Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE
Articles récents

Entre Nadal et la France, y’a comme un problème

27 Mai 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Roland-Garros 2012

http://www.leparisien.fr/images/2012/05/27/2018867_sp1.JPG

Même si son palmarès en fait un monument à Paris, Rafael Nadal ne bénéficie pas du soutien populaire qu’il pourrait espérer. Retour sur les rapports tumultueux de l’Espagnol avec le public de la porte d’Auteuil.

Le roi est de retour. , six fois vainqueur des Internationaux de , récent lauréat à Monte-Carlo, Barcelone et Rome, sans perdre un set, fera son entrée en lice mardi face à l’Italien Bolelli. En terre déjà presque promise mais pas forcément en terrain conquis auprès du public de la Porte d’Auteuil. Depuis son premier sacre en 2005, le no 2 mondial, qui n’a mordu la poussière qu’une seule fois en 46 matchs, entretient des rapports ambigus avec .

Comme un enfant prodige jamais totalement adopté.

Au départ, tout en appréciant la fougue, l’enthousiasme et la puissance du « Rahan » de Manacor, la foule parisienne voyait surtout en lui un empêcheur de Federer en rond – l’ex-no 1 mondial a toujours joui d’une reconnaissance considérable sur la terre battue parisienne.

Puis vint le séisme en 2009 de l’unique défaite du Majorquin face à Söderling en 8e de finale. Avec le Suédois dans le rôle du pot de terre soutenu par les tribunes. « Ils le disent eux-mêmes et c’est vrai, le public parisien est stupide, s’emporte alors Toni Nadal, oncle et coach de Rafa. Je pense que les Français n’aiment pas voir un Espagnol gagner. Ils se comportent avec la vanité des gens qui se croient supérieurs. » Nadal accuse le coup. « Je me sens apprécié en France mais surtout hors du court. J’ai l’habitude d’entendre crier le nom de mes adversaires quand je joue, s’attriste-t-il. C’est dommage que dans un tournoi où j’ai eu tant de grands moments, le public n’ait jamais eu un geste pour moi. »

Quelques mois plus tard, l’Ibère bat Tsonga à Bercy. « Pour nous, à Paris, le public est toujours hostile, lâche Toni. Alors, un peu plus ou un peu moins, on est habitués… » Pour Joan Solsona, spécialiste du tennis pour le quotidien sportif « Marca », les prémices des complexes relations « franco-nadaliennes » remontent à… 2005 et à la victoire de Nadal contre Grosjean en 8e de finale, quand le public avait conspué pendant près de dix minutes une balle litigieuse de l’Espagnol.

« Ça, Toni ne l’a jamais oublié, explique Solsona. Le paradoxe, c’est que Rafa aime jouer à Paris, mais qu’il se sent beaucoup plus aimé et respecté à Wimbledon. » Un proche de l’ex-no 1 mondial va même plus loin : « Ils se sentent persécutés, ose-t-il. Et ne comprennent pas pourquoi les Français sont autant obsédés à vouloir le salir avec le dopage. » Une méfiance cultivée depuis juin 2006 et une information parue dans la presse française — jamais confirmée — faisant état d’une possible implication de Nadal dans l’opération Puerto (coup de filet dans le monde du cyclisme).

Et depuis le dernier Roland-Garros, avec la tirade de Yannick Noah sur le dopage généralisé en Espagne et les sketchs des « Guignols » après la suspension d’Alberto Contador par le Tribunal arbitral du sport (TAS), les choses ne se sont guère arrangées. Allant même jusqu’au roi d’Espagne et à son fameux « les auteurs des Guignols sont des idiots », glissé à l’oreille de Nadal.

