Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Articles avec #temoignages tag

Ouvrir les yeux sur le dopage sportif ....

9 Septembre 2013 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Témoignages

http://www.rue89.com/sites/news/files/styles/asset_img_full/public/assets/image/2011/02/dopage_football_inside.jpg

 

Ceci est un plaidoyer en faveur du dopage ! pourquoi en faveur ? pour une raison simple et évidente, le dopage a fait de tels progrés qu'il est à ce jour impossible de lutter contre lui . Nos journalistes sportifs sont dans la joie et l'allégresse, leur incommensurable bétise leur fait prendre des positions absolument imbéciles du genre, "on a gagné, il n'y a eu aucuns coureurs déclarés positifs pendant le dernier tour de France, donc le dopage est mort"! bien sûr, on ne voit plus les preuves évidentes du dopage, mais plus que jamais on constate sa présence sournoise. Grimper au sprint le mont Ventoux n'impressionne pas nos commentateurs, battre record sur record en natation ne semble pas suspect, avoir un groupe de sprinter phénoménaux appartenant à la même nationalité n'interroge personne, et dans l'ensemble les excellents résultats sportifs et subits d'une nation passe pour un regain d'intéret de cette nation pour un sport ou tous les sports (britannique aux jeux par exemples en 2012) . Car il faut bien se rendre compte que dans ce problème du dopage, ce qui est mort c'est le dopé solitaire, celui qui au petit bonheur essaye "le pot belge", "l'erytropoïétine" et ce que l'on appelle "les produits masquants", qui éliminent les traces de dopage et dont les centres anti-doping oublient de proscrire l'utilisation.    Car mes chers concitoyens nous en sommes revenus au bon temps du dopage d'état et même si Obama ou Hollande ( pour Poutine c'est différent) ne participent pas directment au programme de " rationalisation des performances", les résultats qu'ils exigent des différentes équipes, ne serait ce que pour péréniser les subventions, obligent les directeurs sportifs à chercher d'autres solutions que les entrainements fussent ils outrancièrement intensifs.

 

Et la médecine apporte un large concours à ces progrmmes de tricheries, car, déterminer où commencent les soins indispensables à la bonne santé de nos sportifs et où effectivement ces soins se transforment en dopage est impossible à dire. On ne manipule plus des drogues, mais des modifications physiologiques qui font appel aux dernières avancées scientifiques, et aussi de vrais programmes "de lavage de cerveaux" qui transforment les sportifs en "zombis" programmés et créancés à la victoire et à l'exploit. Comment détecter les pratiques moléculaires, génétiques et autres facéties qui rendent les résultats artificiels ?  Si vous avez vu au denier championnat du monde d'athlétisme la compétition récurrente entre la Russie et les Etats-Unis, et lorsque je dis compétition c'est un mot gentil, même s'il ne s'agissait que de ne pas être derrière l'un ou l'autre, comment penser que ces états laissent leur gloire (nécessité politique oblige) à l'aléatoire de la forme d'un champion ?  

 

Et lorsque l'on constae le montant des contrats financiers, comment penser une seule seconde que des firmes commerciales laissent une place, même infime au hasard ?      Pour cela je demande que l'on arrète la lute contre le dopage, cela arréte rien et n'apporte aucune solution sinon un statut injuste qui fait des sportifs riches des sportifs bien dopés, protégés par la recherche médicale et pour le sportif pauvre,celui qui est en dehors du programme national, le danger de se doper tout seul , car sans dopage , il n'a aucune chance de réussite, et faisant cela de façon empirique il met sa santé en danger .....  en laissant libre cours au dopage, on peut même penser que l'équilibre naturel reprendra ses droits, à égalité de dopage c'est le meilleur qui gagnera,.....  je propose que l'on oublie ce vocable de "dopage" il est par trop péjoratif , je propose plutot de dire : l'optimisation des performances .....   les médecins auront donc la trés lourde responsabilité de surveiller la santé de chacuns et seront responsable d'éventuelles séquelles de leurs traitements. Ils agiront ainsi officiellement, dans la lumière et plus dans la clandestinité, (On pourra discuter des divers traitements, car à chaque physiologie sa solution,) ce qui permettra de les punir trés sévèrement dans le cas de risques trop importants qu'ils feraient courir à leurs poulains et surtout on en finirait avec cette hypocrisie qui est intolérabe, je le dis clairement, ça suffit ....( et merde pour l' UCI et certains dirigeants du TOUR DU FRIC ) .

