Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CONTRE LE DOPAGE

Crise financière, dopage, l'étrange similitude

25 Décembre 2008 Publié dans #Etudes sur le dopage


Les excès du monde bancaire et sportif semblent participer du même comportement grégaire. La performance extrême à court terme est devenue la nouvelle règle du jeu.


Et s'il existait des analogies entre les subprime et le dopage, dans ce que les différents excès révèlent sur le comportement humain? Selon le chef des investissements d'une banque privée genevoise, désireux de rester anonyme, l'adoption massive des crédits à risques a été dictée par un mécanisme purement grégaire, une attitude de suiveur: «A l'instar du cycliste qui va affronter le Tour de France et sait pertinemment que, sans coup de pouce extérieur, il n'arrivera pas à gagner, le dirigeant des banques d'investissement s'est vu dans l'obligation de recourir aux mêmes produits que ses concurrents.» Ce même golden boy, observant les autres banques «ingurgiter du subprime», s'est pris dans l'engrenage et, soucieux de satisfaire aux exigences de ses propres actionnaires, s'est retrouvé à faire comme les autres pour doper ses finances.

Martial Saugy, directeur du Laboratoire suisse d'analyse du dopage à Lausanne, estime également que les excès du sport et de la finance recèlent des similitudes troublantes: «Le point de départ pour se doper est le syndrome du suiveur, le même que dans la finance. Le raisonnement est le suivant: si je veux garder ma place dans l'équipe, je dois performer coûte que coûte.»

Risques oubliés

Pour Martial Saugy, l'ego n'est pas le premier moteur de l'excès, moins que la nécessité de faire comme les autres, dans une idée d'égalité des chances. Autre similitude: l'obsession de la performance à court terme. L'athlète oublie les risques que le dopage fait courir à sa santé, surtout s'il est jeune; le financier sait que les banques ne peuvent prêter indéfiniment à des personnes insolvables, pour l'achat de leur villa ou autre, sans que la réalité économique ne les rattrape.

En analysant les ressorts psychologiques qui conduisent à l'excès apparaît bien vite, en toile de fond, la nécessité de sans cesse dépasser le seuil de performance. A la finale du 100 mètres des JO de Pékin, le public attendait un nouveau record du monde. Cette surenchère est désormais vécue comme une pression par toutes les entreprises cotées en bourse, dès lors qu'à chaque échéance leurs actionnaires exigent une performance meilleure que le trimestre précédent.

L'EPO Cera, un symbole

Même similitude dans les moyens et produits à disposition: la finance s'est engouffrée dans une complexification - parfois perçue comme une opacification - des produits d'investissement, tandis que les produits dopants ont également évolué dans leur sophistication. Exemple: dans un passé pas si lointain, l'effet de l'EPO classique durait trois à quatre jours; aujourd'hui, la Cera, EPO de troisième génération, contribue à l'amélioration des performances pendant une péri ode de quinze jours...

La performance extrême à court terme, l'obligation de suivre le mouvement, de rester le meilleur, ont peu à peu introduit, dans le sport comme dans la finance, une nouvelle règle du jeu.

«L'exemple» américain

Chacun se dote progressivement d'un cadre de réglementations plus strict. Les Etats-Unis, notoirement réfractaires à la lutte antidopage, s'y ouvrent enfin: depuis cinq ans, les stéroïdes y sont considérés comme des stupéfiants, et le sport professionnel n'a pas pour autant perdu son âme. Idem pour l'économie: le gouvernement américain intervient aujourd'hui pour imposer de nouvelles règles de marché et sauver des sociétés.

Le public demande à ses sportifs de courir toujours plus vite et de sauter toujours plus haut. A l'image du stade, la communauté financière demande à ses entreprises des rentabilités toujours plus élevées, une performance au carré, voire au cube. C'est la nouvelle règle du jeu.

Article écrit par
Max Mooser

Source et date de l'article LeTemps.ch  13.12.08



Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article