Dès son arrivée à Paris, Nadal a tenté de clore le débat. « Je me sens comme à la maison ici, lâche-t-il. Cette polémique, je ne l’ai pas créée, donc cela ne change rien pour moi. »

 

Source et date de l'article  Le Parisien .fr  27.05.2012

Source de l'image


Lire la suite

Le passeport biologique

22 Mai 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #JO Londres 2012

http://img.maxisciences.com/dopage/les-sportifs-doivent-regulierement-se-soumettre-a-des-controles-anti-dopage_47460_w250.jpg

 

Moins de trois mois avant le plus grand rendez-vous sportif du monde, les Jeux Olympiques, à Londres, le spectre du dopage revient sur le devant de la scène. Mais depuis plusieurs années, une nouvelle arme de contrôle a fait son apparition : le passeport biologique qui a déjà démontré son efficacité.


C’était mercredi dernier, la fondeuse portugaise Hélder Ornela devient la première athlète à se faire suspendre pour dopage... sans contrôle positif. En effet, mis en place depuis 2008, le passeport biologique est la nouvelle arme anti-dopage réduisant encore davantage les mailles des contrôles. Il s’agit d’un document électronique qui collecte les données issues de tous les tests subis par un sportif, et en particulier de son profil hématologique et endocrinologique. En suivant de près l’évolution de ces marqueurs biologiques, le système permet de rendre compte de leurs variations et donc d’un éventuel recours au dopage.

 

Débuté dès l’année 2008, le programme du passeport biologique a commencé sur les chapeaux de roue dans le domaine du cyclisme : 8.404 contrôles ont été effectués cette année là, puis 10.603 en 2009 sur 36 équipes. Et les résultats sont concluants : 8 coureurs en 2008 ont fait l’objet de procédures disciplinaires, cinq en 2009 puis trois en 2010. Il faudra attendre cependant 2010 pour qu’une sanction soit infligée par le tribunal national antidopage du Comité olympique national italien (CONI) à l'encontre de Francesco De Bonis.

 

Il sera suspendu deux ans et condamné au paiement d'une amende de 13.000 euros. L’Italien amorce ainsi une succession de condamnation visant sept autres coureurs à l’instar de Franco Pellizotti, meilleur grimpeur du Tour de France en 2009, et Igor Astarloa, champion du monde en 2003.

 

Mis en place en France en 2013

Déjà obligatoire en Suisse, en Allemagne et au sein de l’UCI (union cycliste internationale), le passeport biologique devrait faire aussi son apparition en France. Le Sénat a adopté en février dernier une proposition de loi introduisant le passeport pour les sportifs de haut niveau. Ce texte devrait être signé en juillet 2013. Une initiative que pourraient imiter d’autres pays et d’autres fédérations. Autorisée par le Tribunal Arbitral du Sport, cette pratique permettra de sanctionner un sportif dopé, même a posteriori.

 

Au-delà de son caractère répressif, les instances de lutte contre le dopage comptent sur l’effet dissuasif de la mesure pour baisser e recours à cette pratique et donc le nombre de tests positifs. Néanmoins, malgré les dispositions anti-dopages de plus en plus sévères et efficaces, de nouveaux athlètes devraient encore être concernés durant les Jeux olympiques de Londres cet été. 

 

Source et date de l'article MaxiSciences.com  13.05.2012

Source de l'image


Lire la suite

Kutrovsky suspendu deux ans

19 Mai 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Tennis

http://static.ladh.eu/pictures_news/art_190041.jpg

 

La Fédération bulgare a annoncé ce mercredi la suspension pour deux ans de Dimitar Kutrovsky. Numéro 2 national, ce dernier a été contrôlé positif à la methylhexanamine, un stimulant utilisé à l'origine comme décongestionnant nasal, lors du tournoi de San Jose en février dernier. Kutrovsky va faire appel de cette sanction, appliquée rétrospectivement à partir du 14 février. La Fédération internationale a établi que le Bulgare n'avait pas eu recours volontairement à cette substance.

 

Source et date de l'article  L'Equipe.fr  16.05.2012

Source de l'image


Lire la suite

Ricco suspendu 12 ans

22 Avril 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://medias.lequipe.fr/img-photo-jpg/riccardo-ricco-ne-devrait-vraisemblablement-plus-courir-chez-les-pros/1500000000151971/0:167,994:668-665-0-70/0ca53.jpg

 

Riccardo Rico a été suspendu jeudi pour 12 ans pour dopage par le tribunal italien.

