Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Usain Bolt : 9"58 au 100m !

17 Août 2009 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Athlétisme



Hier soir, comme beaucoup de gens j'ai regardé la final du 100m hommes. J'ai regardé la course en direct sur France3. Je n'ai pas apprécié les commentaires des journalistes sur Usain Bolt par exemple : meilleure homme du monde, l'homme le plus rapide....Ils disaient la même chose à l'époque de Carl Lewis.

Je ne peux pas croire qu'il n'y a pas de dopage dans cette histoire. Pourquoi ? parce que j'ai trouvé cette course inhumaine et que je suis choqué par la médiatisation faite sur le 100m hommes.

Source de l'image



Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

un.athlete.neutre 06/07/2010 16:36



La Jamaïque n'est pas une pharmacie de dopage, ni Bolt ni ses compatriotes


Je pense que personne n'a tord dans ses commentaires mais aussi personnes n'a raison. C'est du moins ce que l'on peut en tirer maintenant, seul l'avenir nous dira si oui ou non, les athlètes
Jamaïcain, plus particulièrement Usain Bolt sont dopés. D'abords je ne pense pas que la Jamaïque est une pharmacie de dopage avec des médecins si organisé. Certes il y a tout d'un coup une montée
des Jamaïcains très exceptionnel chez les hommes comme chez les femmes, mais parlons pour les hommes (c'est ici que j'en connait le plus) Asafa Powell et Usain Bolt sont des athlètes totalement
différents, au entraîneurs différents et je pense n'ont pas grand liens.


D'abords pour pouvoir affirmés si Usain Bolt est dopé ou non il faut pratiqué l'athlétisme, je ne pense pas que chacun sait que Usain Bolt un mouvement du pied parfait, car l'athlétisme une
question d'alignement, le pied doit être elastique, c'est le cas de Bolt, le talont ne doit jamais posés par terre, c'est le cas de Bolt, il doit être à quelques centimètre du sol ( 1 ou 2 ) mais
il ne faut pas raterrir sur la pointe des pied non plus. Bolt ne court pas non plus en cycle arrière mais en cycle avant donc c'est une perte de temps en moins mais bon ça c'est le cas pour tous
les athlètes professionnels qu'ils est le niveau finale ou pas.Usain Bolt à aussi des muscles très élastiques et est très véloce et ça c'est un très gros point positif, sa très grande taille qui
normalement doit être un inconvénient (même s'il ne faut pas être trop petit) à sut la rande peut-être pas un avantage mais dut moins pas un handicap. Il faut noté aussi, et je pense que c'est là
que ce fait la grosse différence que Bolt est très décontracté, tant physiquement que pshycologiquement. L'énergie qui est mis dans les contractions (mouvement parasite qui empêche l'alignement,
les point sérrés...) ne peut pas être mis dans les jambes et là des centièmes de secondes s'envolent, Bolt est aussi très coordonné (plus les mouvement des bars sont parfaits et vont vites plus
jambes vont vites).


Si Bolt se dopérait il serait meilleurs au départ, aurait un super temps de réaction et ce n'est pas sont cas (il n'est qu'en même pas mauvais ).


Bolt à aussi la chance d'avoir un coach très intelligent, il est super bien coaché pour ne pas le griller, l'intelligence de son entraineur ce ressent dans ses perfs', très fort sur la
technique et le coffre.


Aussi Bolt est un talent depuis tout petit, où après avoir était détecté par son coach de cricket qui la incité à prendre un liscence d'athlé, on a vu qu'il était fait pour ce sport. Bolt est un
talent où à l'âge de quinze il courrait en moins de 21" au 200m, à presque seize ans il s'approchait déjà du record de France de 200m qui est de 20"36!! Il a aussi était champion du monde juniors
en cadet première année, donc Bolt est un talent de l'athletisme depuis longtemps et pour longtemps! De plus il fait très honnête car il a refusait les offres au prix très élévé des
université américaines et préférés rester chez lui en Jamaïque.


