Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Marion Jones condamnée à six mois de prison

12 Janvier 2008 Publié dans #Athlétisme

dopage-marion-jones.jpg
Mon avis sur le cas Marion Jones : Je lui tire mon chapeau d'avoir dit la vértité ! Ce n'est pas le cas de tout le monde ! J'espère que certains sportifs auront le besoin de dire la vérité !

SportVox

Lien intéresant : ici-et-la


Date de l'article 12.01.2008


WHITE PLAINS, New York (Reuters) - L'athlète Marion Jones, star déchue des Jeux olympiques de Sydney après avoir avoué s'être dopée, a été condamnée à six mois de prison pour avoir menti à la justice américaine.

La peine a été annoncée vendredi par le juge Kenneth Karas du tribunal de district de White Plains, dans la grande banlieue new-yorkaise. Jones avait plaidé coupable des deux chefs d'accusation retenus à son encontre lors de son procès en octobre dernier. C'est lors d'une audience qu'elle avait aussi reconnu, en larmes, avoir consommé des stéroïdes.

"Votre honneur, je mesure totalement la gravité de ces offenses et je suis profondément désolée", a déclaré l'ancienne quintuple médaillée olympique de Sydney en 2000, qui a perdu tous ses trophées olympiques et mondiaux depuis ses aveux.

Marion Jones a de nouveau fondu en larmes en priant la justice de ne pas la séparer de ses deux jeunes garçons.

"Je prie pour que vous soyez aussi charitable que peut l'être un être humain", a-t-elle dit.

Le juge l'a condamnée à six mois de prison pour avoir menti sur son recours à la THG, cette hormone de synthèse puissante fabriquée par le laboratoire californien Balco, et à deux mois de prison pour avoir dit tout ignorer d'une fraude bancaire impliquant son ancien compagnon, l'ancien recordman du monde du 100 mètres Tim Montgomery. Les deux peines sont concomitantes, c'est-à-dire que seule la peine la plus lourde est purgée.

SCEPTICISME

Kenneth Karas a souligné le statut élevé des champions sportifs dans la société en relevant qu'ils envoyaient de mauvais messages en se dopant.

La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), a réagi en espérant que cette peine, triste pour Marion Jones et sa famille, aurait un pouvoir dissuasif sur les autres sportifs.

"Nous espérons qu'à sa sortie de prison, elle puisse aider l'IAAF et d'autres organisations à s'assurer que les autres ne suivent pas le chemin qu'elle a suivi", a déclaré Nick Davies, porte-parole de l'IAAF.

Le juge Karas a également déclaré qu'il n'était pas convaincu par les déclarations de Marion Jones affirmant en octobre dernier qu'elle ne s'était pas rendue compte qu'elle prenait des stéroïdes jusqu'à l'après-JO de Sydney.

"Il est très difficile à croire qu'un athlète de haut niveau (...) ne soit pas attentif à ce qu'il ou elle met dans son corps", a noté le magistrat.

Jones, qui est âgée de 32 ans, est l'une des plus grands stars du sport international à avoir admis s'être dopée. Ses trois titres olympiques (100 m, 200 m, 4x400 m) et deux médailles de bronze (4x100 m, longueur) glanés à Sydney lui ont été retirés par le Comité international olympique.

L'athlète a conclu avec les procureurs un accord à l'amiable et accepté de coopérer sur une enquête distincte visant son ancien entraîneur Steve Riddick pour fraude bancaire.

Dans le cadre de cet accord ("plea deal"), les procureurs ont réclamé une peine maximale de six mois de prison.

Les défenseurs de l'athlète ont de leur côté plaidé pour que Marion Jones ne soit pas emprisonnée en raison des souffrances et de l'humiliation qu'elle a déjà subies.

Tous ses résultats depuis septembre 2000 ont été effacés des annales et l'athlète, autrefois rémunérée à hauteur de millions de dollars pour des publicités, est aujourd'hui ruinée.

Version française Jean-Stéphane Brosse

Source de l'article http://www.lemonde.fr

undefined

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article