Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Articles avec #etudes sur le dopage tag

«L’Aicar peut avoir des conséquences dévastatrices»

28 Juillet 2013 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

http://www.extremepeptides.com/images/products/aica%20ribonucleotide%20%28aicar%29.jpg

Interview Le chercheur Patrick Laure présente les produits à la mode, dont un qui fait maigrir sans toucher aux muscles :

Patrick Laure, chercheur et auteur de plusieurs ouvrages dont l’Ethique du dopage et Dopage et société aux éditions Ellipses, constate et déplore que la lutte contre le dopage ressemble à un chemin sans fin.

Est-il encore juste d’affirmer que les dopeurs et les dopés ont toujours de l’avance sur la lutte antidopage ?

Il faut d’abord préciser que les «gourous» ou «spécialistes» du dopage ont, pour la plupart, la même formation que ceux qui luttent contre. Après, le niveau du sportif concerné justifie la différence de sophistication des produits utilisés. A des niveaux nationaux, déjà élevés, toutefois, on parle de produits disons «classiques et historiques», comme les corticoïdes, les stéroïdes anabolisants, les hormones de croissance. Ce sont les moyens financiers consacrés au dopage par des athlètes de niveau mondial qui font ensuite la différence et font apparaître des produits nouveaux.

Qu’est-ce que l’on recherche aujourd’hui ?

L’EPO reste la vedette du dopage. Il est apparu aux Jeux de Calgary en 1988, et on a commencé à le détecter en 2008. Mais il reste très complexe à pointer parce qu’il est produit de manière naturelle par l’organisme. Des publications scientifiques récentes montrent qu’une prise en microdose conjointe à une transfusion sanguine rend cette prise indétectable. Un autre chantier spécifique concerne les produits à la mode que sont l’Aicar, l’Andarine, ou le GW501516. Ces deux derniers améliorent la performance et ont l’avantage de ne pas produire d’effets secondaires grossiers comme l’apparition de la barbe ou une déformation de la voix. L’Aicar [Libération de mardi, ndlr], une molécule jamais testée sur l’homme, mange les graisses sans diminuer la masse musculaire. Il faut savoir qu’un «traitement» à l’Aicar peut coûter très cher, mais surtout, il fait prendre le risque de conséquences dévastatrices sur la santé.

Lesquelles ?

Elles sont multiples et vont de la toxicité cardiaque aux effets cutanés et, plus grave, à des tumeurs cérébrales, cardiaques ou du foie, avec de lourds problèmes hépatiques. Les sportifs sont d’autant plus fous de les utiliser qu’ils mélangent souvent plusieurs produits dopants.

Quel sera le dopage de demain ?

Tous ces produits risquent d’être rapidement dépassés. Et ce, dès que la recherche sera capable d’agir sur les gènes de la performance.

 

Source et date de l'article  liberation.fr  17.07.2013

Source de l'image


Lire la suite

Dopage: le rugby est le sport le plus touché

29 Mars 2013 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

http://userserve-ak.last.fm/serve/_/59847531/All+Blacks+Rugby+New+Zeland+abstract.jpg

 

SPORT - Le sport le plus touché par le dopage n'est sans doute pas celui que vous croyez. Loin devant le cyclisme, c'est en effet le rugby qui arrive en première position, en proportion des contrôles effectués par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) sur l'année 2012.

 

"Je me suis intéressée aux sports sur lesquels au moins 400 échantillons nous sont parvenus en 2012 afin d'avoir des statistiques fiables, explique la directrice du département des analyses de l'AFLD. Huit disciplines correspondent à ce critère. Si nous tenons compte de toutes les molécules interdites présentes sur la liste de l'Agence mondiale antidopage, le sport qui donne le plus haut pourcentage (de cas positifs) est le rugby", a déclaré Françoise Lasne devant la commission d'enquête du Sénat sur l'efficacité de la lutte contre le dopage. "Vient ensuite le football puis l'athlétisme, le triathlon, le basket-ball, le cyclisme, le handball et la natation", a-t-elle déclaré.

"En proportion, c'est exact, mais il faut relativiser", a développé Bruno Genevois, le président de l'AFLD. "Il faudrait s'appuyer sur des données plus vastes et sur des durées plus longues. On sait par exemple qu'en s'appuyant sur les statistiques de l'AMA (agence mondiale antidopage) pour l'année 2011 par rapport au nombre de pratiquants, c'est l'haltérophilie qui apparaît comme le sport le plus touché". "Par ailleurs, en 2012 comme en 2011, le cyclisme et l'athlétisme ont présenté sur un plan d'ensemble et en valeur absolue le plus d'échantillons anormaux trouvés par l'AFLD", explique Bruno Genevois.

