Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Articles récents

Des Jeux propres? Peut-être pas...

26 Février 2010 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #JO de Vancouver 2010

http://www.mountain-riders.org/_news/upload/logo-jo-vancouver-2212092276.jpgVANCOUVER - Il pourrait être un peu trop tôt pour qualifier les Jeux de Vancouver de "propres".


Le président de la commission médicale du Comité international olympique a révélé jeudi que le laboratoire antidopage souhaitait faire des analyses additionnelles de certains échantillons sanguins prélevés, puisque des indices laissent croire qu'il pourrait y avoir des cas de dopage sanguin.


Le docteur Arne Ljungqvist, un vétéran de la campagne antidopage, n'a pas pu révéler combien d'échantillons allaient être analysés plus attentivement.

"Je n'ai pas de données. Et tout ce que j'ai pu dire, c'est qu'il s'agit de faibles soupçons, a-t-il dit aux journalistes. Il n'y a pas de soupçon en particulier envers un athlète en particulier."


"Mais nous voulons, seulement pour nous rassurer, approfondir certaines données sanguines. Et cela signifie que nous pourrions voir des cas où de nouvelles générations d'EPO ont été utilisées", a-t-il ajouté.

L'EPO, ou l'érythropoïétine, est un type de médicament contre l'anémie, utilisé par les patients souffrant d'insuffisance rénale ou de certaines formes de cancer. Certains athlètes de sports d'endurance utilisent le produit pour augmenter leur production de globules rouges, qui transportent l'oxygène.


M. Ljungqvist n'a pas précisé si le laboratoire s'attendait à obtenir des réponses d'ici la fin des Jeux.

Les règles du CIO stipulent que les échantillons prélevés sont conservés pendant huit ans. Ils peuvent être réanalysés à tout moment durant cette période, et si des tests révèlent alors qu'un athlète a triché, des sanctions seront imposées.


Un total de 1821 tests, sur les quelque 2000 prévus, ont été effectués jusqu'à maintenant, et le seul résultat positif touchait une joueuse de hockey russe qui avait utilisé un stimulant interdit, contenu dans un décongestionnant, avant les Jeux. Elle a reçu une réprimande, mais a pu participer au tournoi olympique.


Environ 400 des échantillons prélevés à ce jour sont sanguins, les autres sont des échantillons d'urine. Tous les médaillés, de même que deux athlètes de chaque discipline choisis au hasard, doivent se soumettre aux tests.

 

Source et date de l'article  rdsolympiques.ca  25.02.2010

Source de l'image

 

gif_seringue.gif

Lire la suite

Des athlètes génétiquement modifiés ?

16 Février 2010 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #JO de Vancouver 2010

http://www.cyberpresse.ca/images/bizphotos/435x290/201002/14/147154.jpg
Le jour où l'on créera des super-athlètes grâce au dopage génétique n'est pas si lointain, avancent avec inquiétude quelques observateurs. Tricherie dernier cri? Des chercheurs québécois en génétique y voient plutôt un scénario de science-fiction.
«On dénombre aujourd'hui jusqu'à 200 gènes liés de près ou de loin à la performance sportive», indique Louis Pérusse, chercheur en génétique à l'Université Laval.

Imaginez si l'on pouvait, à l'aide de modifications génétiques, améliorer le transport de l'oxygène, augmenter les capacités cardiaques, optimiser le développement des fibres musculaires et mieux gérer l'énergie métabolique. Les possibilités pour les athlètes seraient alors immenses, non?

Louis Pérusse est très sceptique. Son collègue Claude Bouchard et lui sont les instigateurs d'une carte génétique de la performance sportive. À l'aide d'une équipe internationale, ils font une recension exhaustive de la littérature scientifique sur la génétique et la performance sportive. La carte est mise à jour et publiée tous les deux ans dans la revue Medicine&Science in Sports&Exercice.


Plusieurs recherches menées avec des souris ont donné des résultats spectaculaires sur la modification des gènes ou, indirectement, la manipulation de molécules exogènes liées aux gènes. En 2007, des chercheurs de l'Université de Cleveland ont obtenu une «super-souris» en surexprimant l'enzyme PEPCK-C associée à la production d'énergie, indique le magazine Sciences et Avenir. Le résultat? Une souris capable de franchir 6 km à 20 mètres/minute. Normalement, elle ne peut tenir plus de 200 mètres à cette vitesse!