 

Source et date de l'article  mediapart.fr  06.09.2013

Source de l'image

 

Lire la suite

Non, je ne parlerai plus jamais de dopage

25 Août 2013 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Témoignages

http://i1.ytimg.com/vi/O-5YfGvA0g0/hqdefault.jpg

 

Le valeureux Don Quichotte, épique héros de Cervantès, a perdu la raison après avoir combattu corps et âme contre les moulins à vent. Fou à lier, le Chevalier à la Triste Figure est revenu chez lui. Fin des aventures qu’il chérissait tant.

Lutter contre le dopage, la malice diffuse, les maquignons de la fiole et de la seringue, les faux-culs en tout genre et le « Système » - comprenez la collusion tacite et l’omerta soigneusement entretenue par organisateurs, coureurs et managers - a fini par m’épuiser. Je m’arrête donc avant le grain d'ellébore. C'est décidé, je n’écrirai plus jamais une seule ligne sur le dopage. La guerre est perdue les amis.

J’ai toujours aimé être du côté de la « Vérité », non parce qu’elle est juste moralement, mais parce qu’elle est - permettez le pléonasme - véridique. Les menteurs, les tricheurs de tout poil, les escrocs, les profiteurs mais aussi leurs complices taiseux, bref ce troupeau d’hypocrites à gifler m’a toujours bigrement révolté. A défaut de caresser l’utopie d’un monde meilleur, j’ai simplement essayé de traverser le nôtre en évitant les projections d’excréments. Alors oui, mes vêtements blancs faisaient ricaner ceux qui se vautraient dans la boue, la conscience brûlée au fer rouge, insensibles, adeptes du "tout est permis", du "pas vus pas pris".

 

J'ai combattu le dopage pendant plusieurs lustres et j’ai rapidement compris que j’avais choisi le camp des perdants. J’ai perdu ceux que je croyais être des amis et trouvé une armée d’ennemis. Impossible de continuer à travailler sur les courses. Je posais les mauvaises questions. Je dérangeais. Persona non grata. « Faut pas briser le rêve m’sieur… ». J’ai été menacé, intimidé, pourchassé, insulté. Récemment, un type m’a reproché d’avoir gagné ma vie grâce au dopage… Un peu comme si on accusait un historien qui a écrit un livre sur le conflit 1914-18 d’avoir profité de la 1ère guerre mondiale pour se remplir les poches…C'est exactement le contraire: j'ai perdu de l'argent et des opportunités de carrière.

Mes livres racontent des voyages à vélo, et sont généralement lus par ceux qui s'intéressent à l'évasion, royalement indifférents à l'agitation malsaine qui règne dans le panier de crabes du professionnalisme. C'est à cette voie, le récit de voyage, que je souhaite me consacrer totalement dorénavant.

Sollicité par des médias pour réagir sur des affaires de dopage (dernièrement Al Jazeera), j’ai souvent décliné pour ne pas devenir ma propre marionnette, le Guignol qui fait le tour des plateaux pour servir une phrase ou une analyse décapante, animer les débats entre deux pages de pub. Je connais trop le fonctionnement des rédactions radio / tv : « Dis, Armstrong a avoué, qui on appelle pour réagir ? Mondenard ? Ballester ? ». En réalité, tout le monde se moque de ce que vous direz. L’antidopage ne fait pas recette, vous êtes l’empêcheur de tourner en rond, l'acariâtre de service, le pénible qui revient. Ecoutez le public sur le bord des routes du Tour et vous comprendrez. Panem et circenses.