 

Le cyclisme, sport le plus contrôlé


En 2012, le cyclisme a ainsi représenté 14,9% des résultats anormaux enregistrés par l'AFLD, devant l'athlétisme (12,6%), le rugby (10,4%), le football (6,8%) et le triathlon (4,5%), selon des chiffres communiqués par l'agence. Ces résultats sont à mettre en regard du nombre de contrôles effectués dans chacune de ces disciplines et que la directrice du département des analyses de l'AFLD a livré lors de son audition (et confirmé par l'AFLD dans un communiqué).

 

Le cyclisme apparaît ainsi, et de loin, comme le sport le plus contrôlé en 2012, avec 1812 échantillons analysés. Dans l'ordre apparaissent ensuite l'athlétisme avec 1164 échantillons, le rugby (588), le football (548), le handball (452), le triathlon (433), la natation (418) et le basket-ball (394).

"Ce qui est intéressant, c'est qu'en 2012 comme en 2011, on a retrouvé une assez forte proportion de cannabis et de glucocorticoïdes", souligne le président de l'AFLD. En 2012, les cannabinoïdes (28,4%) et les glucocorticoïdes (22,8%) ont représenté les deux classes de substances le plus souvent détectées, précise l'AFLD.

 

Lors de son audition, la directrice du département des analyses de l'AFLD a également procédé à un calcul des sports les plus touchés en proportion des contrôles en excluant le cannabis "un dopant indirect (...) qui n'améliore pas directement la performance". Et c'est de nouveau le rugby qui est apparu malgré tout comme le sport le plus touché. "Si l'on exclut le cannabis, le rugby reste en tête, devant l'athlétisme, le triathlon, puis le cyclisme, la natation, le football, le basket-ball et le handball", a énuméré Françoise Lasne.

 

Source et date de l'article  huffingtonpost.fr  27.03.2013

Source de   l'image

 

Lire la suite

L'EPO, pas efficace mais dangereuse

10 Décembre 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

http://www.futura-sciences.com/typo3temp/pics/ced8ecd8fd.jpg

 

Les sportifs qui se dopent à l'EPO (erythropoïétine) mettent leur vie en danger, sans être certains de pouvoir améliorer leurs performances, selon une étude de chercheurs européens publiée hier.

 

Ce qui est certain, en revanche, c'est que la substance fait courir de sérieux risques à ceux qui l'utilisent, en raison d'un épaississement du sang qui peut aboutir à la constitution de caillots pouvant entraîner des infarctus et des accidents vasculaires cérébraux, écrivent les auteurs de l'article publié dans le British Journal of Clinical Pharmacology.

L'érythropoïétine est une hormone naturelle, produite par les reins, qui agit sur la moelle osseuse pour stimuler la production des globules rouges et améliorer ainsi le transport de l'oxygène dans le corps.

 

Elle est apparue sur la liste des produits interdits par le Comité olympique international au début des années 1990, lorsque les premiers soupçons de dopage d'athlètes par cette substance se sont fait jour.

Le scandale de l'EPO a surtout frappé le cyclisme, éclaboussant notamment le Tour de France et Lance Armstrong, dépouillé cette année de ses 7 victoires au Tour après des accusations de dopage.

L'équipe de chercheurs dirigée par Adam Cohen, professeur au centre de recherche sur les médicaments aux Pays-Bas, a passé en revue les données existantes sur les effets de l'EPO sur des cyclistes en bonne santé, mais dont aucun n'avait participé à des compétitions de très haut niveau.

 

Mais aucune preuve d'amélioration de l'endurance n'a été apportée chez les cyclistes dont la VO2 max a été testée pendant une durée de 20 minutes, alors qu'une course de haut niveau peut durer 5 à 6 heures.

 

Pour les auteurs de l'étude, la VO2 max ne jouerait d'ailleurs qu'un rôle mineur dans la capacité d'endurance des cyclistes professionnels, car peu de courses sont d'une intensité telle que la VO2 max puisse être décisive. «Alors qu'il n'existe aucune preuve convaincante de l'efficacité d'un médicament dans ce contexte, l'inscription de l'EPO sur la liste des médicaments interdits a pu faire croire à tort qu'il existerait un effet bénéfique prouvé sur les performances des cyclistes professionnels» relèvent encore les auteurs qui espèrent que leur étude va conduire les cyclistes et leurs entraîneurs à renoncer au dopage.

 

Ils réclament également de nouvelles études, portant plus spécialement sur les cyclistes de haut niveau.

 

Source et date de l'article  LaDepeche.fr  07.12.2012

Source de l'image


Lire la suite

Le dopage est une question de santé publique, selon des experts

24 Septembre 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

doping-and-sky-black-and-red-1A.jpg

 

STOCKHOLM (Reuters) - L'utilisation de produits dopants n'est plus seulement un problème sportif mais une question de santé publique, ont estimé les intervenants au cours d'une conférence antidopage à Stockholm.

