Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Cyclisme - Dopage - Frank Schleck visé, perquisition à son hôtel

28 Septembre 2008 Publié dans #Cyclisme


L'hotel qui abrite la sélection luxembourgeoise de cyclisme, dont fait partie Frank Schleck, à Gaggiolo près de Varèse (Italie) aux championnats du monde de cyclisme sur route a été perquisitionné dans la nuit de vendredi à samedi par la police italienne. Ce sont une vingtaine de personnes qui ont procédé à l'opération visant plus particulièrement Frank Schleck. 

La perquisition intervient au lendemain de l'annonce par le quotidien allemand "Süddeutschen Zeitung" vendredi soir de la convocation du coureur luxembourgeois de l'équipe CSC, 28 ans, par l'agence nationale anti-dopage du Luxembourg dans les prochains jours. Schleck aurait à s'expliquer sur l'envoi d'un mandat de 6.691 euros en mars 2006 sur le compte dénommé "Code Holdings" de la banque HSBC à Genève (Suisse). Ce compte appartient à Eufemiano Feuntes, considéré comme le cerveau de l'opération Puerto, mise à jour en Espagne en mai 2006 par la guardia civil révélant un vaste réseau de dopage sanguin organisé. Frank Schleck avait brièvement réagi vendredi: "Je n'ai rien fait d'illégal dans ma carrière. Et j'irai m'expliquer sans problème devant l'agence anti-dopage pour le prouver. Je veux, en attendant, me concentrer sur le championnat du monde." (DTC)

Source et date de l'article  LeVif.be  le 27.09.08

 


Lire la suite

Lance Armstrong devra valider son passeport sanguin

28 Septembre 2008 Publié dans #Cyclisme


VARESE, Italie (Reuters) - Lance Armstrong devra faire valider son passeport sanguin avant de reprendre la compétition, déclare Pat McQuaid, président de l'Union cycliste internationale.

"Pour revenir en compétition, il devra avoir fini la période probatoire de six mois nécessaire à la fiabilité de son passeport sanguin", a-t-il dit durant une conférence de presse donnée à Varèse où se déroulent les championnats du monde de cyclisme.

"Je ne sais pas quand il en a fait la demande mais l'UCI respectera son règlement", a-t-il ajouté.

"Si en janvier, cette période de six mois n'est pas atteinte comme le stipule l'article 77 de notre code anti-dopage, il ne pourra disputer le Tour Down Under en Australie comme il en a émis le désir."

Créé fin 2007, le passeport sanguin ou passeport biologique établi à partir de six prélèvements les paramètres sanguins et biologiques des coureurs. Toute variation de cette valeur de base est considérée comme suspecte et susceptible de sanctions.

Lors de l'annonce de son retour à la compétition, mercredi, Lance Armstrong a précisé qu'il disputerait sa première course dans le Tour Down Under qui se déroulera du 20 au 25 janvier et que son objectif était de participer au Tour de France 2009.

Cette annonce a fait sensation dans le monde du cyclisme, partagé entre admirateurs du septuple vainqueur du Tour de France et critiques qui mettent en doute sa probité vis-à-vis du dopage.

Dick Pound, ancien président de l'Agence mondiale antidopage, estime ainsi dans une interview publiée samedi par L'Equipe que l'ancien champion américain "traîne toujours derrière lui quelques casseroles".

"S'il croit que son retour peut le dispenser de répondre à l'enquête et au constat auxquels avait abouti l'enquête de L'Equipe en août 2005, alors il commet une grave erreur", avait-il ajouté.

"Six des échantillons prélevés en 1999 contiennent de l'EPO. Il n'a jamais pu démontrer le contraire. Il n'est pas blanchi, comme il l'affirme."

Edité par Jean-Paul Couret

Source et date de l'article OBS.Nouvel.fr   27.09.08


Lire la suite

AMA - Un fichier controversé adopté

22 Septembre 2008 Publié dans #Lutte contre le dopage


Le Comité exécutif de l'Agence mondiale antidopage (AMA) a adopté samedi la liste des substances et méthodes interdites pour la prochaine année. Il a également validé un texte, jugé controversé, sur la protection de la vie privée des athlètes.