«Il n'est pas envisageable à ce jour de transposer à l'humain les découvertes faites chez l'animal, affirme Louis Pérusse. Je crois que la manipulation des gènes pour améliorer la performance sportive est peine perdue. Les gènes en cause sont trop nombreux et ils n'ont pas tous le même potentiel.» Sans compter que la performance sportive n'est pas qu'affaire de gènes, ajoute-t-il.


La thérapie génique est loin d'être au point, précise Christiane Ayotte, directrice du Laboratoire de contrôle du dopage de l'INRS-Institut Armand-Frappier. Il y a encore trop de risques et d'effets secondaires mal maîtrisés. Le dopage génétique n'est donc pas pour demain, mais on y travaille. Est-ce que des athlètes vont l'essayer quand ce sera possible? Bien sûr. Il y aura toujours un bandit pour faire un coup d'argent.»

«C'est inévitable, les athlètes chercheront toujours ce qui les aidera à repousser leurs limites. Certains n'hésiteront pas à franchir la ligne éthique», indique David Pearsall, du Laboratoire de recherche sur le hockey sur glace de l'Université McGill. Cette quête ne date pas d'hier: même les premiers athlètes olympiques ont cherché à augmenter leur puissance au buvant des décoctions d'herbes, souligne-t-il.


«En Russie, il serait aujourd'hui possible de se doper avec un médicament de thérapie génique, le Repoxygen», indique-t-on dans Sciences et Avenir. Le coût: 15 000$. Le médicament a été conçu pour traiter l'anémie, mais les essais sont demeurés au stade préclinique, précise l'article. Le Repoxygen induit un gène supplémentaire de l'EPO pour augmenter la production de globules rouges. Les tests sur les animaux, dont plusieurs ont dû être euthanasiés, ont jusqu'à maintenant été très décevants.


L'avènement de la sélection génétique, qui se ferait déjà au Japon et en Australie, est plus plausible. On cible de jeunes athlètes prometteurs dotés de gènes liés à la performance. «Quand on aura un catalogue plus complet, on pourra essayer d'évaluer le potentiel génétique d'un jeune athlète et l'amener à de hauts niveaux», avance Louis Pérusse, peu convaincu.

Pourquoi étudier la génétique sportive? «En identifiant les gènes, on peut mieux comprendre comment fonctionne la machine humaine. Si on sait comment le coeur ou les muscles s'adaptent à l'effort, on pourra mettre au point des programmes d'entraînement plus adéquats», conclut le chercheur.


Source et date de l'article cyberpresse.ca  14.02.2010

Source de l'image

 

gif_seringue.gif

Lire la suite

Une trentaine d'athlètes privés de Jeux olympiques

14 Février 2010 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #JO de Vancouver 2010

http://www.lemonde.fr/image/2010/02/10/546x273_1442737_0_762d_ill-1303598-da02-611275.jpg
Vancouver veut des Jeux propres. Mercredi
10 février, le Comité international olympique (CIO) avertissait que des tests antidopage seraient menés pendant plusieurs mois après la fin des épreuves (du 12 au 18 février), et ce pour déceler des produits tels que l'hématide, un médicament encore expérimental destiné à soigner l'anémie.

Vendredi, c'est au tour de l'Agence mondiale anti-dopage (AMA) de montrer sa détermination. L'agence a indiqué que plus de trente athlètes ayant été contrôlés positifs ces derniers mois ne pourront participer aux Jeux. Ils "ont été empêchés de concourir aux Jeux de Vancouver après avoir violé les règles antidopage", a précisé le président de l'AMA, John Fahey, lors d'une conférence de presse, tout en précisant que "plus d'un sport" et "plus d'un pays" étaient concernés. Plus de 70 athlètes avaient été interdits pour les mêmes raisons des Jeux d'été de Pékin en 2008.


"Les athlètes qui tricheront ici auront beaucoup plus de chance de se faire prendre que dans n'importe quel rendez-vous olympique précédent", a martelé John Fahey, alors que l'AMA a dit son intention de mener pendant la durée de la compétition plus de 2 100 contrôles, dont 500 tests sanguins.

