Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Un contrôle positif à la Patrouille des Glaciers

30 Mai 2008 Publié dans #Patrouille des glaciers


Je ne suis pas vraiment surprise de cette découverte de cas de dopage. Il semble que ce cas concerne une équipe du podium. Je pense qu'il y a eu d'autre cas mais qu'ils sont passés au travers des contrôles.


Sur dix contrôles antidopage effectués par Swiss Olympic lors de l'édition 2008 de la Patrouille des Glaciers (PDG) en avril dernier, un s'est révélé positif. Un choc pour le commandant de la course Marius Robyr.

"Je suis extrêmement déçu et immensément triste. J'espérais que la neige de la PDG resterait vierge de tout dopage", a déclaré M. Robyr. A l'arrivée de la PDG à Verbier, Swiss Olympic a contrôlé dix concurrents, dont deux femmes. "La personne contrôlée positive portait des traces d'EPO", a précisé le chef de la communication des forces terrestres.

Les rumeurs de dopage au sein de la PDG ont enflé en 2006, alors que le temps moyen pour effectuer la course s'était réduit d'une heure pour s'établir à 13 h 30. En mars 2007 à Andermatt (UR), l'armée et Swiss Olympic ont signé une déclaration d'intention.

Par cette déclaration, l'armée s'est engagée à suivre pour tous les concours sportifs militaires les règlements, notamment en ce qui concerne le contrôle antidopage. En décembre dernier, l'armée a chargé Swiss Olympic d'effectuer des contrôles durant l'édition 2008 de la PDG.

Date et source de l'article / 29 mai 2008  Romandie.com





Lire la suite

Une nouvelle affaire de dopage sanguin frappe le peloton !

25 Mai 2008 Publié dans #Cyclisme


Bruno Neves n'est pas mort à 26 ans des conséquences d'une chute dans la Classique d'Amarante, le dimanche 11 mai. Les premiers résultats de l'autopsie viennent de révéler que le jeune coureur portugais de l'équipe LA-MSS était décédé d'un arrêt cardiaque sur son vélo avant de s'effondrer sur le bitume.

Les analyses toxicologiques en cours au département d'enquête et d'action pénale de Lisbonne cherchent désormais à savoir si cet arrêt cardiaque a été causé par la prise de produits dopants.

Une hypothèse qui a conduit en début de semaine la police portugaise à perquisitionner les locaux de l'équipe LA-MSS, à Povoa de Varzim, dans le nord du Portugal, ainsi que le domicile du directeur sportif, Manuel Zeferino, et d'une dizaine de coureurs. Une perquisition fructueuse, puisque la police judiciaire a annoncé avoir saisi "des substances dopantes, des médicaments, du matériel destiné à l'autotransfusion sanguine et du matériel médical."

Parmi les produits interdits retrouvés par les enquêteurs figurent notamment hormones de croissance et érythropoïétine. Selon le journal sportif Record, des poches de sang auraient également été saisies dans les réfrigérateurs de certains coureurs.

Menée en collaboration avec le Conseil national antidopage (CND) portugais, l'opération policière avait pour objectif de "vérifier d'éventuelles situations illicites associées à des comportements susceptibles d'affecter la vérité sportive ou de provoquer des dommages à la santé des athlètes par l'administration de substances dopantes."

Depuis le début de la saison, la formation LA-MSS, qui évolue en seconde division, avait multiplié les victoires dans des courses comme le Tour des Asturies, la Subida al Naranco ou le Grand Prix Paredes Rota de Moveis.

La mairie de Povoa de Varzim, l'entreprise LA Aluminios et le constructeur MSS, les trois partenaires de la meilleure équipe portugaise, ont annoncé qu'ils mettaient un terme à leurs contrats.

VENTE DE STÉROÏDES

Les enquêteurs portugais s'intéressent particulièrement aux activités du médecin espagnol de l'équipe, Marcos Maynar, professeur à l'université d'Estrémadure. Il s'est dit "surpris" par les accusations de dopage. "De ce que je sais, je peux assurer que c'est une pratique qui n'existe pas dans l'équipe, a déclaré le médecin à l'agence de presse Lusa. J'étais avec les coureurs sur le Tour des Asturies, et les valeurs [sanguines] étaient normales."

Ce n'est pas la première fois que Marcos Maynar est visé par la police. En 2004, la Guardia civil avait découvert des substances dopantes à son domicile dans le cadre d'une enquête sur la vente de stéroïdes via Internet. Le médecin s'en était sorti en expliquant qu'il utilisait lesdits produits pour faire des recherches.

Le club de football de l'Athletic Bilbao a notamment utilisé l'une de ses études pour plaider l'innocence de Carlos Gurpegui, joueur contrôlé positif à la nandrolone en 2002 lors de la première journée du championnat d'Espagne.

Marcos Maynar était également dans le collimateur de la police espagnole, lorsqu'il y a deux ans jour pour jour, les enquêteurs de la Guardia civil ont démantelé un vaste réseau de dopage sanguin à Madrid dans le cadre de la désormais célèbre "opération Puerto". Ce 23 mai 2006, des poches de sang destinées à des coureurs sont également saisies, mais c'est un autre médecin ibère qui est interpellé : Eufemiano Fuentes.

Deux coureurs de LA-MSS, Constantino Zaballa et Angel Vicioso, font partie des cyclistes cités dans le dossier Puerto. Deux ans après ses débuts, l'affaire Puerto n'a toujours pas livré tous ses secrets. "Le système politique a protégé le milieu sportif en s'impliquant très fortement dans l'enquête, indique à l'Agence France-Presse Sandro Donati, expert antidopage italien. Les enquêteurs espagnols le disent : ils doivent accepter les pressions politiques."

Stéphane Mandard

Source et date de l'article Le Monde.fr  25 mai 2008


 


Lire la suite