Le 1er janvier prochain, deux types de produits dopants seront distingués : les méthodes interdites (transfusions) et les produits dits lourds (hormones, stéroïdes et certains types de stimulants) d'une part, et tous les autres recours à un usage dopant, d'autre part.

Pour l'AMA, cette distinction aidera à une plus grande flexibilité dans les sanctions prévues dans le Code mondial antidopage effectif au début de l'année prochaine. Une première infraction n'entraînera pas systématiquement une suspension de deux ans. Elle pourra être portée à quatre années si l'athlète concerné est impliqué dans un programme de dopage organisé, s'il est coupable d'obstruction « visant à éviter la découverte d'une violation des règles antidopage » ou s'il est un récidiviste. Inversement, s'il est reconnu que l'athlète n'a pas utilisé une substance pour améliorer ses performances sportives, il s'en tirera avec un blâme.

Par ailleurs, l'Agence mondiale antidopage a aussi approuvé le nouveau « Standard international pour la protection des renseignements personnels » qui comprendra des données à caractère politique, religieux, syndical ou sexuel. Les détracteurs à ce texte l'ont qualifié d'« Edvige » antidopage, en référence au projet de fichier controversé en France. John Fahey, le président de l'AMA, a fait savoir que « des consultations très approfondies » vont se poursuivre avec les représentants européens jusqu'au 22 novembre prochain, date du nouveau comité exécutif de l'AMA. Ces derniers sont opposés à cette collecte d'informations personnels non sportifs.

A l'occasion de la réunion de ce samedi, l'AMA a également annoncé que tous les tests antidopage effectués à Pékin, durant les Jeux Olympiques et les Jeux Paralympiques, « seront conservés pendant huit ans et pourront être réexaminés n'importe quand ». (avec AFP)

l'AMA

Source et date de l'article 
L'Equipe.fr  21.09.08


Lire la suite

Les dernières révélations sur Zidane sortent enfin

19 Septembre 2008 Publié dans #Football


Zidane a le droit de se doper ? Zidane a tout les droits ? Je me pose des questions. Les gens sont ils prêt à remettre en cause des grands noms du football ? Le dopage existe dans le football !!


L'autobiographie non-autorisée de Zinédine Zidane paraîtra le 24 septembre après moult rebondissements. Les premiers extraits du manuscrit volé à deux reprises, ont été dévoilés jeudi dans L'Express.


Inespéré, l'ouvrage écrit par Besma Lahouri "Zidane, une vie secrète" n'aurait jamais dû paraître. Le manuscrit d'un des livres les plus attendus de la rentrée par les amateurs de ballon rond a peiné pour arriver jusque dans les rotatives de l'imprimeur Flammarion. Volé une première fois dans l'appartement du directeur de la maison d'édition, le précieux document a été ensuite dérobé chez une amie de l'auteur cinq jours plus tard. A croire que certaines personnes mal intentionnées cherchaient à empêcher la publication de révélations sur l'icône retraitée depuis deux ans.

Une semaine avant la sortie en librairie, l'hebdomadaire L'Express publie des extraits du livre tant redouté par les proches de la star. Eux qui ne se permettent aucune déclaration sans le consentement de l'ancien capitaine des Bleus vont être servis même si l'ouvrage révèle peu de faits inconnus des fans de l'ex-footballeur, et n'attribue que trois enfants au couple Zidane alors qu'il en dénombre quatre : Enzo, Luca, Théo et Elyaz. Une erreur de taille !

En 420 pages dédiées à la famille, aux réseaux et aux affaires de Zinédine Zidane, Besma Lahouri décrit précisément la vie de l'enfant de Castellane devenu demi-dieu au soir du 9 juillet 2006 après son coup de tête sur l'Italien Marco Materazzi en finale de la Coupe du monde. Le dernier match de sa carrière. On apprend ainsi qu'au moindre dérapage celui qui était entré dans le cercle des amis pouvait en être exclu en quelques secondes. Pour exemple, Michel Drucker qui avait laissé l'humoriste Nicolas Canteloup "fiancer" Zidane à Adriana Karembeu au moment où Zidane faisait la Une de l'hebdomadaire Voici en compagnie de la chanteuse Nâdiya, l'a payé cher. Radié du jour au lendemain sans plus d'explication !