 

Le tribunal antidopage italien a annoncé jeudi avoir suspendu le coureur Riccardo Ricco pour 12 ans, reconnu coupable de s'être fait une auto transfusion sanguine, réalisée avec du sang qu'il conservait dans son réfrigérateur, selon la police italienne. Le Tribunal a ainsi suivi les réquisitions du procureur du Comité olympique italien (Coni). Le coureur de 27 ans avait été à l'hôpital le 6 février 2011 en urgence pour un blocage rénal. Selon le médecin, Ricco avait avoué s'être fait une autotransfusion avec du sang qu'il conservait dans son réfrigérateur. L'Italien était ensuite revenu sur cet aveu.

Le "Cobra" avait déjà été suspendu vingt mois pour dopage en 2008. Après son contrôle positif à l'EPO-Cera lors du Tour de France 2008, Riccardo Ricco avait été interpellé par les gendarmes juste avant le départ de l'étape Lavelanet -Narbonne. Dans sa chambre, les enquêteurs avaient trouvé des flacons d'un produit masquant, des seringues et du matériel de perfusion. En novembre 2011, l'Italien avait été à condamné à deux mois de prison avec sursis et à 3 000 euros d'amende.

 

Source et date de l'article  l'Equipe.fr  19.04.2012

Source de l'image


Lire la suite

LES VISITES MEDICALES SONT IMPORTANTES DANS LA VIE DES ATHLETES

8 Avril 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Football

http://www.actualitiz.fr/images/vignettes/1332165993-4.jpg

 

Dr Eric Allangba (médecin sportif) de plus en plus, on assiste à des arrêts cardiaques sur les stades. Quels sont les facteurs qui expliquent cela ?

 

Les accidents cardio- vasculaires qui surviennent sur les stades ont toujours existé. Avec la mondialisation et la médiatisation, on y fait de plus en plus attention. Beaucoup de facteurs sont à la base de ces accidents qu’on appelle mort subite du sportifs. Ces accidents sont dus à des malformations au niveau du système vasculaire. Il s’agit souvent d’anévrisme (dilation sur un vaisseau), c’est-à- dire la néo formation au niveau des vaisseaux sanguins qui est pratiquement indétectable et qui se rompt pour une raison ou une autre. Il survient alors une hémorragie cérébrale. D’autres causes sont à la base de ces accidents. On pourra parler aussi des malformations cardiaques, d’hypertension artérielle méconnue.

 

Le dopage joue-t-il un rôle dans ces arrêts cardiaques?

Le dopage est l’un des facteurs importants de ces arrêts cardiaques. Il y a le côté négatif du dopage. C’est bien beau de remporter des médailles. Le dopage modifie le comportement de l’athlète. Il le rend certes très fort ; mais il y a toujours les effets secondaires qui sont catastrophiques. Ça peut-être des troubles sanguins, la folie, etc. Cela est provoqué par les différentes substances utilisées. Le dopage expose à de graves accidents. De grands athlètes de haut niveau sont décédés très jeunes et dont les causes de la mort n’ont pas été déterminées. Cependant, on est sûr qu’il y a eu le dopage en dessous.


Que faut-il faire alors pour éviter ces genres d’accidents?

C’est en cela que l’on voit l’importance de la visite médicale avant toute activité sportive. Cette visite médicale aboutit à la délivrance d’un certificat de non contre indication à la pratique sportive. La visite médicale n’est pas faite pour éliminer des candidats à la pratique sportive. Mais elle a toute son importance. Elle permet d’éviter les problèmes que l’on rencontre sur les stades ; c’est pourquoi, le minimum d’électrocardiogramme, de repos que l’on impose de nos jours peut, dans une moindre mesure, permettre de déceler des problèmes s’il en existe.


Comment expliquer que des joueurs des championnats européens qui font beaucoup d’examens médicaux puissent être victimes de ces genres d’accidents ?

