Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Les affaires de dopage dans le football

2 Novembre 2009 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Football


En
1977, l'Allemand
Franz Beckenbauer, grande star des années 70, révèle au magazine Stern: "J'ai une méthode particulière pour demeurer au top niveau: l'injection de mon propre sang" (transfusion homologue).

- Dans son livre, "Prolongations d'enfer", l'international Jose Touré évoque son addiction à la drogue mais également les "piqûres de vitamines" subies au FC Nantes au début des années 80. A la même époque, et toujours dans un ouvrage autobiographique, le gardien de l'équipe d'Allemagne Harald Schumacher évoque l'utilisation par la Mannschaft de stimulants, d'éphédrine en particulier.
Plus tard, des joueurs de l'Olympique de Marseille, Tony Cascarino et Chris Waddle, parleront des piqûres suspectes qu'ils recevaient au début des années 90 alors que Jean-Jacques Eydelie franchira en 2006 un pas de plus en parlant de dopage organisé à l'OM.

- Le Mondial 1994 est marqué par l'affaire Maradona. Contrôlé positif à l'éphédrine (stimulant), l'Argentin est exclu de la Coupe du monde américaine.

- Le Championnat de France de 1re division est victime d'une épidémie de dopage à la nandrolone en 1997. Cyrille Pouget, Dominique Arribagé, David Garcion, Antoine Sibierski et Vincent Guérin sont positifs à ce stéroïde anabolisant, puis Christophe Dugarry en 1999. Tous ne sont pas sanctionnés, en raison notamment de vices de forme, et se justifient par la consommation de compléments alimentaires contaminés.

- En 1998, les accusations dans la presse de l'entraîneur tchèque de la Roma Zdenek Zeman déclenchent l'enquête du procureur Rafaelle Guariniello sur les pratiques de la Juventus Turin. Après quatre ans d'instruction, le procès révèle que les joueurs de la Juve avaient à leur disposition une pharmacie de 281 produits dont certains considérés comme dopants. La plupart, dont Zinedine Zidane, reconnaissent la consommation de créatine. Par ailleurs, des médecins s'interrogent sur le profil hématologique de certains joueurs de la Juve -qui auraient, s'ils étaient cyclistes, été interdits de départ- au vu notamment de leur taux hématocrite et évoquent l'usage "très probable" d'EPO par plusieurs joueurs et "quasi-certain" pour Antonio Conte et Alessio Tacchinardi.

- Président de la commission médicale de la Fifa, le Dr Michel D'Hooghe annonce que la Coupe du monde 1998 a été celle de l'EPO, avant de démentir ces propos.

- Quatre ans après l'épisode français, de nouvelles contaminations à la nandrolone touchent d'autres championnats européens en 2001 à commencer par le Portugal (31 cas!), l'Italie (neuf joueurs de Serie A dont Fernando Couto, Josep Guardiola, Edgar Davids, Jaap Stam), l'Espagne (Frank de Boer, Carlos Gurpegui en 2002), et impliquent une majorité de joueurs néerlandais.

- En 2003, l'Italie découvre les "veuves du Calcio" par l'entremise d'un rapport commandé par le juge Guariniello et qui révèle que les anciens footballeurs italiens meurent beaucoup plus tôt que la moyenne, notamment de la SLA (sclérose latérale amyotrophique) aussi appelée maladie de Charcot ou de Lou Gehrig.

- Le Roumain Adrian Mutu (Chelsea, D1 anglaise) est contrôlé positif à la cocaïne en 2004. Mais c'est l'entraîneur d'Arsenal Arsene Wenger qui crée l'événement cette année-là en Angleterre en déclarant avoir eu des doutes devant les "taux de globules rouges anormalement élevés" de certaines recrues de son club. "Des clubs dopent les joueurs à leur insu", ajoute-t-il.

- En 2005, la video de Fabio Cannavaro s'injectant du Neoton (créatine) par intraveineuse, la veille de la finale de la Coupe UEFA 1999
entre Parme et l'Olympique de Marseille, fait scandale. Le Neoton, non prohibé, faisait partie de la pharmacopée de la Juventus. Par ailleurs, le procès de la Juventus s'achève sur la relaxe en appel des dirigeants précédemment condamnés.

 

© La Dernière Heure 2008

 

Source et date de l'article La dernière heure.be  29.05.2008

 


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lenoar 03/02/2010 23:04



Au moment de la mort de Pantani, Jean pierre Courcol (ancien directeur du Groupe Amaury) s'interrogeait sur le traitement médiatique qui détruisait Pantani alors que la même presse encensait
Didier Deschamps pourtant désigné en 98 comme ayant atteint le même taux d'hématocrite qui avait mis Pantani KO / à savoir 51,2 %..........