"Si nous pensons qu'environ 3% des étudiants aux Etats-Unis prennent des stéroïdes ou des hormones de croissance, alors c'est un problème de santé publique", a déclaré Timothy Armstrong, de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"L'abus de substances, quelle que soit la forme physique, a un impact sur la santé physique et mentale. L'OMS, en tant que première agence des Nations unies sur les questions de santé, ne prend pas ce sujet à la légère."

 

Armstrong s'exprimait à l'occasion d'une conférence organisée vendredi et samedi dans la capitale suédoise par la fondation Arne Ljungqvist, du nom du président de la commission médicale du Comité international olympique (CIO).

Cette réunion, intitulée "Le dopage comme question de santé publique", réunissait des membres de l'OMS, du CIO, de l'Agence mondiale antidopage (AMA), de l'Unesco et d'Interpol.

 

L'hôte suédois a dit partager l'opinion de Timothy Armstrong au cours d'une conférence de presse.

"C'est une première tentative pour faire émerger cette question au rang des questions de santé publique, ce qu'elle est à mes yeux", a déclaré Arne Ljungqvist.

"Le sport de haut niveau joue un rôle évident. On y trouve les modèles des plus jeunes et s'ils se dopent, alors ils sont de mauvais modèles pour les générations futures."

Le directeur général de l'AMA, David Howman, a déclaré au cours de cette conférence de presse que le sport de haut niveau avait un impact sur la société en général et qu'à cet égard l'échange d'informations était essentiel pour lutter contre le dopage.

 

"Ce que nous avons appris au cours des dix dernières années, c'est qu'il y a un effet d'entraînement sur les sports amateurs et dans les universités", a-t-il déclaré, ajoutant que les autorités sanitaires et judiciaires avaient leur rôle à jouer.

"En Australie, maintenant, les douaniers partagent leurs informations avec l'agence antidopage australienne et il y a déjà 40% des infractions au code antidopage qui sont liées à ce type d'informations."

 

Source et date de l'article NouvelObs.com  22.09.2012

Source de l'image  Fotolia


Lire la suite

Aicar, la nouvelle menace ?

16 Juillet 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

http://www.vo2cycling.fr/Ivan/images/Kreusiger%20aicar%20Amstel%202010.gif

 

Retenez-bien le nom de ce produit, il devrait faire parler de lui durant ces prochaines années. L'Aicar, pilule miracle capable de renforcer les muscles sans faire grossir, est actuellement le cauchemar des autorités antidopages. Un médecin colombien a été arrêté à Madrid en possession de ce produit, qui serait utilisé dans les pelotons depuis 2009.

 

Terminé (ou presque) l'EPO et autres anabolisants. Désormais, la nouvelle grande menace qui plane sur le cyclisme porte un doux nom de cinq lettres : l'Aicar, diminutif de l'aminoimidazole carboxamide ribonucleotide. Selon toute vraisemblance, ce produit serait actuellement le plus en vogue en matière de dopage. C'est en 2009, lors du Tour de France, que les autorités compétentes ont évoqué pour la première fois la menace de l'Aicar. "J'ai été saisi par la maigreur de certains coureurs", avait alors indiqué au Monde Pierre Bordry, le président de l'AFLD. Il faut dire que l'Aicar a tout du produit miracle. Il fait maigrir, en brûlant les graisses, tout en renforçant les tissus musculaires par dilatation des vaisseaux sanguins.

En 2010, Libération rapportait que des chercheurs californiens avaient testé la pilule magique sur des rongeurs. Le bilan est effrayant: les souris dopées à l'Aicar ont réussi à courir 44% plus longtemps que leurs congénères ! "C'est un peu comme si on se lâchait sur la nourriture sans prendre de calories", explique Ronald Evans, le professeur de génétique qui a supervisé cette étude. Pour le rapport poids-puissance si recherché par les coureurs, et notamment les grimpeurs, l'Aicar a tout du miracle. "Un kilo de moins, ce sont vingt-cinq secondes gagnées dans la montée de l'Alpe-d'Huez", expliquaient des entraîneurs, toujours selon Libération.

En fait, l'Aicar est connu depuis les années 50 mais son prix exorbitant (on parle de plus de 500 000 euros) excluait toute crainte d'utilisation massive. Sauf qu'aujourd'hui, grâce à l'action combinée de laboratoires indiens et chinois et d'Internet, les prix auraient très fortement diminué, au point de rendre le produit accessible au grand public. Les craintes de l'UCI et de l'AMA à propos de ce produit encore indétectable sont fondées. Début mars, le médecin colombien Alberto Beltran (déjà bien connu des autorités antidopages) a été arrêté à Madrid avec (entres autres) ce fameux Aicar, selon El Pais. A qui ces produits étaient-ils destinés ? Dans quelles proportions l'Aicar est-il utilisé dans les pelotons ? Mystère. Et effroi.