 

Seul signe discordant de cette volonté affichée de lutter contre le dopage, le cas d'une athlète russe, contrôlée positive à un stimulant léger, mais qui ne sera pas suspendue. Le CIO a justifié jeudi soir sa décision d'infliger un simple blâme à la hockeyeuse Svetlana Terenteva par le fait que la substance, dont la prise est autorisée hors compétition, a été consommée avant le début des Jeux.


Source et date de l'article Le Monde.fr  12.02.2010

Source de l'image

 

gif_seringue.gif

Lire la suite

Pechstein promet des révélations

20 Janvier 2010 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Patinage de vitesse

http://www.rdsolympiques.ca/mm/photo/photo/general/01/38/26/13826_m15.jpg
La patineuse allemande Claudia Pechstein, suspendue deux ans pour dopage à partir d'anomalies dans son passeport sanguin, a promis lundi des révélations dans un livre à paraître au printemps sur sa vie et sa carrière.

"Certaines personnes ont des raisons de trembler", a déclaré la quintuple championne olympique de patinage de vitesse, âgée de 37 ans, en promettant que l'affaire de sa suspension occuperait une place centrale dans son livre.

Pechstein a toujours protesté de son innocence, assurant que les variations "anormales" de certains de ses paramètres sanguins étaient naturelles.


Son cas suscite un débat passionné en Allemagne: la Berlinoise a même reçu le soutien d'un expert réputé de la lutte contre le dopage, qui remet en cause les conclusions de la Fédération internationale de patinage (ISU).

En décembre, Claudia Pechstein avait échoué à se qualifier pour les JO 2010 sur sa distance de prédilection de 3000m, lors d'une épreuve de Coupe de monde à Salt Lake City.


Le tribunal fédéral suisse lui avait permis de disputer cette épreuve malgré la suspension prononcée par l'ISU et confirmée en novembre par le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne.


Mais la patineuse conteste la décision du TAS et a saisi le tribunal fédéral suisse, plus haute instance judiciaire helvétique. Un référé a aussi été déposé pour demander un report de l'application de sa suspension en attendant que le dossier soit définitivement tranché sur le fond.


Si le tribunal fédéral suisse accède à sa demande, son nom pourrait à nouveau revenir dans la course à l'occasion du 2e tour de nominations du Comité olympique allemand pour les JO de Vancouver, le 22 janvier.
Les JO ont lieu du 12 au 28 février.


La patineuse, qui souffre de douleurs au dos, a déploré ne pouvoir s'entraîner en ce moment à son meilleur niveau. "Quand on a d'autres soucis en tête, cela se répercute souvent sur le corps", a-t-elle dit.

Source et date de l'article
rdsolympiques.ca  18.01.2010
Source de l'image

gif_seringue.gif
Lire la suite

Décès du Pr Jacques de Ceaurriz

6 Janvier 2010 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Lutte contre le dopage

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2009-03/2009-03-19/article_ceaurriz.JPG
Le Pr Jacques de Ceaurriz, qui dirigeait le Laboratoire national de dépistage du dopage (LNDD) de Châtenay-Malabry, est décédé mardi, a annoncé l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), sans donner plus de précisions.

C'est sous son impulsion que le laboratoire de Châtenay-Malabry  avait mis en place en 2000 un test de dépistage de l'érythropoïétine (EPO), a rappelé Marie-George Buffet, qui était ministre des Sports à l'époque, en lui rendant hommage.


La responsable communiste a salué un "homme intègre ayant toujours fait face aux pressions, ayant toujours travaillé pour le respect des sportifs et des sportives".

 

Egalement directeur du département des analyses de l'AFLD, ce pharmacien de formation "avait, toutes ces dernières années, consacré ses recherches à la lutte contre le dopage", rappelle Mme Buffet dans un communiqué. "En 2000, sous son impulsion, le laboratoire de Châtenay-Malabry, qu'il dirigeait depuis 1997, met en place un test pour détecter l'érythropoïétine (EPO), permettant des avancées considérables dans l'efficacité des contrôles".

