Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Guerre ouverte au dopage

26 Octobre 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

dopage-anti-dopage.jpg

 

QUÉBEC - Prévention accrue, tests plus nombreux, amendes salées et implication possible de la police: tous les moyens seront bons pour décourager au maximum les cyclistes québécois de recourir au dopage.

 

Après avoir constaté avec dégoût que deux de ses coureurs, Arnaud Papillon et Miguel Agreda Rojas, avaient admis avoir consommé des produits dopants, Louis Garneau et plusieurs de ses acolytes ont mis les choses au clair, lundi, lors d’une conférence de presse très courue.

 

«On vient livrer un message d’espoir, a confié l’homme d’affaires et ancien athlète olympique. On ne souhaite pas être entachés et passer pour une bande de dopés. On a tous pris ça très au sérieux.

«Personnellement, je vais m’assurer qu’il y ait des tests dans mon équipe, payés de ma poche. Dans le contrat de tous mes athlètes, il y aura aussi une clause disant qu’en cas de dopage, ils devront remettre 10 000$ à l’équipe. Ils y penseront deux fois», a prévenu Garneau.

 

Vaste soutien


Chose certaine, malgré les deux individus épinglés, l’équipe Garneau-Club Chaussures-Norton Rose n’a rien perdu du soutien de l’univers cycliste.

Flanqué de Louis Barbeau, directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC), des anciens olympiens Yvan Waddell et Marc Blouin, ainsi que des athlètes tels David Veilleux et Joakim Albert, Garneau a réitéré que les malheureux événements devaient servir de leçon.

«C’est le début d’une grande campagne de sensibilisation, a-t-il lancé. Nous sommes la meilleure équipe amateur au Canada. Des jeunes peuvent vouloir être à la hauteur et prendre des raccourcis, mais on dira toujours non à la tricherie.»

 

Avec du recul, Garneau a convenu avoir été «un peu naïf». «Je pensais vraiment que depuis l’affaire (Geneviève) Jeanson, c’était terminé. Sur internet, c’est trop facile de se procurer des drogues.»

 

Aide policière?


De son côté, Barbeau a rappelé que des efforts supplémentaires seront investis autant dans les tests que la prévention.

«Du 1er juillet au 30 juin, près de 300 tests ont été réalisés. De tous les tests sanguins menés par le Centre canadien d’éthique dans le sport, 20% ont été réalisés dans le cyclisme. C’est énorme, mais il n’y a peut-être pas assez de prévention.

«La campagne "Roulez gagnants au naturel" va reprendre de plus belle et il y aura d’autres moyens plus importants. On va débloquer des budgets pour effectuer aussi nos tests. Nous n’avons pas la prétention de pouvoir enrayer complètement le dopage. Il y aura toujours des tricheurs, mais la vaste majorité de nos cyclistes roulent proprement.»

Vendredi soir, Garneau avait évoqué la possibilité de travailler en collaboration avec la police. Barbeau a fait écho à ses propos.

«On a débusqué des individus, mais plus important encore, il faut identifier la provenance des drogues.

«Il faut alerter les policiers par rapport à ça. En France et en Italie, il y a même des charges criminelles. Ici, ce n’est pas le cas. Est-ce que ça pourrait le devenir? On n’en est pas là, mais on veut travailler de concert avec eux.»

 

Source et date de l'article  Canoe.ca  24.10.2011

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article