Il y a un lot de tests médicaux que les joueurs professionnels font tout au long de leur carrière. Les examens médicaux ne peuvent pas tout déceler. Ce n’est pas un électrocardiogramme, une simple radio qui va mettre en évidence une malformation telle que l’anévrisme. Les examens permettent de détecter certaines maladies et d’éviter une grande partie d’accidents qui pourraient survenir.

La médecine est-elle impuissante face à ce phénomène?

La médecine est impuissante ? Non, pas qu’elle soit totalement impuissante. Vous voyez la prise en charge quand l’accident survient. Lors du récent accident du joueur congo-anglais, il a bénéficié de tous les soins notamment des massages cardiaques ; il a été conditionné, pris en charge par une équipe de réanimateurs. La médecine du sport est avant tout une médecine de prévention. On ne peut pas dire qu’elle est totalement impuissante. Mais elle peut être parfois prise à défaut dans certaines situations.


A vous entendre, la visite médicale n’est pas une panacée pour éviter ces accidents. Y aurait-il d’autres dispositions?

Les visites médicales ne sont certes pas la panacée. Mais il faut faire le minimum que l’on prescrit pour éviter les accidents. Les visites médicales sont très importantes. Nous suivons ce qui se passe au football avec les arbitres. Certes, avec les visites médicales, nous ne résolvons pas totalement les problèmes, mais il y a une grande partie des difficultés qui sont résolues.


Quelle est la situation de ces accidents en Côte d’Ivoire et en Afrique?

Je n’ai pas de statistiques fiables sur ces genres d’accidents en Côte d’Ivoire et en Afrique. Ce sont des accidents qui arrivent partout. J’ai été témoin d’un cas lors d’un examen d’entrée à l’Institut national de la jeunesse et des sports (Injs). Un athlète confirmé qui présentait le concours est décédé au cours des épreuves physiques. Il a fait un arrêt cardiaque. En Côte d’Ivoire, il y a un effort qui est fait. Les dirigeants fédéraux et des clubs sont conscients de la nécessité des visites médicales autour desquelles il y a un consensus. Elles sont de plus en plus corsées et sérieuses. On impose au minimum un électrocardiogramme et un certain nombre d’examens.


Les clubs et les responsables fédéraux respectent-ils ces tests que vous demandez?

De nombreuses fédérations et clubs disent ne pas disposer de moyens financiers pour payer les frais médicaux. Ce n’est pourtant pas excessif. Mais les dirigeants sportifs avouent leur impuissance à payer ces frais. Alors que nous avons trouvé un juste milieu pour leur permettre de faire faire ces visites à leurs athlètes. Dommage qu’il n’y ait pas de subventions de l’Etat pour les prises en charges des athlètes. S’il y avait une loi sur le sport en Côte d’Ivoire, la prise en charge des athlètes de haut se ferait sans difficulté. Bien qu’ils n’aient pas les moyens, ils sont conscients de l’importance de ces examens. Nous allons petit à petit instituer systématiquement ces examens, notamment l’électrocardiogramme de repos. A côté de cet examen, il y a aussi l’électrocardiogramme d’effort qui est également important.


Interview réalisée par

Élisabeth Goli

 

Source et date de l'article Fratmat.info  23.03.2012

Source de l'image


Lire la suite

Un vaste de coup de filet invalidé en Espagne

24 Mars 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Athlétisme

http://s2.lemde.fr/image/2010/12/22/540x270/1456774_3_e08e_marta-dominguez-ici-avec-son-mari-le-22_3b4864874036d211951312aaa28f0307.jpg

 

Un tribunal de Madrid a invalidé jeudi les preuves rassemblées par la police lors d'un vaste coup de filet antidopage en décembre 2010 en Espagne, baptisé Opération Galgo, "lévrier" en espagnol, où été notamment impliquée Marta Dominguez, ancienne championne du monde 2009 du 3 000 m steeple. Cette décision signifie que les poursuites toujours engagées vont devoir être abandonnées.

