-photo-jpg/riccardo-ricco-ne-devrait-vraisemblablement-plus-courir-chez-les-pros/1500000000151971/0:167,994:668-665-0-70/0ca53.jpg

 

Riccardo Rico a été suspendu jeudi pour 12 ans pour dopage par le tribunal italien.

 

Le tribunal antidopage italien a annoncé jeudi avoir suspendu le coureur Riccardo Ricco pour 12 ans, reconnu coupable de s'être fait une auto transfusion sanguine, réalisée avec du sang qu'il conservait dans son réfrigérateur, selon la police italienne. Le Tribunal a ainsi suivi les réquisitions du procureur du Comité olympique italien (Coni). Le coureur de 27 ans avait été à l'hôpital le 6 février 2011 en urgence pour un blocage rénal. Selon le médecin, Ricco avait avoué s'être fait une autotransfusion avec du sang qu'il conservait dans son réfrigérateur. L'Italien était ensuite revenu sur cet aveu.

Le "Cobra" avait déjà été suspendu vingt mois pour dopage en 2008. Après son contrôle positif à l'EPO-Cera lors du Tour de France 2008, Riccardo Ricco avait été interpellé par les gendarmes juste avant le départ de l'étape Lavelanet -Narbonne. Dans sa chambre, les enquêteurs avaient trouvé des flacons d'un produit masquant, des seringues et du matériel de perfusion. En novembre 2011, l'Italien avait été à condamné à deux mois de prison avec sursis et à 3 000 euros d'amende.

 

Source et date de l'article  l'Equipe.fr  19.04.2012

Source de l'image


Lire la suite

LES VISITES MEDICALES SONT IMPORTANTES DANS LA VIE DES ATHLETES

8 Avril 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Football

http://www.actualitiz.fr/images/vignettes/1332165993-4.jpg

 

Dr Eric Allangba (médecin sportif) de plus en plus, on assiste à des arrêts cardiaques sur les stades. Quels sont les facteurs qui expliquent cela ?

 

Les accidents cardio- vasculaires qui surviennent sur les stades ont toujours existé. Avec la mondialisation et la médiatisation, on y fait de plus en plus attention. Beaucoup de facteurs sont à la base de ces accidents qu’on appelle mort subite du sportifs. Ces accidents sont dus à des malformations au niveau du système vasculaire. Il s’agit souvent d’anévrisme (dilation sur un vaisseau), c’est-à- dire la néo formation au niveau des vaisseaux sanguins qui est pratiquement indétectable et qui se rompt pour une raison ou une autre. Il survient alors une hémorragie cérébrale. D’autres causes sont à la base de ces accidents. On pourra parler aussi des malformations cardiaques, d’hypertension artérielle méconnue.

 

Le dopage joue-t-il un rôle dans ces arrêts cardiaques?

Le dopage est l’un des facteurs importants de ces arrêts cardiaques. Il y a le côté négatif du dopage. C’est bien beau de remporter des médailles. Le dopage modifie le comportement de l’athlète. Il le rend certes très fort ; mais il y a toujours les effets secondaires qui sont catastrophiques. Ça peut-être des troubles sanguins, la folie, etc. Cela est provoqué par les différentes substances utilisées. Le dopage expose à de graves accidents. De grands athlètes de haut niveau sont décédés très jeunes et dont les causes de la mort n’ont pas été déterminées. Cependant, on est sûr qu’il y a eu le dopage en dessous.


Que faut-il faire alors pour éviter ces genres d’accidents?

C’est en cela que l’on voit l’importance de la visite médicale avant toute activité sportive. Cette visite médicale aboutit à la délivrance d’un certificat de non contre indication à la pratique sportive. La visite médicale n’est pas faite pour éliminer des candidats à la pratique sportive. Mais elle a toute son importance. Elle permet d’éviter les problèmes que l’on rencontre sur les stades ; c’est pourquoi, le minimum d’électrocardiogramme, de repos que l’on impose de nos jours peut, dans une moindre mesure, permettre de déceler des problèmes s’il en existe.


Comment expliquer que des joueurs des championnats européens qui font beaucoup d’examens médicaux puissent être victimes de ces genres d’accidents ?

Il y a un lot de tests médicaux que les joueurs professionnels font tout au long de leur carrière. Les examens médicaux ne peuvent pas tout déceler. Ce n’est pas un électrocardiogramme, une simple radio qui va mettre en évidence une malformation telle que l’anévrisme. Les examens permettent de détecter certaines maladies et d’éviter une grande partie d’accidents qui pourraient survenir.

La médecine est-elle impuissante face à ce phénomène?

La médecine est impuissante ? Non, pas qu’elle soit totalement impuissante. Vous voyez la prise en charge quand l’accident survient. Lors du récent accident du joueur congo-anglais, il a bénéficié de tous les soins notamment des massages cardiaques ; il a été conditionné, pris en charge par une équipe de réanimateurs. La médecine du sport est avant tout une médecine de prévention. On ne peut pas dire qu’elle est totalement impuissante. Mais elle peut être parfois prise à défaut dans certaines situations.


A vous entendre, la visite médicale n’est pas une panacée pour éviter ces accidents. Y aurait-il d’autres dispositions?

Les visites médicales ne sont certes pas la panacée. Mais il faut faire le minimum que l’on prescrit pour éviter les accidents. Les visites médicales sont très importantes. Nous suivons ce qui se passe au football avec les arbitres. Certes, avec les visites médicales, nous ne résolvons pas totalement les problèmes, mais il y a une grande partie des difficultés qui sont résolues.


Quelle est la situation de ces accidents en Côte d’Ivoire et en Afrique?

Je n’ai pas de statistiques fiables sur ces genres d’accidents en Côte d’Ivoire et en Afrique. Ce sont des accidents qui arrivent partout. J’ai été témoin d’un cas lors d’un examen d’entrée à l’Institut national de la jeunesse et des sports (Injs). Un athlète confirmé qui présentait le concours est décédé au cours des épreuves physiques. Il a fait un arrêt cardiaque. En Côte d’Ivoire, il y a un effort qui est fait. Les dirigeants fédéraux et des clubs sont conscients de la nécessité des visites médicales autour desquelles il y a un consensus. Elles sont de plus en plus corsées et sérieuses. On impose au minimum un électrocardiogramme et un certain nombre d’examens.


Les clubs et les responsables fédéraux respectent-ils ces tests que vous demandez?

De nombreuses fédérations et clubs disent ne pas disposer de moyens financiers pour payer les frais médicaux. Ce n’est pourtant pas excessif. Mais les dirigeants sportifs avouent leur impuissance à payer ces frais. Alors que nous avons trouvé un juste milieu pour leur permettre de faire faire ces visites à leurs athlètes. Dommage qu’il n’y ait pas de subventions de l’Etat pour les prises en charges des athlètes. S’il y avait une loi sur le sport en Côte d’Ivoire, la prise en charge des athlètes de haut se ferait sans difficulté. Bien qu’ils n’aient pas les moyens, ils sont conscients de l’importance de ces examens. Nous allons petit à petit instituer systématiquement ces examens, notamment l’électrocardiogramme de repos. A côté de cet examen, il y a aussi l’électrocardiogramme d’effort qui est également important.


Interview réalisée par

Élisabeth Goli

 

Source et date de l'article Fratmat.info  23.03.2012

Source de l'image


Lire la suite