Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Avant le Tour de France, Lance Armstrong brise le silence

28 Juin 2013 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://s1.lemde.fr/image/2013/06/27/534x0/3438034_6_b794_lance-armstrong-en-aout-2009-a-dublin_3c62a5e397381c04a0d7daa0a132d93c.jpg

 

L'Américain Lance Armstrong, champion cycliste déchu de ses sept Tours de France pour dopage, affirme qu'il "est impossible de gagner le Tour de France sans dopage" dans un entretien au journal Le Monde, cet après-midi, à la veille du départ de la centième édition depuis la Corse.
"C'est impossible de gagner le Tour de France sans dopage. Car le Tour est une épreuve d'endurance où l'oxygène est déterminant", affirme Armstrong.

Et le Texan d'expliquer : "Pour ne prendre qu'un exemple, l'EPO ne va pas aider un sprinteur à remporter un 100 m, mais elle sera déterminante pour un coureur de 10.000 m. C'est évident."
Armstrong rappelle dans cet entretien ne pas avoir "inventé le dopage" qui "existe depuis l'antiquité et qui existera toujours" et pense que la culture du dopage "ne finira jamais."
"J'ai simplement participé à ce système. Je suis être humain" dit-il encore.

 

"Je ne parviendrai jamais à réparer tout ça"


L'Américain qui "continue à faire du vélo" et à "s'entraîner", "essaiera de regarder la course (qui démarre samedi) à la télévision de temps en temps."
Concernant Laurent Jalabert, dont a retrouvé de l'EPO dans les urines prélevées lors du Tour 1998, Armstrong déclare : "Ah, 'Jaja', avec tout le respect que je lui dois, il est en train de mentir. Il aurait mieux fait d'éviter de parler de Ferrari et de Citroën, car il sait très bien que Michele était le médecin de la ONCE au milieu des années 1990."
Armstrong a été déchu en octobre de la majeure partie de ses titres et radié à vie après que l'agence américaine de lutte contre le dopage (USADA) l'a accusé d'avoir activement participé au "programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l'histoire du sport".
Après des années de dénégations, l'ancien cycliste a avoué mi-janvier, lors d'une confession télévisée, s'être dopé durant sa carrière
"Je ne parviendrai jamais à réparer tout ça mais je passerai ma vie à essayer", conclut Lance Armstrong.

 

Source et date de l'article  lefigaro.fr   le 28.06.2013

Source de l'image

 

Lire la suite

Laurent Jalabert positif à l'EPO sur le Tour de France 1998, selon L'Équipe

25 Juin 2013 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://cdn-sports.ladmedia.fr/images/media/cyclisme/articles/jalabert-etait-dope-en-1998/jalabert/7355249-1-fre-FR/Jalabert.jpg

 

Quinze après, Laurent Jalabert se fait rattraper par la patrouille. Et la nouvelle fait l'effet d'une bombe, tant celui-ci a tout le temps nié s'être dopé.

Selon une information de L'Equipe lundi, le cycliste français était positif à l’EPO sur le Tour de France 1998. "C’est ce que révèlent des tests rétroactifs menés en 2004 par l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) sur un échantillon d’urine du coureur français", écrit le site du quotidien.

La commission d’enquête sénatoriale, chargée de juger l’efficacité de la lutte contre le dopage en France, a en effet ressorti les procès-verbaux qui permettent aujourd’hui de mettre le nom de Laurent Jalabert sur les échantillons testés il y a neuf ans.

Rappelons que le Tour de France 1998 avait été celui qui avait fait éclater le premier gros scandale de dopage dans le cyclisme, avec l'affaire Festina. Jalabert, lui, roulait pour la formation espagnole ONCE sur le Tour 1998, dont le directeur sportif Manolo Saiz a été blanchi il y a deux mois dans l'affaire de dopage Puerto.

 

Après ces révélations, Laurent Jalabert a réagi lors du journal de 20 Heures sur France 2 lundi. Il n'a ni confirmé, ni infirmé, restant très vague: "Je ne peux pas dire que ce soit faux et je ne peux pas dire que ce soit vrai".

 

Ces révélations de dopage viennent en tout cas sacrément l'accabler, lui qui disait il y a encore un peu plus d'un mois, lors de son audition par la Commission d'enquête sur l'efficacité de la lutte contre le dopage:

 

"Est-ce qu'on était dopés? Moi, je crois que non."

 

"Quelques fois, j'ai eu recours à des produits pour des lésions avérées. Mais jamais je n'ai dépensé un franc, jamais je n'ai cherché à rencontrer un médecin pour améliorer mes performances. A aucun moment je n'ai souhaité participer à la course à l'armement."

 

Source et date de l'article  huffingtonpost.fr  24.06.2013

Source de l'image


Lire la suite

Jan Ullrich reconnaît pour la première fois s'être dopé

23 Juin 2013 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://i.huffpost.com/gen/1205849/thumbs/r-DOPAGE-JAN-ULLRICH-large570.jpg?6

 

Le cycliste allemand Jan Ullrich, ancien vainqueur du Tour de France, a reconnu pour la première fois avoir eu recours au dopage avec l'aide du médecin espagnol Eufemiano Fuentes, au centre d'un vaste réseau de dopage, dans une interview à paraître lundi au magazine Focus.

 

"Oui, j'ai eu recours aux traitements de Fuentes", a déclaré le seul vainqueur allemand du Tour, en 1997, à l'hebdomadaire.

