Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Articles avec #historique du dopage tag

Dopage, justice, révélations: les affaires sportives de 2011

1 Janvier 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Historique du dopage

http://static.lexpress.fr/medias/1504/770463_la-championne-cycliste-jeannie-longo-sur-la-plus-haute-du-pdium-du-championnat-de-france-du-contre-la-montre-le-23-juin-2011-a-boulogne-sur-mer.jpg

 

De Brandao à Zahia en passant par Longo, Huget, les quotas et les Vairelles, les dossiers lourds n'ont pas manqué tout au long de l'année sportive. Visite du sport par sa face sombre. 

L'affaire Brandao. L'attaquant de l'Olympique de Marseille a été mis en examen pour viol début mars. Laissé libre, il a été prêté dans la foulée à un club brésilien par un OM pressé de s'en débarrasser. Brandao est repassé par Marseille le 20 octobre dernier pour une confrontation avec la plaignante qui maintient que le joueur a abusé d'elle alors qu'il l'a raccompagnée en voiture après une sortie dans une discothèque d'Aix-en-Provence. Affaire à suivre. 

 

La première affaire Longo. La légende du cyclisme féminin français a été mis à l'amende par l'Agence française de lutte contre le dopage. Cette dernière assure que Longo, 59 fois championne de France, n'a pas respecté à trois reprises le protocole de géolocalisation qui permet les contrôles inopinés. La Commission de discipline de la Fédération française de cyclisme a entendu l'argument d'irrecevalibilité de Longo, finalement relaxée. Un camouflet pour l'AFLD. 

La deuxième affaire Longo. Un ancien coureur américain au coeur d'un vaste trafic de produits dopants a porté des accusations graves à la suite de l'injonction de l'AFLD, jetant des suspicions énormes sur le couple Lonfo-Ciprelli. Joe Papp assure avoir fourni de l'EPO au mari et entraîneur de Jeannie Longo, Patrice Ciprelli, à l'époque où celui-ci entraînait aussi une autre professionnelle. La fédération française de cyclisme a suspendu Ciprelli avant de le réintégrer. Le parquet de Grenoble a lancé une enquête préliminaire. Affaire à suivre. 

 

Tony Vairelles en prison. L'ancien idole du RC Lens a été placé en détention provisoire, fin octobre, comme trois de ses frères. Tous les quatre sont mises en examen pour tentative d'assassinat. Ils sont suspectés d'avoir tiré des coups de feu contre des vigiles d'une boîte de nuit de la banlieue de Nancy, dans la nuit du 22 au 23 octobre. Une véritable descente aux Enfers pour l'ancien international, dont la carrière sportive n'a cessé de décliner ces dix dernières années.

 

Les quotas. En terme de polémiques, c'est la grosse affaire de l'année. Un enregistrement mis en ligne par Mediapart a révélé que la direction technique nationale n'excluait pas la mise en place de quotas pour combattre la possibilité que d'anciens jeunes de l'équipe de France profite de leur double nationalité pour rejoindre une sélection étrangère plus tard. Lors de ces réunions, des propos racialistes (et non racistes) ont été tenus par certains participants comme Laurent Blanc. Le sélectionneur de l'équipe de France s'en est publiquement excusé

 

Le Stade Français arnaqué. Pour survivre, le club de la capitale devait éponger sa dette et trouver de nouveaux investisseurs. Son ancien entraîneur, Bernard Laporte, écartant d'autres possibilités, a présenté en juin un projet s'appuyant sur de mystérieux investisseurs canadiens. Il s'agissait en fait d'une arnaque. Le Stade est sauvé in extremis par le PDG d'Oberthur Thomas Savare, qui a remplacé Max Guazzini après 19 années à sa tête. Une instruction est toujours en court. 

 

La montre d'Alain Boghossian. L'entraîneur adjoint de l'équipe de France, comme d'autres stars du ballon rond, s'est rendu à la mi-mai à un match de gala à Grozny tout à la gloire du président tchétchène Ramzan Kadyrov. Le champion du monde 1998 ne s'est pas donné la peine de faire quelques recherches sur Internet au sujet de ce dernier. Il aurait découvert quelle sinistre réputation traîne ce potentat, en particulier l'exécution d'opposants à l'étranger. Comme le montre un sujet de Canal+, il en a ramené une montre de luxe kitschissime.  

 

Yoann Huget sanctionné. Présents dans de nombreuses campagnes publicitaires et magazines autour de l'équipe de France, Huget n'était pourtant pas à la coupe du monde. La faute à un manquement à trois reprises à l'obligation de géolocalisation dans le cadre des contrôles anti-dopage. Le joueur de Bayonne a été suspendu trois mois. On ne rigole pas avec les contrôles! 

 

L'affaire Zahia. Premier soulagement pour Franck Ribéry et Karim Benzema. Le parquet de Paris a requis un non lieu le 18 novembre dans ce qui est couramment appelé "l'affaire Zahia". Mis en examen pour "sollicitation de prostituée mineure", les deux internationaux "ne pouvaient qu'ignorer la minorité de Zahia qui a elle-même déclaré leur avoir dit qu'elle avait 18 ans" estime le parquet. Jugement est attendu pour 2012 dans cette affaire qui date de plus de deux ans. 