L'audience provinciale de Madrid a validé la décision de la juge d'instruction d'annuler les écoutes téléphoniques de la garde civile, rejetant un recours du ministère public. La magistrate chargée du dossier avait elle-même autorisé ces écoutes, avant de revenir sur sa décision. Le tribunal a appuyé ce revirement au motif que la requête des policiers "ne contenait aucun indice objectif ou de soupçon étayé laissant entendre que les prévenus aient commis un délit de dopage sportif".


"DE SIMPLES CONJECTURES" 

Cette décision annule non seulement les écoutes visant Marta Dominguez, déjà blanchie en avril 2011 mais depuis suspendue de son poste de vice-présidente de la fédération espagnole d'athlétisme, et ses entraîneurs Cesar Pérez et Manuel Pascua, mais aussi les perquisitions à leurs domiciles et à ceux d'autres prévenus, comme le cycliste décédé Alberto León ou le médecin Eufemiano Fuentes, car l'audience provinciale considère qu'elles découlent de ces écoutes.

Selon le tribunal, la perquisition "ne se fondait que sur de simples conjectures, des spéculations et des généralisations, sans la rigueur requise pour prouver un délit de dopage dans le domaine sportif." L'opération Galgo  a consisté en une série de perquisitions à travers l'Espagne et en l'interpellation de 14 personnes, des médecins, des pharmaciens, des entraîneurs, des agents et des athlètes, pour des soupçons de trafic de produits stupéfiants et d'atteinte à la santé publique.

 

Source et date de l'article  LeMonde.fr  23.03.2012

Source de l'image


Lire la suite

Abidal dopé ? N’ayons pas peur des mots !

18 Mars 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Football

http://robin.football.fr/public/.abidal_m.jpg

 

Un an après sa première opération, le français Eric Abidal se retrouve avec de nouveaux problèmes de santé au niveau du foie. Alors si certains voient là une malédiction qui s’abat sur le français, il faut peut-être arrêter de se voiler la face, et ne pas avoir peur de prononcer le mot « dopage ».

 

Oui le mot a de quoi choquer. Mais les fans de foot, moi le premier, doivent se rendre à l’évidence. Ce sport n’est pas plus propre que les autres. Penser que tout le monde marche à l’eau claire n’est qu’une utopie. La triche existe, comme partout. Et dans le sport, cela se traduit par le dopage. Le foot n’échappe pas à la règle, et Eric Abidal, comme beaucoup d’autres sportifs avant lui, est surement victime de cela. Même si comme beaucoup il n’avouera jamais, les suspicions sont plus que légitimes.

 

Le Docteur Fuentes, habitué du milieu

Au cœur des affaires de dopage depuis des années, un catalan ! Inconnu dans le milieu du football, Eufemiano Fuentes l’est pourtant dans le cyclisme. Il est le commanditaire de l’affaire Puerto en 2006. Cette affaire de dopage qui a fait tomber plus de coureurs que toutes les autres affaires réunies. De Jan Ullrich à Alejandro Valverde, en passant par Alexandre Vinokourov ou Ivan Basso, tous les grands champions ou presque y sont passés. Aujourd’hui dans le cyclisme, Fuentes rime avec dopage et bourreau. La « grande reine » a une mauvaise image, et c’est en grande partie à cause de lui.

Ce même Dr Fuentes habite aujourd’hui dans la charmante ville de Barcelone, à quelques kilomètres du camp d’entrainement des Blaugranas (ce qui ne veut pas dire qu'il n'a pas de contacts avec d'autres clubs, le Real Madrid par exemple, également cible de soupçons ces dernières années). Alors certes il ne faut pas tirer de conclusions hâtives, mais cela ne semble pas être une coïncidence. Certains anabolisants, améliorant les capacités physiques dont la vitesse, l’endurance ou encore la résistance peuvent avoir des effets secondaires et provoquer des tumeurs au foie. Je vous laisse deviner ou je veux en venir, cela semble évident. Eric Abidal pourrait s'être dopé. Evidemment je n'ai pas les analyses sanguines du joueurs mais il est logique de ne pas exclure cette piste.

 

A quand des contrôles dans le foot ?

