Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Contador, Ricco, Bernucci, vous avez dit dopage ?

20 Février 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://medias2.lesdessousdusport.fr/image/fevrier-2011/09-02-2011/1_76a931e86cc753d4b15fe0dc95de411a_475.jpg

 

C’est au tour de Lorenzo Bernucci d’être suspendu.

 

Après Contador, et Ricco, c’est au tour de Lorenzo Bernucci d’être suspendu pour 5 ans par le comité italien national Olympique italien.

 

Le cycliste avait déjà était contrôlé positif en 2007. Aujourd’hui, cette condamnation fait  suite à une perquisition effectuée en avril à son domicile où des substances telles que de l’albumine et de la sibutramine ont été trouvées.

Encore une affaire de dopage, c’est la 3e fois cette semaine et nous ne sommes que mercredi ! Le cyclisme est-il devenu un sport impossible qu’on ne parvient à pratiquer qu’avec l’aide de produits illicites ?

Les chiffres sont formels, prenons exemple du Tour de France. En 2010 on constate que 9,6% des coureurs ont eu un problème de dopage. Un chiffre en évolution : ils étaient 8, 3 % l’année d’avant.

Pourquoi se dope-t-on ? En effet, on peut se poser la question, surtout lorsque l’on voit les problèmes de santé que cela engendre, Riccardo Ricco en a fait les frais dimanche. On se dope pour les résultats bien sûr, pour répondre à une pression qui pousse à avoir toujours le meilleur résultat. Mais n’est-ce pas une logique que tout sportif devrait avoir, sans tricher : gagner .

 

Patrick Laure, spécialiste des drogues et de la performance, parle d’"une culture du dopage chez les cyclistes". « En juin 1966, les coureurs du Tour de France ont fait grève afin de protester contre la loi antidopage votée quelques mois plus tôt par le Parlement. Ils estimaient qu'il s'agissait d'une atteinte au droit du sportif de disposer de lui-même. La grève n'a duré que quelques minutes : les coureurs sont descendus de machine et ont marché le vélo à la main, tout en étant soutenus par la foule. ».

 

Le dopage reste toujours un moyen pour nos chers cyclistes de développer leur imagination et de nous faire rire. En voici la preuve : il y a les bidons piégés ou mal nettoyés : "Lors de l'échappée qui me permit de l'emporter à Limoges, je n'avais plus rien à boire. L'Espagnol Linarès me donna son bidon, peut-être que celui-ci contenait un dopant. », Andreas Trocke,

"Si je suis effectivement reconnu positif (...) je me demanderai si ce n'est pas un de ces bidons tendus par les spectateurs dans un des cols qui contenait quelque chose.", Pedro Delgado.

 

Les mauvais soigneurs : "C'est [mon soigneur] qui m'a injecté ce produit, moi je lui avais juste demandé de la vitamine B-12.", Roger Bastide.

 

Les théories du complot : "Je ne réussis pas moi-même à expliquer ces deux contrôles positifs au Giro. Je n'écarte pas l'hypothèse d'un complot, mais avant de l'affirmer, je dois d'abord avoir des certitudes.", Danilo Di Luca , etc…

 

A qui le tour ?

 

Source et date de l'article Les dessous du sport.fr  09.02.2011

Source de l'image


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article