 

Source et date de l'article NouvelObs.com  05.01.2010

Source de l'image

 

gif_seringue.gif

Lire la suite

Une affiche contre le dopage

1 Janvier 2010 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Lutte contre le dopage

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2010/01/01/201001010909_w350.jpg

Dans le cadre de leur action contre le dopage, menée depuis cinq ans, les élèves de 4e du collège Sainte-Foy d'Agen ont dessiné une affiche publicitaire avec Mme Bernède, leur professeur d'arts plastiques.


Les classes de 6e, 5e et 3e ont ensuite sélectionné les cinq meilleurs dessins pour désigner au final le gagnant. Le dessin primé sera édité en affiche courant janvier, et complétera leur action de prévention pour les clubs et collège.


Le directeur de Cap Cinéma, M. Douady, s'est joint à leur travail de sensibilisation en récompensant les gagnants par des places gratuites. Un beau cadeau de fin d'année pour Coralie Hantute (1re), Florian Castex, Quentin Langlet, Léna Capelié, Christelle Mouysset.

 

Source et date de l'article ladepeche.fr  01.01.2010

Source de l'image

 

gif_seringue.gif


Lire la suite

Tiger Woods: le scandale aurait coûté 12 milliards aux sponsors

30 Décembre 2009 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Golf

http://www.fibre2fashion.com/news/images/tiger-woods_5958932.jpg

Les auteurs de l'étude ont comparé les valeurs boursières des sociétés concernées pendant les treize jours séparant son accident de voiture (27 novembre) des révélations sur son infédilité (11 décembre). Ils ont pris en compte les fluctuations du marché dans son ensemble, et les valeurs des concurrents des sponsors de l'Américain aux quatorze titres du Grand Chelem. Les professeurs ont cependant précisé que la marge d'erreur est importante dans leur étude étant donné le statut de filiales que possèdent certaines entreprises.


Deux parraineurs ont d'ores et déjà pris leurs distances avec Tiger Woods (Tag Heuer, Gillette), alors que la firme de consulting Accenture est pour l'heure la seule à avoir coupé les ponts avec lui.

 

Source et date de l'article  TDG.ch  30.12.2009 

Source de l'image

 

gif_seringue.gif

Lire la suite

Armstrong et Contador ont-ils triché sur le Tour de France ?

25 Décembre 2009 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://news.doctissimo.fr/IMG/jpg/Tour_2009_Armstrong_Contador.jpg
L'équipe d'Astana, qui a placé deux de ses coureurs sur le podium du dernier Tour de France, a-t-elle eu recours aux transfusions sanguines pour optimiser les performances de ses cyclistes ? Selon le journal Le Monde, plusieurs indices relevés par la justice française peuvent le laisser penser, ce qui serait tout sauf une surprise.

Une fois de plus, la justice se penche sur une possible affaire de dopage sanguin dans le cyclisme. Et une fois de plus, Lance Armstrong fait partie de l'équipe dans le collimateur des juges. Le journal Le Monde révèle en effet que le parquet de Paris considère que l'équipe d'Astana a "commis une infraction pénale" lors du dernier Tour, marqué par la victoire écrasante d'Alberto Cantador et le retour attendu de Lance Armstrong sur le podium.

 

Du matériel médical illégal retrouvé
Pourquoi une telle accusation ? Les gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique, l'Oclaesp, ont saisi des kits de perfusion appartenant à la formation kazakhe, ainsi que des seringues et des aiguilles de différentes tailles. Bref du matériel d'injection intra-veineuse, ce qui constitue en soi une infraction au droit français (lutte contre le trafic de produits dopants). Les perfusions sont également interdites par l'Agence mondiale antidopage, souligne Le Monde.

Autre élément suspect, la saisie de médicaments contre l'hypertension artérielle, pathologie très rare chez les jeunes, mais par contre possible en cas de transfusion sanguine ou de dopage à l'EPO (l'ajout d'une masse de globules rouges augmente la pression dans le sang, donc la tension).

 

L'UCI va-t-elle collaborer avec la justice française ?
Sept profils génétiques d'utilisateurs de ce matériel plus que suspect ont été dressés par les enquêteurs, selon la source du Monde. Mais pour savoir si Contador et Armstrong sont concernés, il faudrait que l'Union Cycliste Internationale (UCI) fournisse les profils sanguins des coureurs à la justice française. Or l'UCI préfère en général jeter un voile pudique sur ce genre d'affaires. Souvenez-vous, le même journal révélait déjà en octobre que l'UCI avait accordé un délai de 45 minutes à l'équipe d'Astana pour satisfaire au contrôle antidopage le 11 juillet sur le Tour, un traitement de faveur absolument contraire à l'éthique (45 minutes suffisent largement à des coureurs dopés pour se perfuser un produit masquant).