Cependant, comment pourrait-on lui en vouloir si c’était vrai ? Le français a surement une faiblesse au foie depuis toujours, ce qui pourrait entrainer cette réaction indésirable. Mais beaucoup d’autres joueurs prennent surement des produits similaires sans conséquences… On peut donc se demander ce qu’attendent les instances antidopage - l’AMA, la FIFA et l’UEFA en tête - pour faire passer des contrôles aux joueurs. Il ne faut pas s’étonner de trouver des dopés dans le cyclisme puisqu’il y a des centaines de contrôles. Faisons-en de même dans le football, il y aurait surement de nombreuses surprises.

Evidemment ce ne serait pas joyeux dans un premier temps. On pourrait apprendre que nos joueurs favoris étaient en fait dopés. Mais au moins, les tricheurs seraient sortis de la compétition. Ils ne seront pas tous repérés bien entendu, mais cela dissuaderait une partie des joueurs, c’est certain. Ne nous cachons donc plus la vérité. Acceptons que le sport que nous aimons ne soit pas aussi propre qu’on veut le croire. Le milieu du football rapporte des millions, croire que tout le monde se bat à armes égales est donc complètement utopique. Eric Abidal avait peut-être compris comment devenir meilleur. Aujourd’hui, si tel était le cas, ce ne serait que les conséquences. Et si on ne fait rien, il faut s’attendre à de plus en plus de cas de genre…

 

Article écrit par Robin Watt

 

Source et date de l'article Football.fr  16.03.2012 

Source de l'image


Lire la suite

Lance Armstrong au coeur d'une nouvelle polémique

4 Mars 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://static3-bob.rtl.be/rtlutils/pics/div/2012_03_03/528x197/IMAGEGLOBE_10511922.jpg

Malgré le fait que sa carrière professionnelle soit terminée, Lance Armstrong est à nouveau au centre d'une nouvelle polémique concernant le dopage. Il n'a pas été contrôlé après avoir fini 2e de l'Ironman (triathlon). Normalement, les trois premiers le sont systématiquement...

Une polémique secoue le monde du triathlon. Elle concerne le septuple vainqueur du Tour de France l'Américain Lance Armstrong. Ce dernier avait réussi la très belle performance de terminer à la 2e place de l'Ironman 70.3 de Panama le 12 février dernier. Alors que les trois premiers des épreuves de la Fédération internationale de triathlon (ITU) sont systématiquement priés d'effectuer un contrôle antidopage, à Panama les contrôles n'ont pas concerné les trois premiers. Cette décision de ne pas contrôler le podium vainqueur a été qualifiée de "totalement absurde" par la présidente de l'ITU Marisol Casado. "C'est au détriment de nous tous. C'est totalement absurde. Nous effectuons d'énormes efforts, nous avons une fantastique image et maintenant quoi? C'est terrible!", a estimé Madame Casado.

 

Pas contrôler ses propres clients...

L'ITU et la société Ironman avaient un accord signé il y a dix ans qui permettait à Ironman de procéder à ses propres contrôles. Une réunion entre les deux parties s'est tenue il y a quinze jours. Désormais, les contrôles seront effectués par l'ITU sous l'égide de l'Agence Mondiale antidopage (AMA). "Une société commerciale ne peut pas être responsable des contrôles de ses propres clients" a ajouté Marisol Casado.

 

"Où et quand vous voulez"

Lance Armstrong n'a jamais été contrôlé positif lors de sa carrière de coureur cycliste, mais a été souvent entouré de rumeurs, notamment après une enquête du journal français L'Equipe. Au milieu de cette nouvelle polémique, le Texan, âgé de 40 ans, a déclaré qu'il était prêt à se soumettre à tout contrôle "où et quand vous voulez."

 

Source et date de l'article  RTL.be  03.03.2012

Source de l'image


Lire la suite

Mais l'EPO, c'est quoi exactement ?

