Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

L'entraîneur de tennis, Régis de Camaret, condamné à 8 ans de prison pour viols

24 Novembre 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Tennis

http://i.huffpost.com/gen/875318/thumbs/r-REGIS-CAMARET-large570.jpg?4

 

L'entraîneur de tennis Régis de Camaret a été condamné vendredi 23 novembre par les assises du Rhône à 8 ans de prison pour les viols de deux anciennes pensionnaires mineures de son club de Saint-Tropez, il y a plus de 20 ans, à l'issue d'un procès très médiatique. Régis de Camaret a également écopé d'une interdiction définitive d'exercer le métier d'entraîneur de tennis et a fait l'objet d'un mandat de dépôt à l'audience.

 

Après moins de deux heures de délibéré, la cour s'est montrée plus clémente que l'avocate générale Jacqueline Dufournet qui avait réclamé "de 10 à 12 ans de réclusion", ainsi que 10 ans d'interdiction des droits civiques, civils et de famille. Camaret est resté de marbre à l'énoncé du verdict tandis que ses victimes s'étreignaient, entre larmes et sourires. "Ce soir il est en prison, la honte a changé de camp, c'était un long combat, on est très touchées, vidées" a brièvement réagi Isabelle Demongeot à la sortie de l'audience. L'ancienne N° 2 du tennis français avait été entendue comme témoin durant le procès, sa plainte ayant été prescrite.

 

Âgé de 70 ans, Régis de Camaret pourra toutefois bénéficier rapidement d'une demande de liberté conditionnelle en vertu de la loi pénitentiaire de novembre 2009. "Que de souffrances exprimées à la barre des témoins, d'enfances, d'adolescences brisées, de rêves détruits, de femmes en détresse après tant d'années", a lancé l'avocate générale.

 

Deux jeunes femmes parties civiles, une vingtaine d'autres, témoins

"Il faut parfois toute une vie pour dénoncer ces faits, car on se sent salie, souillée" et les victimes "ont enfoui ça au fond d'elles-mêmes, car elles ont trop honte et elles étaient sous une forme d'emprise", a-t-elle souligné. D'où la prescription pour la plupart d'entre elles. Et notamment pour la plainte en 2005 d'Isabelle Demongeot, à l'origine de l'affaire.

Vendredi dernier, elle avait raconté à la barre comment elle avait été violée pendant neuf ans, de 1980 à 1989, par son ancien mentor au tennis-club des Marres à Saint-Tropez (Var). Une vingtaine d'autres anciennes stagiaires, retrouvées par les enquêteurs, sont aussi venues témoigner de leur "détresse" des années après les faits.

Seules deux jeunes femmes, Stéphanie Carrouget et Karine Pomares, 36 ans chacune, étaient parties civiles dans ce procès durant lequel l'accusé, imperturbable, a simplement reconnu des "attouchements" avec la première, "amoureuse" de lui, et une "relation consentante" avec Isabelle Demongeot.

 

Un non-lieu en 2009

L'avocate générale a souligné l'arrêt "fort étonnant" de la cour d'appel d'Aix-en-Provence qui, en 2009, avait prononcé un non-lieu en faveur de Régis de Camaret, arguant notamment de l'insuffisance de charges contre lui. Mais la Cour de cassation l'avait invalidé, d'où son renvoi devant les assises. L'avocate générale avait aussi demandé à la cour de "rejeter la thèse du complot" qu'aurait ourdi Isabelle Demongeot, détrônée au classement du tennis français par sa rivale Nathalie Tauziat, venue, elle, à la barre défendre son ancien entraîneur.

Et de rappeler que la première plainte pour viol avait été déposée dès 2002 devant le parquet de Draguignan par l'une des victimes prescrites. "Ces filles ne sont pas de la même génération, elles ne se connaissaient pas et les faits se déroulent sur plus de dix ans", a-t-elle souligné.