Côté terrain, ou vestiaires, l'auteur s'attarde sur la question du dopage. Elle révèle que le célèbre N°10 a réussi à se soustraire des contrôles anti-dopage qui auraient dû suivre ses deux expulsions en Coupe du monde (en 1998 contre l'Arabie Saoudite et 2006 face à l'Italie) comme le stipule le règlement de la FIFA. On apprend également que Zinédine Zidane meurtri par son coup de tête sur Materazzi avait disparu après le match. Même son fidèle agent Alain Migliaccio n'avait aucune idée du lieu où se trouvait le protagoniste malgré lui de la finale finalement remportée aux tirs au but par la Squadra Azzurra. L'ouvrage tant redouté par le clan Zidane promet d'être un succès librairie mais ne devrait rien changer au mythe.

Source et date de l'article  MyfreeSport.fr  18.09.08

Lien intéressant : dopage, enfant caché et regrets


Lire la suite

Livres : Armstrong et le dopage !

16 Septembre 2008 Publié dans #Livres







Voici deux livres que j'ai envie de citer :  L.A. Confidentiel "Les secrets de Lance Armstrong"   et  L.A. Officiel   de Pierre Ballester et David Walsh.
Je pense qu'il est important de rappeler ces deux livres. Pour moi le retour d'Armstrong est une vraie comédie.


Lire la suite

Armstrong : le retour embarrassant d'une icône américaine

13 Septembre 2008 Publié dans #Cyclisme


Quand j'ai lu cette information j'ai cru réver ! Et vous qu'elle est votre réaction ?


Lance Armstrong a déjà réussi la première partie de son pari. Dans une opération de communication bien rodée pour son retour dans les pelotons («fuite» sur le site spécialisé Velonews, puis confirmation au magazine huppé «Vanity Fair»), le champion d'Austin écrit un nouvel épisode de son rêve américain. Survivant d'un cancer des testicules et septuple vainqueur du Tour de France, Armstrong est une véritable icône aux Etats-Unis.

Gérard Dine, médecin et spécialiste du dopage interrogé par Libération, voit même dans son «come back» une «réflexion culturelle». «Beaucoup d'Européens n'ont pas conscience qu'aux Etats-Unis, Armstrong représente d'abord un héros de la lutte contre le cancer plutôt qu'un champion cycliste», explique-t-il. C'est d'ailleurs sur ce point que le coureur a insisté, en présentant son retour comme un motif d'espoir pour les 8 millions de malades du cancer.


Un potentiel économique

«D'emblée, il fait de son cas personnel un élément d'une aventure collective avec la société nord-américaine», décrypte Gérard Dine. Une stratégie médiatique bien réfléchie donc, mais également une réflexion économique. Très engagé dans les mouvements caritatifs, Armstrong a contribué à lever plus de 265 millions de dollars (188 millions d'euros) pour son organisme de lutte contre le cancer, LiveStrong. Son retour représente un potentiel de revenus énorme pour les leveurs de fonds.

Au-delà des enjeux économiques, son retour représente aussi un défi sportif. Avec toutes les interrogations que cela suppose, notamment en matière de dopage. Jamais condamné, Armstrong a néanmoins plusieurs fois été contrôlé positif.


«Il connaît l'envers du décor»

Son retour, à 37 ans et après trois ans éloigné des pelotons, ne manque donc pas de susciter des doutes sur la possibilité de revenir au plus haut niveau de manière «légale». Pour Gérard Dine, il est clair qu'Armstrong a «eu un entretien physiologique permanent, et qu'il sait parfaitement où il en est. Mais surtout, plus que quiconque, Armstrong connaît l'arrière du décor. Il sait ce qu'il peut utiliser, notamment dans la biotechnologie, sans que cela ne lui pose de problèmes vis-à-vis des contrôles».

D'autant que le Texan pourra compter sur les divisions de la communauté cycliste internationale. L'Union cycliste internationale (UCI) et ASO, la société organisatrice du Tour de France, sont en guerre permanente, pour des motifs économiques. Conséquence, il n'y a aucune unité dans la lutte contre le dopage. Les efforts de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) ne sont pour l'instant que des coups d'épée dans l'eau. Lors du dernier Tour de France, cinq coureurs avaient ainsi été contrôlés positifs. Un autre, l'Italien Leonardo Piepoli, avait avoué s'être dopé, mais on n'avait jamais retrouvé de traces d'EPO dans ses urines.