"Presque tout le monde prenait à l'époque des substances dopantes. Je n'ai rien pris que les autres n'ont pas pris aussi", affirme Ullrich, 39 ans.

 

Le vainqueur du Tour 1997 dit avoir voulu se placer au même niveau que les autres. "Selon moi, il y a escroquerie à partir du moment où je me procure un avantage. Il ne s'agissait pas de cela. Je voulais favoriser l'égalité des chances", a-t-il argué auprès de l'hebdomadaire.

 

L'Allemand estime que le talent, la performance, l'esprit d'équipe et la volonté de gagner restent les facteurs qui décident de la victoire, selon les extraits de cet entretien.

 

Source et date de l'article  huffingtonpost.fr  22.06.2013

Source de l'image


Lire la suite

Les soldats nazis dopés à la méthamphétamine pour rester concentrés

12 Juin 2013 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #La guerre

http://i.huffpost.com/gen/1176623/thumbs/r-SOLDATS-NAZIS-large570.jpg?6

 

Selon les lettres de l'un des principaux auteurs allemands d'après-guerre, les soldats nazis avaient recours à une "pilule miracle", méthamphétamine (ou crystal meth), pour rester éveillés durant les marches.

Désignée comme une "aide à la concentration" et conditionnée sous le nom de Pervitin, les soldats consommaient régulièrement cette drogue dure pour garder le moral malgré les terribles conditions du front.

L'usage généralisé de cette drogue est confirmé dans des lettres écrites par le Prix Nobel Heinrich Böll à sa famille, et publiées par le journal Der Spiegel dimanche.

Les supplications de Böll à sa famille prouvent clairement le caractère très addictif de la méthamphétamine.

 

Le 9 novembre 1939, alors que Böll est stationné en Pologne, il écrit à ses parents: "C'est dur ici, et j'espère que vous comprendrez si je ne peux vous écrire qu'une fois tous les deux ou quatre jours dans les temps à venir. Aujourd'hui, je vous écris surtout pour vous demander du Pervitin (...). Je vous embrasse, Hein."

Alors qu'il reconnaît lui-même devenir "froid et apathique", il ne cesse de réclamer plus de cette drogue qui s'apparente au speed. Le 20 mai 1940, le soldat de 22 ans écrit: " Peut-être pourriez-vous me fournir plus de Pervitin, pour que j'en aie en réserve?" Et encore le 19 juillet 1940, il écrit: " Si c'est possible, envoyez-moi s'il vous plaît davantage de Pervitin."

D'après le Der Spiegel, il explique qu'une seule pilule l'aide à rester aussi attentif qu'avec des litres de café, et qu'après une prise, toute son anxiété semble s'évanouir.

 

En plus de distribuer du Pervitin, les médecins militaires bourraient aussi le chocolat de méthamphétamine, donnant le "Fliegerschokolade" ou "le chocolat des airs" aux pilotes. Le speed chocolaté était aussi distribué aux équipes de chars d'assaut et surnommé Panzerschokolade ou "chocolat des chars".

Cette drogue miracle de guerre consommée par les troupes d'Hitler a été également administrée au leader nazi. A partir de 1942, le médecin d'Hitler lui injectait des doses quotidiennes de méthamphétamine. On suppose que la drogue était utilisée soit pour traiter les symptômes parkinsoniens d'Hitler, soit au contraire les a provoqués.

Des lettres publiées en 2011 ont montré comment elle a été utilisée pour soutenir les troupes pendant la déroute nazie en Russie.

 

En janvier 1942, un officier médical raconte dans une lettre comment il a eu recours à cette drogue après que les soldats, cernés par les Russes, tentent de s'échapper par des températures en dessous de zéro : " Lorsqu'ils ont commencé à s'étendre dans la neige pour y mourir, j'ai décidé de leur distribuer du Pervitin."
"Au bout d'une demi-heure, les hommes se sont mis à dire spontanément qu'ils se sentaient mieux."
Ils ont recommencé à marcher dans l'ordre, dans un meilleur état d'esprit, plus attentifs."

Mais la drogue avait de terribles effets secondaires. En plus des vertiges, de la transpiration, des hallucinations et des symptômes de dépression, certains soldats sont morts de crises cardiaques, tandis que d'autres se sont tirés dessus en état de transe.

 

L'ancien chef de la santé du Reich, Leonardo Conti, mit en garde contre les dangers du speed lors d'un discours à la mairie de Berlin, adressé à l'Association médicale du parti nazi, soutenant que "quiconque pense éliminer la fatigue avec du Pervitin peut être certain que son effet boostant va un jour cesser brusquement. Il peut être utile pour combattre la fatigue dans le cas d'une mission de vol de courte durée; mais à long terme, il n'y a que le sommeil qui puisse compenser réellement un état de fatigue. Voici ce dont nous devons être conscients en tant que médecins."

Les effets ravageurs de la méthamphétamine, prise aujourd'hui en plus grande quantité par les accros, sont visibles dans le diaporama ci-dessous.

 

Ces images proviennent de Rehabs.com, un site américain qui informe sur les traitements de nombreuses addictions, donne la liste des cliniques et des conseils généraux sur la dépendance. Le site explique aussi le processus de désintoxication et offre des conseils pour prévenir la rechute.

 

Source et date de l'article  huffingtonpost.fr  04.06.2013

Source de l'image


Lire la suite