 

J’ai mis les pieds dans le plat avec « L’Autre Tour » en 2007. On me l’a reproché. On m’a accusé de tout et n’importe quoi. Personne n’a compris le message.. « C’est qui ce mec ? Pour qui il se prend ? » La plupart des journalistes de la salle de presse m’ont tourné le dos. On n’aime pas trop les gens qui crachent dans la soupe. « Le cyclisme nous fait vivre garçon ». Ils préfèrent taper sur l’épaule des coureurs au village-départ après une douzaine d’huîtres pour fêter le 20ème Tour d’un collègue. Il est si agréable de traverser la France en note de frais…Je n'ai jamais reçu un seul encouragement des sphères politiques ou institutionnelles et les grands sponsors m'ont gentiment évité pour ne pas s'associer à une voix discordante, vous comprenez monsieur, "le Tour est une si belle fête"...

 

En 15 ans, j’ai tout vu. J’ai vu des journalistes, spécialistes du dopage, se jalouser puis se taper dessus dans un couloir. J’ai vu des dopés se repentir, revenir, et recommencer à nous prendre pour des imbéciles. J’ai vu les dopés d’hier commenter les courses d’aujourd’hui à la télévision. C’est le syndrome OM – Valenciennes, Jacques Glassmann disait la vérité, il a payé l’addition seul ; les corrompus, eux, continuent leur chemin semé de gloire et d'argent.

 

Les dopés gagnent sur tous les fronts. Ils empochent d’abord honneurs et dollars en alignant les victoires. Une fois tombés (s’ils tombent…), ils vendent leur confession à un hebdomadaire à gros tirage puis écrivent un livre pour raconter « leur » vérité, ensuite ils deviennent consultants, homme-image pour une marque de montres... Parfois, des sponsors ont même l’inconscience de leur confier des millions pour créer une équipe pro (Bjarne Riis, heureux manager de Saxo Bank).

Pendant le Tour, j’ai bien entendu Thierry Adam saluer « Laurent Jalabert, qui nous manque ». Eh oui, vous ne le saviez pas ? Jaja est une victime. Vivement que les gens oublient un peu et qu’il revienne. La miséricorde du "milieu" est sans fin. J’ai entendu Tyler Hamilton renoncer à son objectivité et bénir Chris Froome (« je crois en lui ») alors que l’Anglais grimpe le Ventoux plus vite qu’Armstrong. Le bon Tyler se remet dans le sens du vent. J’ai vu que les tests de l’Agence Française de Lutte contre le dopage ne faisaient plus peur à personne (aucun contrôle positif sur le 3ème Tour le plus rapide de l'Histoire avec le record de coureurs à Paris...) J’ai lu sur le Canard enchaîné que les douanes avaient reçu une circulaire leur demandant d’éviter le zèle cet été. J’ai entendu des experts nous expliquer que le cyclisme, aujourd’hui, roule plus vite que jamais, mais qu’il est propre. Festina, Landis, Contador, Armstrong n’ont donc servi à rien. A rien.

Une dernière fois, j’ai voulu me rebeller, réagir, repartir pour une croisade. J’ai appelé un ami de la brigade des stupéfiants en Italie. Il m’a répondu: « Guillaume, laisse tomber, il faudrait changer les cerveaux et on ne sait pas le faire ». Son collègue de service vient de partir à la retraite, usé par des années à démanteler des réseaux qui se reformaient dès le lendemain comme les toiles d'araignée.

L’heure est venue, pour moi aussi, de tourner la page. Le dopage était, est et sera. J’ai tenté, dans mon coin, de crier et dénoncer. Toutefois, nager à contre-courant finit par vous tuer (demandez aux saumons). A l'heure où j'écris ces lignes, de nouvelles molécules sont testées dans le peloton. Les laboratoires antidopage ont dix ans de retard.