Le maître du jeu

S'il a annoncé qu'il rendra publics ses résultats sanguins, Armstrong reste néanmoins le maître du jeu. Les contrôles de l'AFLD, les seuls réellement fiables, ne peuvent être effectués que sur le territoire français. Autrement dit, Armstrong peut parfaitement être «propre» pendant le Tour, mais s'être dopé en amont, lors de sa préparation. «Le seul moyen pour que ses examens soient transparents, c'est qu'ils soient validés par des experts internationaux», explique Gérard Dine, qui souhaite profiter du retour d'Armstrong pour mettre en place le passeport biologique.

Dernier coup de cette «partie de billard à plusieurs bandes», la politique. Celle-ci pourrait bien s'inviter dans le débat. Bien conscient que les organisateurs du Tour pourraient ne pas convier sa future équipe, Armstrong a pris les devants. Dans son interview à Vanity Fair, il prévient qu'il pourrait bien passer un coup de fil à Nicolas Sarkozy pour plaider sa cause.
«Une démarche astucieuse, explique Gérard Dine. Le Tour de France, c'est l'image de la France dans le monde. Et comment ne pas inviter un héros de la lutte contre le cancer...»

Source et date de l'article  Libération.fr  10.09.08


 

 

Lire la suite

Paralympiques / Deux haltérophiles exclus pour dopage

11 Septembre 2008 Publié dans #Paralympiques 2008

Pékin - Deux nouveaux haltérophiles ont été exclus des Paralympiques de Pékin après avoir été contrôlés positifs aux stéroïdes, ce qui porte à quatre le nombre total d'athlètes convaincus de dopage depuis le début des Jeux, a annoncé le Comité international paralympiques (CIP) jeudi.

Le Malien Facourou Sissoko et l'Ukrainienne Liudmyla Osmanova ont également été interdits de compétition pendant deux ans, selon le communiqué du CIP.

Sissoko, 46 ans, a été contrôlé positif à la boldénone (stéroïde) le 6 septembre, jour de l'ouverture des Jeux. Il aurait dû commencer sa compétition dimanche.

Osmanova, 22 ans, qui devait concourir samedi prochain, a été contrôlée à la 19-norandrostérone, un stéroïde également, lors d'un stage d'entraînement le 29 août.

Déjà mardi, le CIP annonçait l'expulsion de l'haltérophile pakistanais Naveed Ahmed Butt, dont l'échantillon d'urine prélevé le 4 septembre avait révélé son dopage aux stéroïdes.

Mercredi, Ahmet Coskun, un joueur de basket-ball en fauteuil roulant allemand, a été également exclu après avoir été contrôlé positif au finastéride lors d'un test hors compétition le 23 août, selon le Comité paralympique allemand.


Avant le début des Jeux, le président du Comité international paralympique, Philip Craven, avait déclaré son souhait d'assister à des Jeux "totalement propres".

A la date de mardi soir, un total de 461 tests ont été menés durant ces Jeux, hors et en compétition.

Aux Paralympiques d'Athènes en 2004, 680 contrôles antidopage avaient été effectués, concluant à dix violations du code (2 hors-compétition, 8 en compétition), selon un rapport du CIP.

Les 13e jeux Paralympiques, qui réunissent 4.000 athlètes de 150 pays, durent jusqu'au 17 septembre.

Source et date de l'article  RDS.ca  11.09.08


Lire la suite

Tennis / quelles vendanges pour Nadal?

11 Septembre 2008 Publié dans #Tennis


Comme d'habitude, Rafael Nadal arrive au bout du rouleau à la fin de l'été. Comme d'habitude, il gagne comme si de rien n'était ou presque. Médaillé d'or à Pékin (un tournoi de plus que l'an passé), demi-finaliste à l'US Open, le nouveau N.1 mondial a encore amélioré ses perfs avant l'automne.


ET MAINTENANT LA COUPE DAVIS !