 

Source et date de l'article  Sports.fr  19.03.2012

Source de l'image


Lire la suite

Quels impacts sanitaires chez les amateurs ?

24 Juin 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

http://www.courrierdelouest.fr/sites/default/files/imagecache/detail/2012/06/20/musculation-dos.jpg79.jpg

 

Chaque jour en France, deux personnes meurent subitement sur un terrain de sport ! Soit environ 800 par an. Dans huit cas sur dix (78%), l’origine de ces décès reste indéterminée. Des comportements dopants sont-ils en cause ? Si oui dans quelle mesure ? Dans un nouveau rapport, l’Académie nationale de médecine demande que tout décès de ce type soit « obligatoirement suivi d’une autopsie ». Elle plaide également en faveur d’un renforcement de la lutte anti-dopage.

 

« Le dopage représente un danger pour la santé publique, notamment auprès des jeunes », expliquent les Académiciens. Les sportifs professionnels sont particulièrement surveillés mais le fléau n’épargne pas pour autant les amateurs.

« L’impact du dopage chez (ces derniers) est moins connu », confirme l’Académie. Elle cite toutefois plusieurs études selon lesquelles la prévalence du dopage chez l’adulte était comprise entre 5% et 15% !

 

Développer la prévention

 

Elle fait également référence à un travail belge dont les résultats font froid dans le dos : en 2001, à une époque où les échanges sur Internet n’étaient pas aussi denses qu’aujourd’hui, 8% des 14-18 ans avaient recours à des hormones de croissance. « Ils les achetaient sur des sites web et se les faisaient livrer à domicile » !

Parmi les mesures préconisées, l’Académie nationale de médecine demande donc :

Le développement en France, d’une « politique volontariste de prévention du dopage ». Avec notamment la « ré-introduction dans le Code de Santé publique, des articles du Code du Sport se référant à la lutte contre le dopage et à la protection de la santé du sportif » ;

La mise en place d’un observatoire des accidents et des complications liés au dopage. Et par voie de conséquence, que « tout décès sur un terrain de sport soit obligatoirement suivi d’une autopsie comportant un examen anatomo-pathologique, toxicologique et génétique » ;

Le développement d’une véritable politique de recherche, notamment au niveau épidémiologique. L’objectif étant d’évaluer « l’étendue du fléau et ses implications sanitaires » ;

La mise en œuvre d’une formation approfondie concernant le dopage, ses méthodes et ses risques. Elle ciblerait particulièrement les éducateurs sportifs mais aussi les professionnels de santé.

 

Aller plus loin :

Téléchargez le rapport intitulé Sport et dopage : un danger pour la santé publique ;

 

Visitez le site de l’Agence française de lutte contre le Dopage (AFLD) : https://www.afld.fr/. Et particulièrement les Recommandations aux sportifs ;

 

Téléchargez la liste des substances interdites ;

 

Lisez les 10 règles d’or pour prévenir la mort subite du sportif.

 

Source et date de l'article  courrier de l'ouest.fr  20.06.2012

Source de l'image


Lire la suite

Des autopsies systématiques pour éclaircir la mort des sportifs

21 Juin 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

ruban-noir.gifPARIS - L'Académie de médecine a réclamé, dans un rapport publié mercredi, des autopsies systématiques pour éclaircir les morts subites de sportifs amateurs sur les terrains ou en salles de sport, face aux suspicions liées au dopage.

L'Académie demande que tout décès sur un terrain de sport soit obligatoirement suivi d'une autopsie comportant un examen anatomo-pathologique, toxicologique et génétique, indique l'Académie.

Selon le rapporteur, le Dr Patrice Queneau, il s'agit d'y voir plus clair sur les causes réelles des morts subites des sportifs amateurs alors que le recours aux produits dopants progresse chez les sportifs du dimanche.

Chaque année en France, 800 sportifs décèdent sur des terrains de sports. Ce sont à 95% des hommes sans antécédents cardiovasculaires, avec un âge moyen de 46 ans, selon une récente étude de l'Inserm, diffusé en juin dans le journal Circulation de l'American heart association (AHA).

Les morts subites liées au sport dans la population générale sont considérablement plus répandues que ce qui était supposé précédemment selon cette étude citée par l'Académie.

