Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

DOPAGE-Procès Puerto

31 Janvier 2013 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Procès Puerto

http://www.leparisien.fr/images/2013/01/27/2516213_photo-1359279370715-1-0_640x280.jpg

 

Ne comptez pas sur un grand déballage dans le procès Puerto qui a débuté réellement mardi à Madrid. Le docteur Eufemiano Fuentes, accusé d'un délit contre la publique, est poursuivi au même titre que quatre autres prévenus mais aucun sportif ne comparait. Et dès le deuxième jour d'audience, l'affaire qu'on souhaiterait circonscrire au milieu du prend de l'épaisseur.

 Le docteur âgé de 57 ans et considéré comme le cerveau de l'affaire a expliqué au tribunal que ses « clients n'étaient pas que des cyclistes ». Une déclaration qui confirme ce qu'il avait déclaré au quotidien Le Monde en décembre 2066 peu après l'éclatement de l'affaire au journaliste Stéphane Mandard avant de se rétracter.

« Chaque fois que nous recevions un sportif dans notre lieu de consultation, nous lui faisions un contrôle sanguin, pour savoir s'il avait un hématocrite élevé. Si c'était le cas, nous procédions à une extraction de sang parce qu'avoir un hématocrite élevé est dangereux (NDLR : ce phénomène peut être causé chez les sportifs par une prise d'EPO)», a-t-il expliqué devant la juge Fuentes. Cette dernière cherche alors naturellement à connaître l'identité des sportifs traités avec le docteur Merino Batres et si ses patients pratiquaient uniquement le cyclisme. 

« Cela pouvait être d'autres sportifs, répond le médecin. Mais en 2006 (NDLR : au moment du démantèlement du réseau), c'était majoritairement des cycliste ». Fuentes a toujours refusé de livrer le nom de ces fameux « clients » et sa ligne de défense ne devrait pas varier au procès se bornant à indiquer qu'il effectuait son travail dans les respect des règles d'hygiène. 

200 poches de sang retrouvées dans un appartement de Madrid

Ceux qui attendent pour autant des révélations risquent d'être déçus. Du fait de l'absence de loi antidopage en Espagne jusqu'en 2006, date où l'affaire Puerto a éclaté dans la péninsule, les prévenus ne sont poursuivis que pour des infractions liées au respect de la santé publique. Le mot dopage ne pourrait sans doute jamais être prononcé dans l'enceinte. En clair, la justice ibérique ne pourra que reprocher au médecin d'avoir pratiqué des auto-transfusion -destinées à masquer les prises de produits- sans respecter les règles d'hygiène. Rien d'autre. 

L'affaire Puerto, un vaste réseau de dopage avait ébranlé le monde du cyclisme en 2006. Les cinq prévenus - la soeur de Fuentes Yolanda, ainsi que les anciens directeurs sportifs Manolo Saiz (Liberty Seguros), Vicente Belda et José Ignacio Labarta (tous deux Comunitat valenciana)- avaient été arrêtés en mai 2006 après une enquête de la Garde civile, qui avait mis la main sur de nombreux produits dopants et quelque 200 poches de sang dans plusieurs appartements de Madrid. Mardi au tribunal, le docteur Fuentes a expliqué que le carton d' retrouvé dans l'appartement  « était pour ma (sa) fille qui avait un cancer ».

La visite de l'appartement est à ce titre édifiante. devant la cour, Fuentes a confirmé que s'y trouvait une centrifugeuse. Une des chambres ne servait pas à dormir mais à y pratiquer des transfusions. Et le frigo? A stocker les poches de sang.
 
L'ancien cycliste américain Tyler Hamilton témoignera lors du procès à la demande de l'Agence mondiale antidopage (AMA). Hamilton a déjà témoigné contre son compatriote Lance Armstrong, déchu de ses sept victoires dans le Tour de France. Il avait notamment évoqué les pressions subies de la part de l'entourage du coureur texan pour ne rien dire des années noires du peloton.


Pour le Parquet - qui a requis contre les cinq accusés deux ans de prison et deux ans d'interdiction d'exercice de leur profession - et pour les six parties civiles, l'enjeu est ainsi de prouver que le docteur Fuentes et ses acolytes, en réalisant des autotransfusions à des sportifs afin d'augmenter leur rendement, ont mis en danger leur intégrité physique. 

 

Source et date de l'article  LeParisien.fr  29.01.2013

Source de l'image

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article