Rafael Nadal a l'habitude de repousser ses limites. A 22 ans, on possède encore une marge de progression. Physiquement, techniquement, tactiquement, nombreux sont les observateurs qui estiment que celui qui est déjà devenu N.1 mondial, peut encore s'améliorer. Reste la question du calendrier. Avant d'aborder une épreuve cruciale dans sa carrière, la Coupe Davis, le Majorquin a déjà joué 84 matches. Et la saison est loin d'être terminée puisque le Masters de Madrid, celui de Paris-Bercy et bien entendu la Masters Cup sont encore au programme, sans parler des piges possibles dans les autres tournois. C'est dans ces conditions qu'il s'apprête à défier les Américains, tenant du titre, en demi-finale de Coupe Davis ce vendredi.

Une fois de plus en 2008, Nadal a su faire mieux que l'année dernière à New York, (de quart de finaliste à demi-finaliste). Marqué par ses efforts olympiques, il avait dû faire une pause salvatrice juste avant le tournoi. Surtout sans toucher la raquette et en jouant notamment au golf. Il avait ainsi retrouvé un peu d'énergie et surtout de l'envie. Voilà qui est significatif : quand un acharné de la compétition tel que Nadal ressent de la lassitude, c'est que la saturation n'est pas superficielle. On l'a aussi entendu, à plusieurs reprises, regretter de ne pouvoir passer plus de temps chez lui à Manacor. Balloté d'un court et d'un horaire à l'autre à Flushing Meadows, Nadal a accepté les contraintes de son métier. Il admet aussi la pression qui pèse sur son programme.

"J'étais à la limite mentalement, et cela se répercute sur le physique. Je savais que cela pouvait m'arriver ici après tout ce que j'ai joué. Mais il n'y avait aucune possibilité de planifier tout cela autrement", avait-il souligné après sa défaite à Flushing. Avec quelques jours de repos, dixit son capitaine de Coupe Davis Javier Sanchez, il devra aussi donner tout ce qu'il a contre les Etats-Unis. Et l'année prochaine, devra-t-il aussi tout donner à Barcelone, car c'est le tournoi de son club, puis à Madrid, car ce sera la grande première du Masters Series sur terre, avant Roland-Garros...

DIFFICILE DE JOUER PLUS

Rafael Nadal a disputé 334 matches depuis janvier 2005, c'est-à-dire 29 matches de plus que Roger Federer sur la même période. Ce qui équivaut à un tiers de saison. C'est beaucoup pour un joueur qui a souvent été sur les rotules en fin de saison, au point de subir des blessures sérieuses (genou, et surtout pied fin 2005). Vu les résultats en 2008, on sait que "Rafa" peut gérer son organisme à merveille. Mais comment gérer le dernier tiers de la saison ? Cela dépend des objectifs.

Chaque chose en son temps peut aujourd'hui clamer Roger Federer. Le Suisse s'est imposé sur le tard en Grand Chelem et n'a jamais surchargé son calendrier pour arriver à ses fins. Actuellement, il sait que la course à la place de N.1 mondiale est très concurrentielle. Il aménage son année en fonction des grands rendez-vous car il veut avant tout gagner 15 titres du Grand Chelem au minimum. Rafael Nadal est dans une situation étonnante. Pendant quatre ans, il a donné la priorité à la terre battue, transformant son printemps en parcours du combattant (de triomphes en triomphes, non-stop ou presque d'avril à juin). Comme il faut y ajouter deux gros tournois sur gazon, plus les US Open Series, les jambes sont donc lourdes à l'automne, et ce malgré les améliorations de son jeu*. Le futur calendrier qui placera le nouveau tournoi de Madrid avant Roland-Garros ne modifiera pas l'impératif de réussite printanière. Son nouveau statut de N.1 mondial non plus. La question qui va bientôt s'imposer aux Nadal est la suivante : Faut-il faire des choix dès 2009 ?

Après quatre années incroyables, Rafael Nadal est déjà au sommet du tennis mondial. Son image a changé. Le "terrien" prodige, qui impressionnait ses adversaires en bondissant dans les vestiaires et dont les muscles alimentaient toutes les rumeurs**, a laissé la place à un joueur explosif, tacticien et polyvalent dans l'oeil du public. A lui de prouver qu'il peut donner une direction plus lisible à sa carrière. Sérieusement en danger de blessure selon son oncle à l'hiver 2007, il a donné l'impression de se ménager en début de calendrier avant de courir tous les lièvres à la fois ensuite. Entre exploits et fatigue.