Faute d'autopsie systématique, 78% de ces accidents restent d'origine indéterminée, déplore l'Académie qui souligne parallèlement que la prévalence du dopage, toujours difficile à déterminer, serait de 5% à 15% parmi les sportifs adultes amateurs et de 3 à 5% chez les mineurs.

Les principaux produits dopants utilisés chez les sportifs non professionnels sont le cannabis, les corticoïdes, les anabolisants, les amphétamines, les hormones de croissance et aussi l'EPO à un niveau plus élevé, énumère Michel Rieu, conseiller scientifique pour l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD).

M. Rieu qui a participé à l'élaboration du rapport de l'Académie, estime qu'avoir une autopsie systématique avec un protocole bien cadré permettrait d'abord d'être informé de l'ensemble des morts subites sur les terrains.

L'autopsie permettrait surtout de faire la part des choses entre les causes génétiques, les causes liées à des pathologies cachées et la prise de produits dopants, explique cet expert du dopage.

Les membres de l'Académie qui ont voté à l'unanimité ce rapport, préconisent aussi la mise en place d'un observatoire des accidents et des complications liés au dopage.

La préoccupation de l'Agence mondiale antidopage (AMA) est de combattre la tricherie dans le sport alors que pour nous le dopage c'est essentiellement un enjeu de santé publique, résume le Dr Queneau.

 

Source et date de l'article  Romandie.com  20.06.2012


Lire la suite

Le dopage génétique réalisé sur des souris

15 Novembre 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

http://www.gizmodo.fr/wp-content/uploads/2011/11/des-souris-et-des-hommes-300x168.jpg

 

Les super héros existent désormais dans le monde des souris. Des scientifiques suisses et américains viennent en effet de créer des souris Hulk. Entendez, elles sont plus fortes et plus rapides que leurs congénères. 

Des chercheurs de l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) en Suisse et du Salk Institute de La Jolla à proximité de San Diego en Californie ont procédé à des manipulations génétiques. Ils ont identifié et agi sur le récepteur nommé NCoR1. Ils ont pu ainsi jouer sur la transcription de l’information contenue dans des gènes spécifiques à la création de cellules musculaires. Le résultat ne s’est pas fait attendre puisque les souris qui ont fait l’objet de ces manipulations ont vu leur masse musculaire augmenter et la qualité des fibres musculaires améliorées.

NCoR1 joue le rôle naturel d’inhibiteur dans la constitution des tissus musculaires.

Désactivez le et vous obtenez des souris aux capacités spectaculaires capables de courir plus vite et plus longtemps que les autres souris.

Ce type de recherche va rapidement poser des problèmes éthiques et des abus sont à craindre si un jour de telles manipulations sont transposées à l’être humain. Le dopage génétique ne sera alors plus très loin. On se souviendra alors moins de Des Souris et des Hommes mais du chapitre Des Souris aux Hommes.

 

Source et date de l'article  13.11.2011  gizmodo.fr

Source de l'image


Lire la suite

EXLUSIVITE / Un dopant presque parfait

28 Juillet 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

http://anabolyourbody.com/images/produit1_20.jpg

 

Cet article est EXCLUSIF car il n'a pas été publié dans Sport et Vie

 

Les récents cas positifs d’Andrus Veerpalu en ski de fond et de Patrick Sinkewitz en cyclisme ont attiré notre attention sur l’hormone de croissance (hGH ou somatropine).Pourquoi cette hormone est-elle utilisée depuis bientôt 40 ans par les tricheurs et pourquoi certaines études, dont celle de l’AMA (1), concluent à son inefficacité dans le dopage sportif ?

A l’origine extraite de l’hypophyse de cadavres humains, elle fut fabriquée par génie génétique à partir de cellules de mammifères dès 1985 (rhu hGH ou hormone recombinante humaine). Ce polypeptide a son indication principale  en thérapeutique dans le traitement du retard de croissance lié au déficit de l’hormone endogène chez l’enfant (nanisme). Une surmortalité existerait chez les patients traités pendant leur enfance même avec l’hormone synthétique alors que l’hormone extractive avait causé de nombreuses contaminations  par des prions pathogènes responsables de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. La crainte d’un nouveau scandale médiatico-sanitaire fait actuellement que l’utilisation de cette fascinante hormone en thérapeutique est en chute libre. Cette hormone naturelle est impliquée dans la physiologie de l’exercice où elle joue un rôle évident, comme le montre la diminution de l’aptitude physique des sujets déficients en GH. La réponse à la GH dépend de l’intensité de l’exercice. S’il se prolonge, l’effet s’inverse : après un marathon, la GH plasmatique peut être basse. Un exercice prolongé submaximal de 45 min est le meilleur stimulus de la réponse de GH à l’exercice, surtout s’il est hypoglycémiant ou réalisé à jeun.  La surdose  de cette hormone correspond à une maladie grave, l’acromégalie.