Je pense qu'il suffit juste de connaître ses passés, son histoire, l'athlétisme et surtout pratiqué l'athlé pour comprendre que Bolt est propre.


Certes ces performances entraînent des doutes c'est normal, mais on ne peut pas marché sur la rumeur. Il est clair qu'il a peut-être entre les compet' pris quelques produit et ça c'est
le cas de tous les sportifs sur le circuit professionel, français ou pas, je pense aussi et c'est dommage que maintenant on peut ce dopé sans être pris, ou en tout cas en étant blanchis. Il est
clair que le sport est deviens une usine à dopage et à fric, mais je ne le pense pas pour Bolt, en tous cas je l'espère.


Nous pouvons donner comme exemple que Carl Lewis c'est fait contrôler positif trois fois à l'epherine, qu'il n'aurait jamais dût courir à Séoul, là ou Johnson s'est fait prendre, soit disant que
c'était contre les alergies car c'était lors des sélections américaines pour les JO, à Indinapolis, c'est peut-être vrai...


En tout cas le phénomène Bolt est bon pour l'athlétisme mondial, ce n'est pas un hasard si le nombre de liscencié à la FFA augmente en flèche, c'est aussi les fruit du travail de Bernard Amsalem
et de ses colègues mais pas que!


Je vous le dit Bolt n'est pas à son apogé car il n'est pas encore parfait sur la technique (il se relève trop vite par exemple), et n'a que 23 ans;  il rebatterra son record
du monde et je l'espere de manière propre!



honeywings 18/08/2009 16:39


C'est l'histoire d'un type qui n'a pas eu de jeunesse et ne voulait pas vieillir.
L'Anglais Linford Christie, 39 ans, retiré des pistes depuis deux ans, a été contrôlé positif à la nandrolone après avoir couru un 60 m en salle lors d'un meeting mineur, à Dortmund en Allemagne, le 13 février. Sa fédération l'a annoncé hier seulement en précisant que son licencié avait été suspendu par la fédération internationale.
Ce 60 m, Christie ne l'a même pas gagné, mais il a tapé un 6''59, pour épater les jeunes qu'il entraînait depuis quelques temps. On pourra se demander pourquoi un ancien champion se dope encore. Et il y a deux réponses possibles. Soit que le dopage est une toxicomanie dont on ne décroche pas facilement et qu'un athlète accro ne saurait envisager de courir sans sa dose. Soit que Christie lutte maintenant contre le temps qui passe et ne revient pas.
On peut penser aussi que les deux réponses se mêlent et que la nandrolone, au fond, n'est que le symptôme de la douleur qui habite les champions, qu'ils ne montrent pas puisqu'on ne veut pas la voir, et ne les quitte pas toujours. Alors, ce qui arrive à Christie, est tout à fait répréhensible, mais il n'est pas indispensable de lui faire la morale.
Le soupçon du dopage a toujours flotté dans la foulée du sprinter anglais. Quasiment depuis le début de sa carrière. En 1988, Linford Christie finit troisième derrière Carl Lewis de la finale d'enfer des jeux Olympiques de Seoul remportée par Ben Johnson, record du monde pulvérisé en 9''79. Quelques heures plus tard, un contrôle révélait que Johnson était bourré de stéroïdes anabolisants.
Thé au ginseng. Ce fut un énorme scandale. Il occulta que le contrôle effectué sur Christie avait révélé une prise d'excitant, l'éphédrine, suffisamment conséquente pour justifier des sanctions. Le bateau du sprint tanguait déja beaucoup. Les instances internationales voulurent bien croire à l'histoire de thé au ginseng qu'il leur servit tout chaud. Christie avait déjà 28 ans. Ses plus brillants exploits étaient devant lui.
Il était venu sur 100 m très tard, après avoir tâté sans bonheur du triple saut et du saut en longueur. Il était grand et baraqué, il voulait faire quelque chose de son corps depuis très longtemps, depuis qu'il s'était rendu compte que les heures perdues à traîner dans les rues de la banlieue de Londres ne valaient pas mieux que celles où il s'était dégoûté d'apprendre sur les bancs de l'école. A 25 ans, il se met au 100 m et plafonne à 10''43. L'année suivante, en 1986, il devient champion d'Europe en 10''04. La vie commence pour lui.
Il devient le meilleur challenger malheureux de Carl Lewis, ce qui pouvait bien être une bonne raison de vivre et surtout de courir à l'époque. Toujours second, à en devenir dingue. Aux championnats du monde de Tokyo en 1991, même scénario. Christie a 31 ans, l'âge où sa carrière est derrière lui.
Il sera le roi des Jeux de Barcelone en 92. Cette année là, Lewis, malade lors des sélections américaines n'est pas qualifié pour le 100 m. Christie est médaille d'or. Mais en l'absence de Lewis, la victoire n'a pas une saveur satisfaisante. D'ailleurs, la presse de son pays, réputée pour sa délicatesse, le lui fait savoir. Barcelone est un bol d'amertume jeté sur un pot de miel.
Alors, un an après, à 33 ans, en présence de Lewis, au bout d'une ligne droite qu'il avale les yeux exorbités, Christie devient champion du monde à Stuttgart. C'est son sommet. Le seul sprinter européen qui pouvait inquiéter les Américains leur dame le pion. C'était une finale de vieillards, Lewis avait 32 ans.
Emmerdeur. Christie aurait dû se retirer. Il était devenu une star, un personnage caractériel, l'emmerdeur en chef de la fédération anglaise. Il s'aligna à Atlanta et fut disqualifié en finale, avant de courir, pour deux faux départs. Il gesticula beaucoup et refusa de quitter la piste. C'est l'emblème de son histoire car il avait beaucoup de temps à rattraper. L'éphédrine, la nandrolone, les autres potions ignorées n'y changeront rien. D'ailleurs pour lui, elles n'existent pas. Linford Christie les nie, comme il a toujours nié son âge.
Le président de la Fédération internationale d'athlétisme, Primo Nebiolo, s'est dit hier «nullement préoccupé» par la vague de cas positifs (Mitchell, Christie) frappant l'athlétisme.