 

"C'est un paria, il est déjà enfermé dans la prison qu'il s'est construite"

"Rarement un procès pour viol aura été autant médiatisé", exerçant ainsi une "pression constante" sur la cour, a regretté un des avocats de l'accusé, Me Emmanuel Daoud. Pour lui, "ce procès a été biaisé! C'est un procès pour l'exemple", a-t-il dit, accusant le ministère public d'avoir "voulu impressionner les jurés" en faisant témoigner des victimes prescrites.

Reconnaissant que son client avait "perdu ses repères" et avait été "dépassé par son environnement", il a souligné que malgré "l'impression détestable" qu'il a laissée durant le procès, ce n'était ni "un pédophile, ni un pervers, ni un malade mental". Et qu'il n'y avait "plus de risque" de récidive. "C'est un paria, il est déjà enfermé dans la prison qu'il s'est construite", a-t-il plaidé.

 

Source et date de l'article  huffingtonpost.fr  23.11.2012

Source de l'image

 

Lire la suite

Armstrong joue la provoc !

12 Novembre 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://files.newsnetz.ch/story/2/1/2/21203895/2/topelement.jpg

 

Lance Armstrong a joué la provocation en postant dans un tweet une photo de lui sur un canapé avec les maillots jaunes de ses sept Tour de France, remportés puis retirés pour dopage.

 

Il y a ajouté ce commentaire «Retour à Austin et tranquillement allongé».

Cette photo a suscité de nombreux commentaires très partagés, entre les fans qui approuvent et les détracteurs qui insultent l'ancien cycliste pour cette nouvelle provocation.

 

Le 23 octobre, Armstrong avait enlevé de la ligne biographique de son compte Twitter la référence à ses sept victoires dans le tour de France («7-time Tour de France winner»), quelques heures après que l'Union cycliste internationale eut officiellement entériné les sanctions contre l'Américain, rayé des palmarès depuis août 1998.

 

Source et date de l'article  TDG.ch  11.11.2012

Source de l'image


Lire la suite

Un ex-équipier d'Armstrong regrette de ne pas s'être dopé !

9 Novembre 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://files.newsnetz.ch/story/1/5/6/15617790/1/topelement.jpg

 

Benoît Joachim, coureur luxembourgeois et ancien équipier de Lance Armstrong, a implicitement regretté de ne jamais s'être dopé.

 

Le Luxembourgeois Benoît Joachim, ancien équipier de Lance Armstrong, se reproche a posteriori de ne pas avoir travaillé avec le docteur Ferrari, a-t-il déclaré vendredi dans un journal du Grand-Duché.

«J'ai eu l'occasion de travailler avec lui (Ferrari). Malheureusement, je dis bien malheureusement, je ne l'ai pas fait pour diverses raisons (notamment) la peur de se faire contrôler positif», explique dans Le Quotidien celui qui fut équipier d'Armstrong de 1999 à 2006.

 

Le Luxembourgeois prend aussi la défense de Lance Armstrong en qualifiant de «ridicule» l'enquête de l'Agence antidopage américaine (Usada) fatale à l'Américain, rayé du palmarès du Tour de France. «Armstrong a été un grand champion et le restera. Il faut un vainqueur à chaque compétition. Ces années-là (1999-2005), cela a été Armstrong», affirme-t-il.

 

Joachim assure encore qu'il n'y avait «pas un dopage organisé» chez US Postal puis Discovery Channel. «Chaque athlète fait son choix. Quand je rencontre Ferrari et qu'il me propose de travailler avec lui, je dis soit oui, soit non. C'est mon propre choix. Personne ne me force la main».

 

Source et date de l'article  TDG.ch  09.11.2012

Source de l'image


Lire la suite

Un équipementier demande 2 millions de dollars à l’UCI

5 Novembre 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

http://files.newsnetz.ch/story/2/3/0/23082823/1/topelement.jpg

 

Un équipementier australien a annoncé dimanche demander 2 millions de dollars à l’Union cycliste internationale en raison du préjudice d’image lié à l’affaire Armstrong.