 L’hormone de croissance favorise la croissance du squelette et le métabolisme par un effet anabolique et anti-catabolique, et la lipolyse est également stimulée. Certains de ses effets sont transmis par des somatomédines IGF-1 et IGF-2 (insulin-like growth factor) de quelques dizaines d’acides aminés et de structure semblable à la pro-insuline. L’IGF-1 est liée dans le plasma à l’IGFBP-3 (les « binding proteins »existent sous 6 formes différentes et sont à faible ou forte affinité).La concentration d’IGFBP-3 semble se réduire dans les états de surentraînement (3) où l’on observe un blocage de sécrétion de GH à des tests de stimulation, notamment l’hypoglycémie. D’où les effets néfastes d’un entraînement trop intensif sur la croissance et la puberté. Les effets de l’IGF-1 (indétectable) sont bien connus, mais on connaît moins ceux de l’IGF-2.La forme majoritaire de la GH humaine est un polypeptide de 191 acides aminés (22 kDa de masse molaire) et une forme minoritaire est constituée de 176 aa ou 20 kDa. Si l’on savait que la GH se présentait sous 2 formes, l’isoforme à 20kDa et l’isoforme à 22 kDa, les connaissances très parcellaires jusqu’en 2007 n’ont pas empêché son emploi dans le dopage. Les doses utilisées par les sportifs dopés étaient certainement très supérieures à celles que produisaient les tumeurs somatotropes responsables de l’acromégalie, puisque les modifications morphologiques (menton, mains) apparaissaient bien plus vite que dans cette maladie.

 

Ses propriétés anabolisantes rapportées dans certains sports et l’absence d’un test de détection  (1ère mise au point en 2004) ont suffi à lui bâtir une réputation usurpée. Ses propriétés recherchées dans le dopage consistaient en une augmentation de la masse musculaire et de la force, en une meilleure récupération musculaire en favorisant la recharge en glycogène. Par augmentation de la lipolyse, la masse grasse est diminuée. Associée à l’insuline et aux stéroïdes anabolisants, la GH devient un excellent anabolisant. Les risques sont pourtant importants : hypertension artérielle, cardiomyopathie (insuffisance cardiaque), troubles métaboliques lipidiques, diabète, cancer. Une hypothyroïdie est possible. Fréquemment peuvent survenir rétention hydrique, œdèmes périphériques parfois importants et douloureux, raideur, arthralgie et myalgie. Un effet secondaire très rare concerne une nécrose de la tête fémorale. Signalons  aussi que l’administration concomitante de corticostéroïdes  peut inhiber l’effet de la GH.


Son utilisation dans le sport


Dès 1995, on se doute que la GH est l’une des drogues les plus répandues dans le sport de haut niveau. Du début de son utilisation dans les années 80 jusqu’à la mise au point de son test de détection en 2004 pour les JO d’Athènes puis sa validation en 2007, il s’est pratiquement écoulé 25 ans pendant lesquels elle a pu être employée en toute quiétude : un record pour un médicament dopant ! Pietro Mennea, champion olympique du 200 m en 1980 et recordman du monde en 1979 (19.72 sec) avait avoué l’avoir utilisée. Willy Voet, dans son livre Massacre à la chaîne en 1999, révèle que l’équipe Festina carburait entre autres à la GH dès 1995. L’hormone était surnommée « fond de jantes » car elle était sensée «  préparer le terrain » à d’autres dopants ; cette vue de l’esprit traduisait en fait la déception suite au manque d’effets probants. En prévision du TDF, Alex Zülle en fait une cure au printemps 1998, tout comme Erwann Menthéour (Secret défonce, 1999) qui utilise le Saizen® en cure de 10 à 15 jours. Puis en 2002, c’est l’épouse du cycliste lituanien Raimondas Rumsas qui se fait arrêter par les douaniers à Chamonix avec dans le coffre de sa voiture des ampoules d’EPO et de GH. Plus récemment, l’USADA découvre que Kirk O’Bee, ancien champion des USA et coéquipier de Lance Armstrong chez l’US Postal, s’est procuré de la GH  au Mexique et au Canada. Il sera suspendu à vie en 2010 après un 1er contrôle positif à la testostérone en 2001.Terry Newton, rugbyman anglais,  sera le 1er sportif à être contrôlé positif à la GH lors d’un test inopiné le 24 novembre 2009, ce qui le poussera au suicide ; puis suivent les cas de Matt Socholotiuk (football américain)  et de Patrick Sinkewitz qui sera le 1er cycliste positif le 27 février 2011 au GP de Lugano.


