Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

L'Américain Hamilton suspendu huit ans pour dopage

17 Juin 2009 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme


D
ENVER (Reuters) - L'Américain Tyler Hamilton, champion olympique du contre-la-montre en 2004 à Athènes, a été suspendu huit ans après avoir subi un second contrôle antidopage positif, a annoncé l'agence américaine anti-dopage (Usada).

Hamilton, 38 ans, avait déjà été convaincu de dopage par transfusion sanguine en 2004, quelques mois après la conquête de son titre olympique, entachée de soupçons.

Il avait annoncé sa retraite sportive en avril dernier, après avoir reconnu son contrôle positif à la DHEA, un stéroïde anabolisant, lors d'un test pratique hors compétition, le 9 février.


Le coureur américain, sous antidépresseurs depuis 2003, avait dit avoir acheté un médicament homéopathique contenant de la DHEA.

"Dans le cyclisme, une suspension de huit ans pour un athlète de 38 ans équivaut dans les faits à une suspension à vie et l'assurance qu'il est pénalisé pour ce qui aurait pu être la fin de sa carrière en compétition", a déclaré le directeur de l'Usada Travis Tygart dans un communiqué.


Vainqueur de plusieurs grandes courses dont Liège-Bastogne-Liège en 2003 ou le Critérium du Dauphiné Libéré en 2000, Hamilton avait aidé son compatriote Lance Armstrong à remporter ses trois premiers Tours de France entre 1999 et 2001.

 

Steve Keating, version française Grégory Blachier

 

Source et date de l'article  OBSnouvel.com  17.06.09

Source de l'image

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Nanette 17/06/2009 13:24

Franchement, ça sent mauvais !  On va finir par croire que tout le monde est dopé, sauf ceux qui ne se font pas prendre.  C'est surtout moche pour ceux qui performent et travaillent très fort, ne font pas partie des stars qui sont sous les spots, mais qui eux ne se droguent pas ! Ils ont des performances honorables, mais on ne parle pas des performances honnêtes ou honorables, on parle toujours en superlatif ! Dommage tout ça ...