* Toni Nadal expliquait déjà l'an dernier qu'il fallait écourter les échanges pour pouvoir être performant plus longtemps. C'est exactement ce qu'a réussi Nadal cette année. Seulement, il a joué plus de matches !!

** Deux polémiques ont touché Rafael Nadal : La rumeur de la fameuse liste du Docteur Fuentes (impliqué dans une affaire de dopage dans le cyclisme), qui a nécessité l'intervention par le Ministère des Sports espagnols. Et l'interprétation d'une interview de Toni Nadal concernant la blessure au pied du joueur en décembre 2007. "Il a une lésion grave et il doit adapter son jeu" , disait-il en substance.

Souce et date de l'article  EuroSport.fr  11.09.08

 

  

 


Lire la suite

Pékin 2008 / le revers de la médaille

5 Septembre 2008 Publié dans #Jo de Pékin 2008


Je suis tombée sur cette article un peu par hasard en me promenand sur le net.
Je le trouve très bien écrit et surtout il vaut la peine d'être lu !


Si l'on regarde le côté face des médailles chinoises, ces Jeux Olympiques sont une formidable réussite pour la Chine qui affirme sa toute puissance aux yeux du monde. Sur le plan sportif tout d'abord, la Chine remporte 51 médailles d'or et devance les Etats-Unis (36 médailles d'or) ainsi que la Russie (23 médailles d'or). Sur le plan de la sécurité et de l'organisation, la Chine est parvenue avec son arsenal impressionnant (100 000 personnes) à prévenir d'éventuelles attaques terroristes mais également à museler les protestations contre les atteintes aux droits de l'homme.


Enfin, sur le plan des recettes, trois milliards de dollars de droits olympiques ont été déboursés par les sponsors, et la chaîne NBC a réglé 894 milliards de dollars - record battu - pour diffuser les JO en exclusivité aux Etats- Unis. Si l'on ajoute les somptueuses cérémonies d'ouverture et de clôture, on peut affirmer que la Chine a fait un sans faute.

 

Conclusion, sur le plan politique, ces Jeux constituent une formidable propagande pour le régime communiste qui retrouve une légitimité internationale.

 

En revanche, si l'on regarde le côté pile de la médaille, rien n'a changé en Chine. Si pendant 17 jours, la Chine a réussi à faire oublier les épisodes de la flamme olympique et la mise à mal de la liberté de la presse, tout n'est qu'apparence ... Ainsi, derrière les victoires et le spectacle, il n'y a pas eu d'ouverture démocratique comme certains l'espéraient, et aucun geste probant en faveur des droits de l'homme et des dissidents.

 

Enfin, la formidable moisson de médailles chinoises notamment dans des disciplines nouvelles (natation, escrime) laisse planer l'ombre des usines à champions et du dopage. Le parallèle avec l'ex RDA se fait naturellement.  Les Jeux Olympiques représentent le plus grand événement sportif de la planète et les enjeux  économiques et médiatiques sont tels que depuis de nombreuses années malheureusement la politique s'invite au spectacle.

Source et date de l'article ACDEFI  04.09.08


Lire la suite

Un sixième cheval est soupçonné de dopage aux Jeux de Pékin

4 Septembre 2008 Publié dans #Jo de Pékin 2008


LAUSANNE, Suisse - Le cheval brésilien Rufus est devenu lundi le sixième cheval soupçonné de dopage aux Jeux olympiques de Pékin.

Monté par le cavalier Rodrigo Pessoa, Rufus a échoué un test antidopage le 23 août dernier, alors que des traces de nonivamide, une substance interdite, ont été décelées.

Pessoa a terminé au cinquième rang de l'épreuve de sauts d'obstacles individuelle. La Fédération équestre internationale (FEI) a annoncé vendredi qu'elle le suspendait et ajouté que l'échantillon "B" de Rufus serait testé mardi, à Hong Kong, site des épreuves olympiques.

La FEI a indiqué que le test de Rufus était le dernier d'une série d'enquêtes reliées aux tests effectués aux JO.

Quatre chevaux ont échoué des tests antidopage pendant les Jeux, et un cinquième test positif a été révélé la semaine dernière. Six athlètes ont été trouvés coupables de dopage lors des Jeux de Pékin.

Source et date e l'article jminforme.ca  01.09.08

 


Lire la suite
1 2 > >>