12 Février 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Lutte contre le dopage

http://media.rtl.fr/online/image/2010/1029/7633127854_agence-francaise-de-lutte-contre-le-dopage-afld.jpg

 

L'EPO est très souvent citée dans les affaires de dopage mais personne ne sait véritablement l'origine de cette hormone. Le dernier scandale autour de ce produit interdit est l'affaire Ciprelli. L'époux de Jeannie Longo a été mis en examen car il s'en est procuré entre 2007 et 2011. Focus sur ce produit dopant qui fait l'actualité.

 

L'EPO, c'est quoi ?

L'EPO est le raccourci de érythropoïétine (aide à la prononciation : ERY-THRO-PO-Ï-É-TINE), une hormone naturelle ou synthétique contenant un glucide. Cela permet aux globules rouges de la moelle osseuse de se développer en plus grand nombre. L'érythropoïétine est sécrétée à 90% par les reins. Le reste de la production provient du foie, du cerveau et de l'utérus

Cette hormone a été découverte en 1906 par Sadi Carnot, un physicien français, lors d'une expérience réalisée sur des lapins. Avec l'histoire et les nouvelles technologies, son évolution n'a jamais cessé.

Aujourd'hui, il existe de nombreuses molécules d’EPO de synthèse, de plusieurs générations différentes, presque identiques à celles naturelles. En revanche, son nom est légèrement différent : RHuEPO, qui signifie Recombinant Human Erythropoïetin.Pour fabriquer cette molécule, il faut réaliser différentes actions. La base reste l'érythropoïétine d'un humain dans une lignée cellulaire d'un animal qui produit la protéine.

Comme dans une famille, le temps passe et les générations défilent. En 2008, la deuxième génération est remplacée par la troisième. La nouvelle molécule porte le nom de CERA. La nouveauté est qu'elle agît plus longtemps, trois semaines au lieu d'une, sur le corps humain. Mais dès sa sortie, elle était déjà détectable dans l'organisme humain.

 

Découvrez les différentes pratiques dopantes et leurs effets sur le corps humain

 

Pour pouvoir voir l'animation très intéressant cliquez ICI

 

http://media.rtl.fr/online/image/2012/0210/7743478239_animation-les-differents-types-de-dopage.jpg

 

Quels effets à l'EPO sur l'organisme ?

Injectée dans le sang, elle se fixe sur les récepteurs de la moelle osseuse. Davantage de globules rouges transportent ainsi l'oxygène. Dans un cadre médical, l'érythropoïétine est prescrite lors d'insuffisance rénale, maladies hématologiques, cancers...

Les spécialistes du dopage justifient l'utilisation de ses produits par les sportifs car cette molécule permet une oxygénation des muscles plus rapide, permettant une meilleure performance. Que ce soit dans l'intensité de l'effort que sur la durée. 

Le cyclisme est souvent le plus souvent associé avec cette pratique de dopage. D'après une étude, un coureur cycliste peut améliorer sa vitesse de près de 10%. Mais se doper à l'EPO peut avoir des conséquences irrévocables. Si l'effort est trop intense, le sang peut s'épaissir, et des caillots peuvent se former, entraînant défaillances cardiaques et AVC.

Comment l'EPO se dépiste ?

Aujourd'hui, les instances qui luttent contre le dopage peuvent utiliser deux techniques afin de dépister les tricheurs, par voie urinaire, ou par voie sanguine. Le test urinaire est très couteux et fastidieux à réaliser. Donc les contrôles anti-dopages sont majoritairement réalisés par test sanguin. Pour les cyclistes, le taux d'hématocrite ne doit pas excéder les 50%.

Quelles sont les grands cyclistes autour de l'EPO ?

