Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

l'AFLD dit se battre contre de puissants réseaux

11 Avril 2010 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://referentiel.nouvelobs.com/file/876435.jpg

 

Par Bertrand Boucey


PARIS (Reuters) - Des réseaux organisés mettent au point des méthodes de dopage de plus en plus perfectionnées et la lutte contre ces trafiquants passe par une collaboration accrue avec les forces de l'ordre, juge le président de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), Pierre Bordry.


C'est pour cette raison que l'AFLD a signé une convention avec la gendarmerie nationale vendredi dernier.

"La nouveauté (cette année dans la lutte contre le dopage), c'est l'association de l'agence avec les forces judiciaires", a déclaré Pierre Bordry jeudi lors d'une conférence de presse.

Un cas en particulier illustre la nécessité d'une collaboration renforcée avec les forces de l'ordre, selon le président de l'AFLD: la découverte par les douanes de "kits" de dopage au sein d'une équipe ukrainienne lors du dernier Tour de l'Avenir en septembre dans l'est de la France.


Or, durant leur garde à vue, des prélèvements ont été effectués sur des coureurs de cette équipe, qui ont avoué un dopage à l'EPO, mais les analyses ont rendu des résultats négatifs.

"Il apparaît de plus en plus clairement qu'on peut échapper (à des contrôles positifs) même si on est dopé grâce à des protocoles", a expliqué Pierre Bordry.

"Ces protocoles sont appropriés puisque les contrôles ne sont pas positifs (et) nous avons peine à croire que ce sont des jeunes de 20 ans qui mettent en place ces protocoles", a-t-il ajouté.


CURES

Selon lui, "il est vraisemblable que certains sportifs dans certaines disciplines font des cures hors compétition et ensuite se font des microdoses d'entretien, qui sont en dessous des seuils (de détection)."

Le professeur Michel Rieu, conseiller scientifique de l'AFLD, a souligné, lors de la conférence de presse, que seules des personnes dotées de solides connaissances pharmacologiques pouvaient mettre au point ces méthodes de dopage.


"Le dopage n'est quasiment plus un dopage de compétition mais en stage", a-t-il dit. "On associe des substances qu'on ne connaît pas encore (à l'AFLD) et d'autres qu'on peut détecter mais qui sont utilisées de telle manière qu'elles ne soient pas détectées."


"Il y a derrière des réseaux très importants. Interpol les relie très clairement à la grande criminalité", a-t-il ajouté.

Pierre Bordry se dit cependant persuadé que la majorité des sportifs ne sont pas dopés et que ces problèmes ne se limitent pas au cyclisme. "Tout ça n'est pas réservé au cyclisme. Il y a des réseaux très organisés", a-t-il dit.

L'AFLD assure toutefois ne pas être démunie face à ces suspects pouvant agir à l'étranger à l'aide de produits n'ayant parfois même pas encore été commercialisés.


"La France n'est pas isolée dans sa recherche, il y a des relations avec les autres pays", a affirmé Pierre Bordry, évoquant des rapprochements avec les laboratoires.

Surtout, l'Agence mondiale antidopage (Ama) collabore avec Interpol, a-t-il souligné.

 

Source et date de l'article  NouvelObs.com  08.04.2010

Source de l'image

 

gif_seringue.gif

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article