honeywings 18/08/2009 16:27

On imagine tout de suite un encadrement médicale similaire de tous ces athlètes. Le fait qu'ils soient TOUS très très compétitifs, pour ne pas dire dominateurs, est très troublant voire suspect.  Les techniques de dopage sont vraiment à la pointe. Fini les montagnes de muscle à la Linford Christie ou à la Ben Johnson. Maintenant c'est l'organisme qui fonctionne à la CERA, aux hormones de croissance et aux auto-transfusions pour la récupération éclaire ! INDETECTABLE si c'est bien fait (c'est le cas, depuis le temps qu'ils y travaillent !). 

upentone 18/08/2009 08:17

Si il dominait avec 30 centiemes de plus, j'aurais eu un doute...mais la non...et puis son pays rafle tout en sprint, les relais arrivent, si on prend le classement individuel, ca va faire mal...j'ai du mal à y croire, l'éclosion des talents féminins, masculins en meme temps et de plusieurs athlétes en plus...ça fait pas un peu trop???

girard 17/08/2009 18:54

Effectivement ceci est très impressionnant et nous conduit immédiatement à la suspiscion. Mais personnellement j'ai la conviction que Bolt n'est pas dopé. Je ne parle pas des autres mais de lui. Ca se voit par la fluidité qu'il a, en plus il mesure 1,96 m ce qui devrait plutôt être un handicap mais pas pour lui. On voit qu'il ne force pas, il il des appuis halllucinant qui donnent l'impression qu'il courre sur un coussin d'air. Revisionné les courses des anciens dopés ça n'a rien n'avoir, même musculairement. De toute façon, l'avenir nous le dira !