 

Armstrong le récidiviste

Une fois de plus soupçonné de dopage, Lance Armstrong va-t-il encore passer entre les gouttes ? Le Dr Jean-Pïerre de Mondenard, spécialiste reconnu depuis des décennies du dopage, nous rappelait en juillet "qu'avec toutes les casseroles qu'il a eu sur le dopage et notamment la mise en évidence de son dopage en 1999 a posteriori, il n'a jamais été sanctionné". Ce coureur est pourtant vénéré aux Etats-Unis et toujours protégé par l'UCI, à qui il a même offert une... centrifugeuse, "pour améliorer les contrôles antidopage"(sic).

 

Tour de France actuel = dopage ?
Bien sûr, Armstrong, et probablement Contador, ne sont pas les seul à détourner la médecine pour améliorer leurs performances. Rappel : lors du Tour de France 2009, Dekker, Valverde, Vinokourov, Kohl, Rasmunssen, Hamilton, Ricco et Landis, coureurs s'étant précédemment illustrés sur les pentes du Tour, étaient suspendus pour dopage ! Comme nous le confiait également cet été le Dr de Mondenard, certaines équipes de cyclisme organisent encore, malgré les affaires qui se succèdent, la chambre d'hôtel du soigneur en véritable salle de réanimation, permettant de perfuser les coureurs à volonté. Selon lui, le dopage est culturel dans le milieu du cyclisme, et quand "vous allez à l'intérieur du milieu dans le Tour de France, tout le monde est d'accord pour le dopage".

Verra-t-on un jour le cyclisme débarrassé de ces voyous qui gangrènent un sport magnifique, autrefois marqué par des épopées grandioses ? Faut-il rappeler les morts tragiques de Marco Pantani ou de Frank Vandenbroucke, tous deux convaincus de dopage, ou encore les aveux de Bernard Kohl, 3ème du Tour 2008, sur la systématisation du dopage sanguin ?

En 2010, un Tour propre ?
Certes avant les années 90 (et l'arrivée de l'EPO, puis des transfusions autologues) le dopage existait déjà (et il existe dans d'autres sports...), mais il n'était pas systématique comme aujourd'hui : les cyclistes restaient humains, avec des défaillances et des montées d'adrénaline, à mille lieues des "vainqueurs-cyborgs" actuels du Tour et de leurs suivants immédiats.

Ces nouvelles révélations du Monde rendent encore plus tangibles les soupçons qui pèsent sur le premier et le troisième du Tour 2009. On ne peut que souhaiter que la justice puisse aller au bout, que la vérité soit faite et que l'éthique et le sport puissent à nouveau avoir droit au chapitre en 2010... Mais est-ce une vision trop utopique ?


Jean-Philippe Rivière

 

Sources :
- "Astana aurait commis une infraction pénale pendant le Tour 2009", lemonde.fr, 23 décembre 2009, accessible en ligne

- "La Grande Imposture", du Dr Jean-Pierre de Mondenard, Entretiens avec David Garcia, Editions Hugo&Cie

Photos :
- Contador et Armstrong sur le podium du Tour 2009, copyright STEVENS FREDERIC/SIPA

- Logo de l'UCI, du site de l'UCI

- Jean-Pierre de Mondenard, copyright IBO/SIPA

 

Source et date de l'article  Doctissimo.fr  24.12.2009

 

gif_seringue.gif


Lire la suite

L’émouvante confession d’Agassi

20 Décembre 2009 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Tennis

http://www.tdg.ch/files/imagecache/312x468/story/Andr%C3%A9-AGASSI2.jpg

C’est un véritable petit joyau venu du ciel qui est tombé au pied du sapin de Noël. On veut parler de la biographie d’Andre Agassi. Au-delà des bonnes feuilles publiées ici et là avec ce lourd aveu de dopage et le fait de jouer avec une perruque pour masquer une calvitie précoce, cet ouvrage mérite qu’on s’y arrête. Toute affaire cessante! Il commence à l’US Open 2006, le dernier tournoi du Kid de Las Vegas, celui des adieux aussi.
La scène est surréaliste. Le matin de son deuxième tour contre Marcos Baghdatis, Andre Agassi se réveille. Il est 7 h 30. «Mon dos est bloqué, raconte-t-il. Vais-je devoir déclarer forfait.»


