Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Dr de Mondenard : "Lance Armstrong est un bouc émissaire"

30 Octobre 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

Rien ne va plus pour Lance Armstrong, lâché par ses sponsors. Pourtant, le Dr Jean-Pierre de Mondenard, spécialiste de la lutte anti-dopage, juge que les vrais responsables de cette affaire sont à chercher du côté de l’Union cycliste internationale.

"Quand j’entends que les années 2000 furent l’ère la plus sale du cyclisme, je rêve. Le dopage est généralisé depuis les années 1950. On est en train de faire de Lance Armstrong un bouc émissaire", fulmine le docteur Jean-Pierre de Mondenard.

 

Cet ancien médecin du Tour de France, éminent spécialiste de la lutte anti-dopage, nous alerte sur la tournure qu’est en train de prendre l’affaire Armstrong. "Cette affaire est traitée comme les précédentes. Et finalement ce ne sera qu’une affaire de plus car on se trompe de responsable", affirme-t-il.

Pour Jean-Pierre de Mondenard, Lance Armstrong doit bien évidemment être sanctionné, mais se focaliser sur le système de dopage généralisé mis en place par le Texan durant des années n’est pas la bonne solution.

"On entend les mêmes refrains qu’après l’affaire Festina en 1998, mais rien n'a changé. La seule évolution, c’est l’émergence de nouveaux produits, mais le dopage, lui, est présent dans le cyclisme depuis toujours !"

Selon l’auteur de "La grande imposture", il n’existe qu’une solution pour que les choses changent enfin : "Les responsables de l’Union cycliste internationale (UCI) doivent démissionner ou, tout au plus, cette instance doit se retirer de la lutte anti dopage. Si ce n’est pas le cas, il n’y aura pas de changement", avance-t-il.

"Avez-vous déjà vu, dans un jury d’assises, le jugement rendu par la famille des prévenus ? Avez-vous déjà vu, dans une entreprise, le patron être également délégué syndical ? Non ! Et bien en sport, c’est comme cela que ça se passe. Les fédérations nationales ou internationales, comme l’UCI, ne doivent pas s’occuper de la lutte anti-dopage. Il faut un système indépendant. Les politiques doivent être également partie prenante dans cette lutte."

 

Source et date de l'article  FRANCE24.com  19.10.2012


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article