 

"Il s’avère que la manière dont l’UCI, (les présidents, respectivement) Henricus Verbruggen et Patrick McQuaid ont organisé la lutte antidopage, communiqué en la matière puis géré le cas Lance Armstrong est la cause principale de la perte totale de confiance du public dans le cyclisme professionnel, ce dont Skins fait les frais, comme tout sponsor et équipementier", a déclaré la marque dans une lettre datée du 2 novembre, envoyée à l’UCI et publiée dimanche sur son site internet.

 

"Dès lors, c’est à raison des actes et omissions de l’UCI (...) que Skins a subi un préjudice, lequel excède 2 millions de dollars, somme dont elle entend solliciter le paiement par la voie judiciaire", a poursuivi l’équipementier, évoquant une "solution négociée" préalable.

L’entreprise, partenaire notamment de la Fédération australienne ou de l’équipe professionnelle Rabobank, argue notamment avoir investi considérablement "en recherche et développement", convaincue que "le cyclisme professionnel avait fait l’objet de réformes fondamentales permettant de circonscrire le dopage et de minimiser les risques de scandales auxquels la marque de tout sponsor pourrait être associée."

 

Evoquant "une culture du déni" quant au dopage au sein de l’UCI, l’équipementier, partenaire également de la Fédération américaine, néo-zélandaise ou de l’équipe Europcar, a appelé à un changement à la tête de l’institution qui a été dirigée "ces 22 dernières années par deux hommes".

 

Le 10 octobre, l’Agence américaine antidopage (Usada) avait provoqué un coup de tonnerre en publiant un rapport de 202 pages, accompagné de quelque 1.000 pages de témoignages et études, dénonçant le système de dopage mis en place par Lance Armstrong. L’Américain a depuis été déchu de tous ses résultats depuis le 1er août 1998, dont ses sept victoires dans le Tour de France.

 

Source et date de l'article  TDG.ch  04.11.2012

Source de l'image


Lire la suite

Ils soutiennent Lance Armstrong dans la tempête

1 Novembre 2012 , Rédigé par contre le dopage Publié dans #Cyclisme

Armstrong.jpg

 

Miguel Indurain, Laurent Jalabert, Alejandro Valverde, Oscar Pereiro, Alberto Contador: ils ont tous apporté leur soutien à l'Américain, resté silencieux depuis l'annonce de sa sanction.

 

Miguel Indurain a affirmé mardi qu'il croyait jusqu’ici à l'innocence de Lance Armstrong. «Il a toujours satisfait à tous les contrôles. Et tous les procès qu'il a eus, il les a gagnés», a jugé l'Espagnol sur les ondes de Radio Marca.

Le quintuple vainqueur du Tour de France qui, après l'annulation des victoires d'Armstrong, redevient recordman des victoires sur la Grande Boucle avec Merckx, Hinault et Anquetil, s'est également dit «décontenancé» par la procédure déclenchée par l'Agence américaine antidopage (Usada) et l'UCI. L'Américain s'est en effet vu sanctionné non pas à partir d'un contrôle antidopage, mais sur la foi de témoignages de ses anciens coéquipiers, compilés dans un rapport de l'Usada.

 

«Je suis un peu décontenancé. C'est étrange que cela se fasse seulement à partir de témoignages. Des règles étaient en place et maintenant, il semble qu'elles aient changé», a estimé l'ancien coureur de Banesto, qui s'est avoué surpris par la fait qu'Armstrong ne semble pas vouloir lutter contre la décision rendue lundi par l'UCI. «Il a toujours été un battant. Ce qui me surprend, c'est qu'il ne continue pas à lutter (...) Je pense qu'il fera appel et tentera de démontrer qu'il a bien travaillé durant toutes ces années», a conclu Indurain.

 

«Ces victoires lui appartiennent»

Le cycliste espagnol Alejandro Valverde a estimé mardi que les sept victoires de Lance Armstrong dans le Tour de France appartenaient au Texan. «Ces Tours, ils les a gagnés avec ses jambes, avec son corps. Que personne ne s'imagine qu'il n'a pas souffert pour les remporter. Pour moi, ils lui appartiennent», a expliqué Valverde dans une interview à Marca.com.

