Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Dopage: à donner la nausée...

2 Juillet 2007 , Rédigé par Marie Publié dans #Cyclisme


Article du 1 juillet 2007


Alors que le Tour de France s'élance dans moins d'une semaine, les affaires de dopage et les révélations gangrènent de plus en plus le peloton. L'Allemand Joerg Jaksche admet s'être dopé depuis 1997, et être lié au docteur Fuentes, enfonçant un peu plus une équipe Astana dont le leader, Alexander Vinokourov, annonce qu'il travaille avec le sulfureux docteur Michele Ferrari.

A une semaine du départ du Tour de France, le grand déballage continue. L'Allemand Joerg Jaksche fait son coming out dans l'hebdomadaire allemand Der Spiegel à paraître lundi. L'ancien coureur d'Astana reconnaît avoir été client du docteur Eufemiano Fuentes: "C'est mon sang qui a été trouvé dans trois pochettes. Je suis le 'numéro 20' dont il est question sur les documents."

Jaksche a décidé de tout balancer, depuis sa première prise d'EPO chez Polti en 1997. Pendant le Tour de France 1998, "quelqu'un dans notre équipe a eu l'idée de cacher l'EPO dans un aspirateur à double fond que nous trimballions avec nous dans notre autocar", raconte Jaksche. Gianluigi Stanga, patron de l'équipe à l'époque, explose de rire. "Ce sont des histoires vraiment ridicules", assure le manager de l'équipe Milram. Selon Jaksche, il était au courant. "C'était une époque particulière, mais je n'ai jamais incité un coureur à se doper ni organisé ou même favorisé le dopage au sein de mon équipe", rétorque Stanga. Sale semaine pour Milram dont le sprinteur vedette Alessandro Petacchi comparaît demain devant le Comité olympique italien pour un taux trop élevé de salbutamol sur le dernier Giro.

Jaksche autopsie et ce n'est pas beau à voir. Au sein de l'équipe Once où il a couru entre 2001 et 2003: "J'étais complètement aux mains des médecins et je ne peux même pas dire ce qu'ils nous faisaient exactement. Je tendais simplement mon bras et je me laissais piquer..." La prétendue révolution du peloton avait pourtant eu lieu. Jaksche, qui a rejoint la CSC fin 2003, n'épargne pas Bjarne Riis. Selon lui, le manager de la formation danoise était "naturellement au courant" des pratiques dopantes au sein de son équipe. Comme Walter Godefroot, l'ancien manager de Telekom, désormais directeur sportif chez Astana. "Pour lui, le problème n'était pas d'éviter que quelqu'un se dope mais d'éviter qu'il le fasse maladroitement", raconte Jaksche, qui a roulé sous les couleurs de la formation allemande de 1998 à 2000.


Cela commence à sentir mauvais autour de l'équipe Astana: cas positif de Matthias Kessler, suspension d'Eddy Mazzoleni, mises en cause de Godefroot qui avait récemment réfuté les accusations d'un ancien soigneur... Et Alexander Vinokourov - qui a couru au sein de la formation allemande de 2000 à 2005 - admet maintenant travailler avec le sulfureux docteur Michele Ferrari. Cela n'a pas surpris grand monde. Le problème avait été évoqué lors d'une réunion de l'Association des groupements sportifs (AIGCP) sur le Dauphiné Libéré. "On a demandé à ceux qui avaient des coureurs travaillant avec Ferrari de le dire, raconte l'un d'entre eux. On a vu des têtes se baisser." L'AIGCP se réunira jeudi prochain à Londres. "Je suis président mais je ne suis pas juge", élude Patrick Lefévère, le manager de Quickstep. "Je suis triste. On est presque mort. Une dernière banderille et c'est fini."

Le manager de Cofidis Eric Boyer est indigné. "C'est scandaleux ! Présenter Ferrari comme un super préparateur alors qu'il a dit que l'EPO n'était pas un produit dangereux et que tout ce qui ne rendait pas positif n'était pas dopage, c'est nous prendre pour des cons." Le manager de Bouygues Telecom, Jean-René Bernaudeau soupire: "Je commence à m'en foutre parce que je ne peux pas changer le monde. On ne sait plus quoi faire." Les organisateurs du Tour de France n'ont pas souhaité s'exprimer.

Par Christel de TADDEO
Le Journal du Dimanche

Ma source est http://www.lejdd.fr/cmc


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article