Non, je ne parlerai plus jamais de dopage (et bon courage à ceux qui le feront).

Messieurs les dopés, je vous quitte avec une dernière question, tirée de l’Evangile de Matthieu : « Quel est le profit d’un homme si, pour conquérir le monde, il y perd la vie ? ».

 

Source et date de l'article  guillaumeprebois.com  12.08.2013

Source de l'image

 

Lire la suite

Témoignage exclusif !

12 Août 2013 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Témoignages

http://www.ouest-france.fr/photos/2011/02/10/110210085215238_6_000_apx_470_.jpg

 

 

Bonjour,

 

j'ai été visiter votre blog contre le dopage et je voulais apporter un témoignage qui m'a ,à l'époque,pas mal perturbé.
Mon filleul,fils de ma cousine était trés doué en course de fond.Champion aquitaine de la catégorie supérieure à la sienne,"recordman" etc....dans un club de Pau (64).

 A 13 ans,il a arrêté subitement en disant qu'il en avait marre et sans préciser pourquoi.
Etant proche de lui,je sentais qu'il cachait quelque chose car il adorait courir des heures durant plus vite que les autres,c'était son truc.Il continuait seul ou en scolaire d'ailleurs.
Donc,2 ans aprés lors d'une de ses vacances chez moi,j'abordais le sujet plus en profondeur et en tête-à-tête.
Là,il me fît une déclaration qui m'a mis sur le c...!!

Il avait arrêté car ses "entraîneurs" ( j'ai déjà du mal à les appeler comme ça alors "éducateurs" non !) se plaçaient sur les endroits du parcours ou ils étaient supposés connaître des difficultés et leur passaient un doseur d'un vaso-dilatateur célébre (ventoline) dont ils devaient se servir discrétement et le jeter discrétement aussi.Les gosses avaient 13 ans.

Mon filleul a maintenant 32 ans...Ce n'est donc pas nouveau.
Je suis éducateur U15 en foot et considére ce titre comme un honneur et une preuve de confiance parentale.Ce systéme doit forcément perdurer et c'est ça qui me gêne.Ca ne changera rien mais je voulais apporter ma contribution aux témoignages pour dire que le dopage à l'air installé et depuis longtemps hélas.

Amitiés sportives

Thierry CARRERE

Lire la suite

Témoignage d'un footballeur amateur

25 Juin 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Témoignages

 

http://medias.lepost.fr/ill/2009/08/11/h-4-1653766-1249988654.jpg

 

 

Voici le témoignage d'un footballeur amateur ! J'ai volontairement mis des .... en remplancant certains noms et lieux

 

Bonjour ContreLeDopage,

 

J’étais un footballeur amateur. J’évoluais  entre la division d’honneur et la 3ème division nationale avec un titre de champion de France D3. Avant mon parcours senior, qui fut bref, j’ai joué 2 saisons de championnat de France cadet (14 - 15 ans) avec des contacts entre le .......  et mon club afin de les rejoindre. Donc, à  ......j’ai été dirigé par ........ ......., un ancien du ..... ..... et de l'équipe de France. Il nous infligeait des séances d’entrainement terribles.

 

Sans la créatine que nous recevions le vendredi soir, nous n’aurions jamais terminé champion. J’avais à l’époque 18 ans. C’était des cachets d’Ergadyl. Le dopage plus les séances d’entrainement m’ont conduit  vers une très grave blessure. Actuellement, je suis suivi par un psy. Je ne peux pas me passer de ses médicaments et suis travailleur handicapé. J’ai 47 ans et j’ai un décalage du bassin de 4 degrés et le tibia qui n’est plus dans l’axe du fémur. Je ne cours plus et marche avec une canne.

 

Si vous souhaitez de plus amples renseignements, n’hésitez pas. Merci  !!


Lire la suite