Retrouvez toutes les histoires dans lesquelles des coureurs cyclistes ont été impliqués dans des affaires des dopages :

Affaire Ciprelli : le mari de Jeannie Longo avoue des achats d'EPO pour "usage personnel"
Hamilton charge Armstrong
Valverde suspendu jusqu'en 2012
Landis avoue s'être dopé et charge Armstrong
Mikel Astarloza positif à l'EPO
Di Luca contrôlé positif à l'EPO sur le Giro
Riccardo Ricco suspendu deux ans par le Coni

 


Source et date de l'article  RTL.fr  10.02.2012

Source de l'image


Lire la suite

Patrice Ciprelli, mari de Jeannie Longo, en garde à vue pour achat présumé d'EPO

9 Février 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRQIY_rs9IlYiLCZuWoLeX3LfE7nbW1mLYdofLpsCzht-JaSO6d

 

Le mari et entraîneur de la championne cycliste , Patrice Ciprelli, et son ami Michel Lucatelli directeur de l' de ski cross, ont été placés en garde à vue mercredi matin dans le cadre d'une préliminaire du parquet de Grenoble sur d'éventuels achats d'EPO.
M. Ciprelli et son ami ont été interpellés mercredi à 06H10 par les gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) et de la section de recherches de la gendarmerie de Grenoble.


Ils "sont entendus sur des faits de contrebande de marchandises dangereuses pour la santé, infraction aux règlements sur le commerce de substances vénéneuses, importation de substances ou de procédés interdits aux fins d'usage par un sportif sans justification médicale", a indiqué le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, dans un communiqué à l'AFP.
Mme Longo a été entendue comme témoin à la gendarmerie de Grenoble et "a répondu à ce qui lui était demandé", a déclaré en fin d'après-midi Me Bruno Ravaz, avocat des époux Longo-Ciprelli.
"Bien sûr, elle est inquiète mais elle a les épaules solides, elle fait face, elle n'a rien à se reprocher, elle n'est pas mise en cause", a-t-il ajouté.


Une perquisition, effectuée mercredi matin au chalet de Patrice Ciprelli et Jeannie Longo, à Saint-Martin-le-Vinoux, près de Grenoble, s'est terminée à 11H30. Trois voitures banalisées de la gendarmerie sont reparties, emmenant un homme allongé sur la banquette de l'un des véhicules, a constaté une journaliste de l'AFP.
En fin d'après-midi, M. Ciprelli et son ami Michel Lucatelli ont été déférés devant le procureur de Grenoble qui a décidé de prolonger leur garde à vue de 24 heures à compter de jeudi matin, a indiqué M. Coquillat à l'AFP.
L'Union cycliste internationale (UCI) a annoncé mercredi son intention d'intervenir dans le dossier. M. Ciprelli possède une licence dont il a demandé le renouvellement à la FFC à la fin de l'année dernière. A ce titre, il encourt une sanction sportive s'il a contrevenu au règlement antidopage.


Le parquet de Grenoble avait ouvert une enquête préliminaire visant M. Ciprelli le 14 septembre dernier, au lendemain de la publication d'un article de L'Equipe faisant état d'achats par l'entraîneur de Mme Longo d'EPO chinoise en avril 2007, via un site internet américain et par l'intermédiaire d'un ancien cycliste américain, Joe Papp.
L'enquête visait notamment à "vérifier les circonstances dans lesquelles ont été effectués les éventuels achats de produits dopants" par M. Ciprelli "et ceux qui auraient pu y participer".


Dans le cadre de cette enquête, les gendarmes auraient identifié "au moins cinq opérations suspectes" opérées par Ciprelli auprès d'un fournisseur d'EPO étranger, deux en 2010 et trois en 2011, indique le site internet du journal L'Equipe mercredi.
Parmi les trois opérations effectuées en 2011, les enquêteurs auraient récupéré deux factures d'environ 500 euros chacune, identifiant un compte bancaire au nom de M. Ciprelli, ainsi que la nature de la marchandise importée par colis postaux, de l'Eprex, EPO de première génération, ajoute le quotidien sportif.
Michel Lucatelli, directeur de l'équipe de France de ski cross, placé en garde à vue mercredi, serait allé chercher un colis pour son ami Patrice Ciprelli, selon L'Equipe.
Dans un communiqué, la Fédération française de ski (FFS) a exclu "formellement toute relation entre cette affaire d'ordre strictement personnel et la gestion des équipes de France de Ski Cross dont Michel Lucatelli a la charge".

 

Source et date de l'article LeParisien.fr  08.02.2012

Source de l'image


Lire la suite