Souffrance et malentendu


Depuis le début de l’année 2006, le corps du joueur américain dit stop. Celui-ci ne joue que grâce à des injections pour calmer ses horribles souffrances.
Souffrance, le mot est lâché. Andre Agassi a vécu toute sa carrière avec cette compagne des mauvais jours. Martyrisé par un père tyrannique dès son plus jeune âge, il n’a jamais choisi sa destinée. Son géniteur Mike, un ancien poids coq venu d’Iran, a décidé pour lui: «Tu seras joueur de tennis professionnel», assène-t-il. Le cadet est le dernier espoir de la famille. Avant lui, son frère et sa sœur ont déçu les rêves de grandeur du père.
A ceux, incrédules comme nous, qui découvrent aujourd’hui qu’Andre Agassi n’a cessé de détester le tennis, on leur recommande de se plonger dans la lecture de ce livre. Ils mesureront combien le mari de Steffi Graf a été confronté à une terrible dualité. Au moment de raccrocher sa raquette et d’en terminer enfin avec ce sport qu’il a honni toute sa vie, il ne peut s’empêcher de murmurer: «Que tout cela finisse.» Puis il ajoute, en pleine contradiction avec cette vérité qu’il vient d’énoncer: «Je ne suis pas prêt à tout ce que cela s’arrête.»
Vous l’avez deviné, entre Andre Agassi, les médias, sa famille et son public, il y a toujours existé un immense malentendu. «Je ne suis en aucune façon ce que tous ces gens-là imaginent, écrit-il. J’essaye de comprendre qui je suis et en même temps j’ai une idée très claire de ce que je ne suis pas.»
Personnage tourmenté et torturé, Andre Agassi livre un ultime match dans cette émouvante confession. Peut-être le plus important de sa vie.

 

BERNARD ANDRIÉ | 19.12.2009

 

Source de l'article TDG.ch

Source de l'image

 


Lire la suite

Le médecin de Woods dans un trafic de produits dopants ?

16 Décembre 2009 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Golf

http://www.lematin.ch/files/imagecache/230x180/stories/0dcecc4.jpg
Le médecin canadien qui a soigné l'an dernier le golfeur Tiger Woods durant ses six mois de rééducation post-opératoire nie, via son avocat, avoir vendu illégalement des produits dopants.

Le médecin Anthony Galea, spécialisé dans la médecine sportive, est accusé par les polices canadiennes et américaines d'avoir prescrit des produits dopants à des sportifs de renom.


"Je suppose que ce ne sont que des infractions mineurs", a déclaré son avocat, Brian Greenspan, lors d'une conférence de presse à Toronto (est).

Le Dr Galea, 50 ans, a été arrêté à Toronto le 15 octobre dernier par la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale), un mois après une première arrestation à la frontière américano-canadienne avec dans ses bagages des hormones de croissance et de l'Actovegin.


La GRC l'accuse de trafic et de vente de drogues, ainsi que de complot criminel. Il doit comparaître devant un tribunal de Toronto vendredi.

Mais selon Me Greenspan, le travail d'Anthony Galea est seulement de soigner les athlètes. "Il traite les blessures (et) ne s'occupe pas d'améliorer les performances des athlètes", a-t-il dit, affirmant que son client n'a jamais prescrit d'hormones de croissance à des sportifs.


Outre Tiger Woods, le Dr Galea a soigné des centaines de sportifs professionnels et amateurs, parmi lesquels la nageuse américaine Dara Torres et le champion olympique canadien du 100 m Donovan Bailey, ainsi que de nombreux joueurs de football américain.

"Cette affaire n'est pas liée" à Tiger Woods ni à aucun autre athlète professionnel, a insisté Brian Greenspan, indiquant que, bien que le médecin consommait des hormones de croissance, il n'en prescrivait jamais.

 

Source et date de l'article LeMatin.ch  16.12.2009

Source de l'image LeMatin.ch

Lire la suite