Le test de détection


 La mise au point du test sanguin de détection a été longue  et difficile (on l’annonçait depuis 1998) car l’hormone est sécrétée par l’organisme et sa demi-vie est très courte : 20 à 30 minutes. Le principe de la détection est basé sur l’absence de l’isoforme 20 dans l’hormone exogène (rhu-GH) malheureusement la fenêtre de détection est courte : 24 à 36 H après la prise et peut-être même 8 à 24 H. Le rapport GH 22/GH totale passe de 0,5 à 1,43 chez un sujet dopé. On peut aussi calculer le rapport GH20/GH 22 qui diminue en cas de dopage ; ce dernier test n’est valable que dans les 10 H après administration. Le test sanguin actuel, qui est en fait un double test afin d’élargir la fenêtre de détection, avait vu sa mise au point ralentie à cause de la faible quantité d’anticorps spécifiques de l’isoforme 22 disponible au stade de la recherche. La production de ces kits d’anticorps est maintenant passée à une échelle industrielle. Reste à élargir la fenêtre de détection à 10 jours et à fabriquer un test urinaire. Les IGF-1, IGFBP et les sécrétagogues peptidiques de la GH (GHRP) sont encore indétectables.

 

A la fin des années 2000, on en apprend un peu plus sur la GH (2) et ses isoformes .L’affaire se complique. L’hormone de croissance rassemble en fait une centaine d’isoformes, ce qui traduit une adaptation très pointue de l’organisme à l’exercice physique et aux différentes situations métaboliques. Chaque isoforme  a un rôle métabolique et un tissu cible précis, et peut exister sous forme de monomère, dimère, trimère et même pentamère. Si les isoformes 22 et 20 constituent  les familles principales (21% et 6% de la GH circulante), il existe des isoformes à 27, 17 et 5 kDa. Et l’on découvre que les isoformes de la GH n’ont pas toutes les actions du polypeptide 1-191 classique. En particulier, les actions anabolisantes sont moindres pour la 20 kDa et inexistantes pour la 17 kDa et la 5 kDa. Les effets sur la glycémie et les acides gras libres circulants sont différents. L’isoforme 17 kDa est 10 à 20 fois plus hyperglycémiant  que l’hormone intacte de 22 kDa, tandis que l’isoforme à 5 kDa potentialise l’insuline, hypoglycémiante ! La GH ne doit donc plus être considérée comme une hormone unique mais comme une famille de polypeptides aux activités biologiques différentes. Si l’isoforme monomérique 22 inhiberait la lipolyse, l’isoforme 20 la favorise ! L’effet diabétogène du monomérique 22 est inférieur à celui du 20.On s’aperçoit de suite que l’isoforme 20 est plus intéressante dans l’effort d’endurance que l’isoforme 22. Pendant la période de récupération, un exercice d’endurance  fera sécréter les isoformes « non 22 » au temps d’action prolongé : les isoformes se regroupent en dimères ou pentamères pour prolonger l’effet de l’hormone. L’hypoglycémie post-exercice est donc évitée par les isoformes  17 et 20 et la lipolyse permet d’utiliser les graisses pendant un exercice d’endurance. Tout ceci pourrait laisser penser que les formes courtes à 17 ou 20 kDa sont proportionnellement plus  abondantes dans la GH libérée à l’exercice (davantage catabolisante ou favorisant la libération de glucose et d’acides gras libres) que dans la GH  sécrétée au repos (davantage anabolisante).

 

Pour tous ceux qui croyaient bénéficier du dopant idéal avec la GH rhu produite par génie génétique, il faut se rappeler que l’isoforme 20 est absente de cette hormone exogène, vraisemblablement à cause de la technique de fabrication. Or c’est cette isoforme qui permet la meilleure adaptation à l’exercice d’endurance : elle est lipolytique et hyperglycémiant. Avec les progrès de la science  et 10 ans après, on n’est donc pas étonné qu’Alex Zülle, le cycliste suisse de la Festina, n’avait pas trouvé efficace sa cure de GH ! Encore une fois, la GH nous donne l’exemple qu’utiliser un tel produit avec aussi peu de certitudes, c’est jouer aux apprentis sorciers. On comprend aussi pourquoi certaines études concluaient à la non efficacité de la GH dans les exercices d’endurance.

(1) The effects of GH on body composition and physical performance in recreational athletes. Udo Meinhardt and coll. Ann Intern Med 2010; 152: 568-577.