 

Vers la fin de l'affaire Contador. Suspendu provisoirement par l'UCI après son contrôle positif au clenbuterol lors du Tour de France 2010, Alberto Contador a été blanchi à la mi-février par la Fédération espagnole qui croit comme le clame le coureur à une contamination alimentaire. L'UCI et l'Agence mondiale antidopage ont porté recours devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). Le triple vainqueur du Tour de France, entendu fin novembre, connaîtra début 2012 le verdict du TAS. 

 

Source et date de l'article  L'Express.fr  29.12.2011

Source de l'image


Lire la suite

Premier décès du dopage dans le sport cycliste

20 Juillet 2007 , Rédigé par Marie Publié dans #Historique du dopage


Lors du Bordeaux-Paris, Arthur Linton meurt en raison d'une absorption abusive de triméthyle (probablement de l'alcool triméthylique).

Lire la suite

Dopage d'État

28 Octobre 2006 , Rédigé par Marie Publié dans #Historique du dopage

 Après la chute du mur de Berlin et l'ouverture des archives de la Stasi, on découvre que l'Allemagne de l'Est avait mis au point un vaste programme de dopage de ses sportifs. Les injections de testostérone et d'anabolisants étaient une pratique courante, voire systématique, y compris chez des enfants.

Suite à l'affaire de blanchiment de contrôles positifs par la fédération américaine d'athlétisme révélée par le cas de Jérome Young en 2003, le comité olympique américain a reconnu en 2003 que, depuis les années 80, 24 athlètes ont glané des médailles olympiques après un contrôle positif laissé sans suite. Il faut y ajouter les neuf contrôles positifs mystérieusement disparus lors des Jeux Olympiques d'été de 1984 à Los Angeles.

Dans les années 1990, les résultats des Chinois en natation surprennent. Une trentaine de nageurs chinois furent contrôlés positifs. La découverte, le 8 janvier 1998, par les douanes australiennes de somatotropine (hormone de croissance indétectable) dans les bagages de le nageuse Yuan Yuan renforce les doutes sur un possible nouveau dopage d'État en Chine.

Ma source est www.wikipedia.org



Lire la suite

Historique

25 Septembre 2006 , Rédigé par Marie Publié dans #Historique du dopage

Le dopage est une pratique très ancienne.

Le premier cas moderne avéré remonte à 1865 : des nageurs à Amsterdam.

À la même époque, le vin Mariani, en France, était conseillé aux sportifs. Il était « aromatisé » avec des feuilles de coca… On considère que le dopage s'est professionnalisé et généralisé dans certains sports à la fin des années 1950 et au début des années 1960 avec l'arrivée des sympathicomimétiques, de produits à activité hormonale comme l'hormone de croissance, ou des corticoïdes. Sur l'épreuve d'athlétisme du 100 mètres, dans les années 60, les performances connaissent un bon avant de se stabiliser dans les années 70-80. Mais les performances redécollent à partir des années 1980, soit au moment où l'EPO et de nouvelles hormones, anabolisants et produits masquants indétectables sont mis sur le marché.

Suite au décès de Knud Enemark Jensen aux JO de Rome en 1960, la fédération internationale de cyclisme effectua des contrôles officieux sur les cyclistes sélectionnés aux Jeux de Tokyo en 1964. Ces résultats ne furent jamais divulgués mais, à Mexico, lors des Jeux Olympiques d'été de 1968 le CIO officialise les contrôles anti-dopage et oblige les femmes à se soumettre à des tests de féminité. Pour éviter les contrôles positifs aux JO de Montréal, les Soviétiques installent sur le Saint-Laurent, un bateau laboratoire, dont l'objectif était de vérifier les échantillons d'urine des sportifs soviétiques avant de les engager dans les compétitions.

Il faudra attendre 1989, pour que le CIO mette en place les contrôles inopinés. Le faible pourcentage de sportifs contrôlés positifs montre les limites des contrôles et la possibilité d'utiliser des produits masquants. Les hormones de croissance ne sont détectées que depuis 2004. En 1998, un scandale éclabousse le Tour de France. Le soigneur de l'équipe cycliste Festina, à laquelle appartient Richard Virenque est interpellé à la frontière en possession de 500 doses de produits dopants et stupéfiants dont 235 ampoules d'EPO. Bruno Roussel, directeur sportif de l'équipe, avoue l'existence d'une « gestion concertée de l'approvisionnement des coureurs en produits dopants ». Le grand public découvre alors l'étendue de ces pratiques dopantes.

Dans la publication des recherches (2000) menées sur les échantillons d'urine congelés des coureurs du Tour de France 1998, le laboratoire national de dépistage du dopage estime qu'« il est hautement vraisemblable que nous pourrions retrouver les traces d'une prise d'EPO sur un nombre élevé des 102 échantillons, peut-être même sur tous ». Suite à cette affaire, les contrôles sont renforcés et la France se dote d'une loi anti-dopage plus contraignante. Plusieurs affaires de dopage suivront notamment en Italie avec le Giro 2001, le procès de la Juventus, le procès du docteur Michele Ferrari (conseiller médical et ami de Lance Armstrong) ou l'affaire des veuves du Calcio et aux États-Unis avec l'affaire Balco (voir Tim Montgomery). Il est maintenant quasiment prouvé (2005) que Lance Armstrong était sous EPO en 1999 (étude rétrospective d'urines). Aujourd'hui, associé aux contrôles inopinés, le suivi longitudinal des sportifs semble être l'arme la plus efficace pour lutter contre le dopage et ses pratiques masquantes, puisqu'il permet non plus de détecter les produits dopants, mais une modification anormale de la physiologie du sportif.

Lire la suite