«Je ne comprends pas que l'on regarde dans le rétroviseur», a encore estimé Valverde, condamné lui-même en 2010 à deux ans de suspension dans le cadre de l'affaire de dopage sanguin Puerto. «Pourquoi ces coureurs n'ont-ils pas témoigné contre Armstrong quand ils couraient encore? Ils parlent maintenant qu'ils sont à la retraite? Pourquoi? Pour mettre des bâtons dans les roues à d'autres? Je ne partage pas ce qui est en train de se passer», a encore assuré Valverde à l'édition en ligne de Marca.

 

«Un immense champion»

Le sélectionneur français Laurent Jalabert a estimé lundi que Lance Armstrong demeure à ses yeux «un immense champion». «Armstrong, quoi qu'il en soit, c'est un immense champion, a déclaré Jalabert sur la radio RTL. Il a pu prendre quoi que ce soit, des coureurs de son niveau, il n'y en avait pas tant que cela. C'est quand même quelqu'un qui avait un talent énorme et qui a toujours un talent énorme. Il a un mental énorme. Il a fauté, il a été attrapé, il est suspendu pour ça, mais quoi qu'il en soit c'était quelqu'un qui était hors norme au niveau de ses capacités».

«Je n'oublie pas que depuis son plus jeune âge c'est un garçon qui a un parcours atypique, qui a quand même des qualités physiques et mentales qui sont au-dessus de la moyenne. On ne peut pas le nier. Après, il a été certainement très attiré par le pouvoir, et cela l'a poussé à la faute», a poursuivi Laurent Jalabert, qui a accompli une partie de sa carrière à l'époque d'Armstrong.

 

«Que l'UCI démissionne»

«Que toute l'UCI démissionne», a réclamé lundi l'ancien coureur espagnol Oscar Pereiro, vainqueur du Tour 2006 suite à la disqualification de Floyd Landis pour dopage, après la décision de l'Union cycliste internationale de rayer Lance Armstrong du palmarès du Tour de France. «Après tant d'années et avec plus de 10 millions d'euros gagnés, le fait qu'Armstrong soit sanctionné à partir de témoignages d'anciens coéquipiers et non à travers d'autres preuves est très frustrant», a confié Pereiro, qui a remporté sur tapis vert le Tour 2006 avec l'équipe Caisse d'Epargne.

«Et si les accusations des anciens compagnons de Lance se révèlent exactes, comme quoi on les appelait pour les prévenir des contrôles, eh bien, l'UCI aussi est mêlée. Que toute l'UCI démissionne», s'est insurgé l'ancien coureur de 35 ans. «La sanction de l'UCI est cohérente d'un côté, mais triste de l'autre parce qu'elle démontre que son système ne fonctionne pas. Ça me rend très triste pour ce sport qui m'a tout donné», a-t-il révélé.

 

Le «respect» de Contador

L'Espagnol Alberto Contador (Saxo Bank), ancien équipier de Lance Armstrong chez Astana, a exprimé son «respect» pour l'Américain, privé lundi pour dopage de ses sept victoires dans le Tour de France de 1999 à 2005, estimant qu'il «a beaucoup fait pour le cyclisme». «Lance est le coureur qui m'a fait aimer le cyclisme, c'est le coureur qui m'a le plus marqué. Et il y a cette histoire. Pour moi, c'est compliqué. Il est victime d'une attaque en règle, je ne sais pas à quel point c'est mérité», a-t-il déclaré en marge de la présentation du Tour de France 2013.

«Il a beaucoup fait pour le cyclisme. Grâce à lui, des gens très influents aux Etats-Unis ont enfourché un vélo. Grâce à lui, les gens là-bas savent ce qu'est le Tour de France et il y a de grandes équipes américaines et de grandes courses. Lance a aidé à faire tout ça et cela mérite tout mon respect», a-t-il ajouté.

 

Source et date de l'article  TDG.ch  25.10.2012


Lire la suite