Si cette étude montre bien qu’une administration de 2 mg/j d’hGH en sous-cutané pendant 8 semaines chez des sportifs amateurs de moins de 40 ans diminue la masse grasse de 2,1 kg, augmente la masse maigre de 3,3 kg et donne donc une augmentation de masse corporelle de 1,2 kg, la VOmax n’est pas augmentée alors que la capacité anaérobie l’est de 3,9%, ce qui ferait un gain de 4/10 sec sur 100m. On se souvient que Mennea avait amélioré son temps sur 200 m de 14/100 sec en un an, mieux que Bolt sur 100 m (11/100 sec entre 2008 et 2009). Mais la question des bénéfices réels de la GH chez l’athlète de haut niveau se pose.

 

(2)Exercise modulation of Growth Hormon isoforms: current knowledge and future directions for the exercise endocrinologist. B.C. Nindl.Br J Sports Med 2007; 41: 346-348.

(3) Interactions entre la fonction somatotrope et l’activité musculaire.C. Peyreigne, JF Brun et coll. Science et Sports 1997 ; 12 : 4-18. Service d’exploration physiologique des hormones et des métabolismes. Hôpital Lapeyronie, Montpellier.

 

Article réalisé par Marc Kluszczynski du magasine Sport et Vie

Lire la suite

EXCLUSIVITE / Transfusion sanguine

18 Avril 2011 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Etudes sur le dopage

dopage_perto.jpg

 

Cet article est EXCLUSIF car il n'a pas été publié dans Sport et Vie


Si la transfusion sanguine homologue (donneur d’un même groupe) est détectable suite à la mise en évidence de variations concernant des antigènes sanguins, la TS autologue reste encore directement  indétectable en 2011.La méthode de mise en évidence indirecte de cette méthode de dopage constitue une petite avancée  et devrait rendre le dopage encore un peu plus difficile en 2011. La technique est basée sur le dosage des métabolites urinaires du di (2-éthylhexyl) phtalate ou DEHP et elle a été décrite en décembre 2010 dans la très sérieuse revue Analytical and Bioanalytical Chemistry (1), ce qui constitue une étape importante pour son utilisation par l’AMA. Chose intéressante, les phtalates alimentaires seraient différents de ceux utilisés dans le matériel médical. Le DEHP est un plastifiant utilisé pour assouplir le plastique des tubulures et des poches de sang : il diffuse dans le sang contenu dans la poche. La limite de détection est de 0,2 à 0,3 ng/ml et la limite de quantification est de 1 ng/ml.

 

L’étude a été réalisée sur un groupe contrôle représenté par 10 patients hospitalisés transfusés, 100 personnes sédentaires et 468 athlètes lors d’un contrôle antidopage : le taux des métabolites du DEHP n’était augmenté que chez les patients transfusés (et chez 3 coureurs cyclistes de la même équipe !).

 

Bien évidemment, l’étude ne nous dit pas à partir de quels  taux de plastifiants, l’athlète sera soupçonné d’être transfusé, ni les valeurs normales de ces taux dans une population non sportive car ces phtalates peuvent se retrouver dans l’organisme soit par ingestion, soit par inhalation. Dans l’affaire Contador, les journalistes du New York Times avaient écrit  que le laboratoire de Cologne avait retrouvé chez l’espagnol un taux de phtalates 8 fois supérieur au taux considéré comme normal. On peut supposer que cette affaire a accéléré la validation du test. Mais cette méthode de détection indirecte ne pourra pas être utilisée pour affirmer un dopage, par contre elle pourra être utile au Passeport Biologique® de l’athlète et permettra de mieux cibler les sportifs à contrôler dans le cadre d’un dépistage direct.


Quand la méthode sera officiellement validée, il reviendra alors à Contador de faire rechercher les phtalates dans ses échantillons des Grands Tours victorieux (TDF 2007, 2009, 2010, Giro 2008, Vuelta 2008) afin de couper court à toutes les rumeurs de transfusions. Il y a fort à parier que les partisans de la TS utiliseront dorénavant d’autres matériaux que le polyéthylène souple pour transporter leur sang : polycarbonates à base de bisphénol-A ou polyéthylène téréphtalate (Mylar®) des bouteilles d’eau gazeuse. Dans le Mylar®, le phtalate est davantage associé au plastique et migre moins dans l’organisme. Par contre, on les voit mal utiliser un autre modèle de tubulures souples ; les taux de phtalates engendrés par le passage du sang dans ces tubulures souples pourraient être abaissés, jusqu’à l’être sous les seuils de détection ?


(1)    Rapid determination of urinary di (2-ethylhexyl) phtalate metabolites based on liquid chromatography/ tandem mass spectrometry as a marker for blood transfusion in sports drug testing. Solymos, Guddat, Geyer, Flenker, Thomas, Segura, Ventura, Platen, Schulte-Mattler and M.Thevis et al. Analytical and Bioanalytical Chemistry, dec 2010.

 

Article réalisé par Marc Kluszczynski du magasine Sport et Vie 

 


Lire la suite
1 2 3 > >>